Archives par mot-clé : pernay

Les comtes contre les évêques à Cosne

Une controverse larvée opposa tout au long de l’ancien régime les évêques d’Auxerre, qui entendaient maintenir leur suzeraineté historique sur la baronnie de Donzy, aux comtes de Nevers, barons en titre depuis 1199, qui supportaient mal de devoir rendre hommage à un simple évêque, et voulaient unifier l’administration de leurs fiefs. Nous avons rappelé cette rivalité ancestrale, constitutive de la singularité donziaise, en évoquant la question des limites de l’ancien Donziais, ou celle du statut de Châteauneuf-Val-de-Bargis.

Elle trouva aussi un point d’application à Cosne, place stratégique en bord de Loire, au carrefour de plusieurs routes, qui ne pouvait pas ne pas intéresser les comtes. La ville et sa châtellenie étaient partie intégrante du Donziais mais, depuis un accord intervenu en 1157, les comtes de Nevers, mieux armés pour assurer sa défense, avaient la garde du château de Cosne. Il en allait de même à Donzy, Châteauneuf et Entrains. A la fin du moyen-âge les comtes de Nevers appartenant à de grandes maisons princières développèrent une conception extensive de cette mission, empiétant sur les droits des évêques, pourtant très présents ou représentés dans la ville où ils tenaient palais.

Sur le plan architectural ce passé lointain n’est pas complètement effacé : les murailles médiévales ont certes presqu’intégralement disparu, mais le château, forteresse octogonale qui formait le coin sud-ouest de l’enceinte du XIIIème siècle, est toujours là, au cœur de la ville, usé par le temps, transformé et négligé par les hommes (ci-dessous) ; le palais épiscopal, une belle demeure romane du début du XIIIème siècle, réplique en réduction de celui d’Auxerre, est intact sur une place voisine (id.). Le château épiscopal de Villechaud a disparu ; seule subsiste l’ancienne chapelle castrale dédiée à Sainte Brigitte de Suède.

          .  

Pendant la Guerre de Cent Ans, alors que le comté de Nevers était échu aux fils de Philippe Le Hardi, Philippe de Bourgogne, puis Jean de Clamecy, le conflit prit une tournure plus aigüe. Ces princes d’une lignée capétienne qui rivalisait en puissance avec le roi lui-même, tentèrent d’échapper à leurs obligations féodales vis-à-vis des successeurs de Saint Germain et d’Hugues de Chalon, prétendant tenir Donzy du roi comme Nevers.

Dans un article très documenté sur « Les enceintes de la ville de Cosne… », l’éminent historien du Nivernais André Bossuat, décortique les tenants et aboutissants de cette querelle et ses développements judiciaires. Son cœur penche pour l’appartenance auxerroise de son pays d’origine – la vallée du Nohain  – mais cela n’altère pas la rigueur de ses analyses. Il illustre de façon cocasse les implications du droit féodal sur le terrain. A partir de faits anodins – un mur du château qui empiétait d’une toise sur la « justice » de l’évêque ; un chevreuil sauvage abattu par un homme du comte au-delà de la poterne…-, les officiers de Nevers cherchaient querelle à ceux de l’évêque et engageaient d’invraisemblables procédures. C’étaient autant de prétextes pour rouvrir le débat et réaffirmer les ambitions comtales. Mais l’intransigeance des prélats quant à leurs droits s’inscrivait dans une tradition féodale que le Parlement de Paris, familier de cette cause à répétition, reconnut à chaque fois à l’issue d’interminables procès.

Les officiers du comte étaient des seigneurs des environs que nous connaissons. Ils servaient le pouvoir en place. Le baron de Donzy auquel ils devaient hommage pour leurs fiefs était le comte de Nevers lui-même ; il exerçait le ban sur toute la contrée et appartenait à une puissante maison. On se mettait dès lors à son service, sans se préoccuper d’un pouvoir temporel épiscopal venu du fond des âges, qui s’étiolait au fil du temps.

Voyons quelques-uns de ces personnages mentionnés par Bossuat sur le théâtre des offensives comtales à Cosne, heureusement cantonnées au terrain juridique.

En 1380 il y avait là un Carroble, bailli de Donzy, un Frappier, de Nevers, et comme « Capitaine de la Tour de Cosne » – commandement militaire exercé par un noble d’épée – notre ami Jean de Pernay, qui portait le nom d’un fief de Châteauneuf près de Nannay. Il était seigneur de Port-Aubry près de Villechaud, un fief qui lui avait sans doute été concédé en récompense de ses services.

En 1413, le châtelain de Cosne – une fonction de gestion du site castral – était Renaud Lamoignon, sgr de Vielmanay, d’une famille éminemment donziaise que nous connaissons bien : elle a brillé de tous ses feux aux XVIIème et au XVIIIème siècle dans la grande politique.

En 1441, les représentants du comte Jean étaient Jean Tenon, d’une famille neversoise très dévouée, dont le fils sera seigneur de Nanvignes (Menou), et Miles de Pernay, petit-fils de Jean, capitaine de Cosne à son tour, accompagnés de son homologue de Donzy, Guyot Lamoignon, sgr de Vielmanay, Villargeau et Brétignelles, à Pougny, neveu de Renaud, venu en renfort.

En 1450, voici Jean Le Clerc, sgr de Saint-Sauveur, le fils du chancelier de France nommé par le duc de Bourgogne, lieutenant du bailli de Donzy, et Guillaume Coquille, procureur, de la famille du fameux jurisconsulte Guy Coquille, sgr de Romenay et éditeur de la Coutume de Nivernais.

En 1469 l’évêque Pierre de Longueil se trouve sur place pour défendre sa position face au procureur général du comté Guillaume La Miche, de Moulins-Engilbert, et au châtelain de Cosne Jehan Baudu. Le capitaine Miles de Pernay s’est fait porter pâle.

Ce Jehan, dont le nom est très peu cité, est « marchand » à Cosne – un terme qui indiquait plutôt un riche négociant qu’un boutiquier, avec une certaine surface financière, assortie d’une implication dans les affaires publiques -. Il est aussi châtelain de Donzy, Entrains et Châteauneuf : un homme de confiance donc, doté de moyens significatifs. Il est seigneur de Saint-Andelain au milieu du vignoble de Pouilly, une terre obtenue en récompense de ses services. Nous lui connaissons trois filles : Agnès, mariée à Simon Petot, autre riche marchand de Cosne, sgr du Jarrier à La Celle-sur-Loire, puis à Jehan de La Bussière, sgr de Montbenoit à Pougny ; Germaine, dame de St-Andelain, mariée à Jean Guy ; et Perrette, mariée à Philibert Chevalier, sgr du Pavillon à Billy. De beaux « établissements » qui confirment la position de leur père.

Pourtant tous ces aimables capitaines, châtelains et procureurs en seront pour leurs frais : les droits de l’évêque seront constamment réaffirmés par le Parlement, même après l’intégration de Donzy au duché-pairie de Nevers pour François de Clèves, et ne disparaîtront qu’en 1789. En l’an VIII Cosne deviendra une sous-préfecture du département de la Nièvre, et son passé  disputé entre Auxerre et Nevers n’intéressera plus que les historiens du pays…

Share

La « tour » de Suilly

Un internaute moins familier de ce village que l’auteur de ce site s’interroge : où est cette tour qui a donné son nom à Suilly-la-Tour ?

Ce n’est pas comme à l’accoutumée le donjon d’un vieux château, mais le clocher de l’église Saint-Symphorien, qui impose sa forme massive dans le paysage que découvre le voyageur arrivant de Donzy.

Bien que d’apparence médiévale, avec ses murs fortifiés et ses capacités défensives, cette tour est d’époque Renaissance. Elle a été juxtaposée à l’église de style gothique flamboyant, quelques dizaines d’années plus tard.

                                                             

Sans doute le curé et les seigneurs protecteurs de la paroisse, les sires d’Armes à Vergers, et les Pernay du Magny, dont les armes figurent aux clefs de voute, avaient-ils des raisons de craindre pour la sécurité de l’édifice en cette période troublée du XVIème siècle. Les huguenots avaient des bases importantes dans les environs – comme Vieux-Moulin à Vielmanay, et la forge de Chailloy toute proche, fondée par la famille de Théodore de Bèze – , d’où ils lançaient des expéditions vengeresses.

                                                                                                              

L’édifice est décrit par Soultrait dans son « Répertoire archéologique du département de la Nièvre » (Imprimerie nationale, Paris, 1875) : « Eglise paroissiale Saint-Symphorien, en partie ruinée, de trois époques distinctes : trois travées de la nef, en ruines, du XIIème siècle, une travée de la nef avec bas-côtés, transept et chevet à pans des premières années du XVIème siècle, et grosse et belle tour occidentale, commencée en 1545, offrant tous les caractères de la Renaissance…. ». « Le haut de la tour n’a jamais été achevé ; une corniche porte le toit d’ardoises, au centre de laquelle s’élève une petite flèche. Contre-forts très saillants à retraites, et gargouilles de forme élégantes aux constructions du XVIème siècle.. »

La paroisse de Suilly est ancienne, comme le rappelle Chantal Arnaud dans son inventaire très documenté « Les églises de l’ancien diocèse d’Auxerre, du milieu de XIème siècle au début du XIIIème siècle » (SSHNY, Auxerre, 2009).

Elle est en effet mentionnée sous le nom de Soliacus par les Règlements liturgiques des évêques Aunaire (561-604) et Trétice (692-707), repris par les « Gestes des évêques d’Auxerre » (publié par Michel Sot, Les Belles Lettres, Paris, 2002-2006). Elle s’inscrit dans la première armature de 37 paroisses du pagus auxerrois, christianisé depuis le tout début du IVème siècle. Des traces de voies et de bâtiments gallo-romains ont d’ailleurs été repérées dans les environs et des sarcophages mis au jour.

Au XIIème siècle, l’église fut donnée – avec beaucoup d’autres dans les diocèses d’Auxerre, Nevers, Bourges et Autun – au grand Prieuré clunisien de La Charité-sur-Loire ; donation confirmée par la bulle du Pape Luce II du 14 avril 1144, qui figure dans le Cartulaire édité par René de Lespinasse. Sans doute l’église romane dont quelques traces subsistent fut-elle édifiée à cette époque en lieu et place de l’édifice primitif.

Comme bien d’autres en France, cette église avait été dès l’origine dédiée à Saint Symphorien, le martyr d’Autun, considéré à l’époque mérovingienne comme un « saint national » à l’égal de Saint Denis. Il est fêté le 21 aout.

Une dédicace très bourguignonne. Le chanoine Grivot, historien contemporain de la ville (« Autun », chez Lescuyer à Lyon, 1967), après avoir rappelé que les vitae des saints sont « des œuvres littéraires écrites dans un but d’édification, sans aucun souci d’exactitude historique » et que la datation de ce martyr reste incertaine, donne pour couramment admises les indications suivantes : « Le jeune Symphorien appartenait donc à une famille estimée de la cité ; il était chrétien, ainsi que ses parents Fauste et Augusta, qui reçurent lors de leur passage Bénigne, de Dijon,  Andoche, de Saulieu, et Thyrse, le diacre, apôtres de la Bourgogne ; Bénigne baptisa Symphorien et Andoche fut le parrain. A Autun on vénérait particulièrement Cybèle, Apollon et Diane ; on faisait même des processions en leur honneur ; c’est ainsi qu’un jour Symphorien croisa la procession en faveur de Cybèle dont on transportait la statue ; il se permit de ricaner et de manifester hautement ses sentiments ; on l’arrêta sur le champ et on le conduisit au préfet Héraclius ; après un premier interrogatoire, Symphorien fut mis en prison ; quelques jours plus tard le jeune chrétien fut de nouveau interrogé ; et comme il restait ferme dans sa foi et qu’il continuait d’insulter les dieux païens, on le conduisit au supplice. C’est alors que sa mère l’encouragea à supporter la mort : du haut du rempart de la ville elle lui prodigua ses encouragements : « A cette heure la vie n’est pas perdue, mais elle est changée ». Et Symphorien eut la tête tranchée à quelque distance de la Porte ».

                               

Ce martyr a été représenté par Ingres (1834) sur une grande toile qui orne la cathédrale Saint-Lazare d’Autun, où son conservées les reliques.

Suilly et sa tour sont dont reliés à cette page dramatique des tout débuts de la christianisation en Bourgogne.

Share

Le Chevreau de Cosne

Aux portes de Cosne, presque inclus dans la ville, le château de Montchevreau, appelé aussi « le Chevreau » autrefois, a abrité l’enfance du marquis de la Maison-Fort, agent des Princes pendant la Révolution et l’Empire, dont les Mémoires retracent de façon très imagée dans leurs premiers chapitres la vie d’un jeune et riche officier, en Nivernais, à la fin de l’Ancien Régime.

D’une facture très classique (XVII-XVIIIème), ce château a sans doute remplacé un édifice plus ancien, dont quelques traces subsistent.

Ce fief a été associé à celui, voisin, de la Bertauche, dont il est peut-être issu, et tous deux sont proches de Port-Aubry, au sud de Cosne, sur le versant de la Loire. Il sont passés par acquisition dans les mains de riches parlementaires et officiers royaux aux XVIIème et XVIIIème siècles, dont l’un a dû faire construire le château actuel, avant d’être acquis par les du Bois des Cours, de la Maison-Fort.

Voyez ci-dessous l’état actuel de nos connaissances sur la succession des seigneurs de La Bertauche et de Montchevreau, qui demande à être précisée sur plusieurs points. 

Un contributeur du site, A. Boucher-Baudard, grand connaisseur de la région de Cosne, a permis par ses recherches approfondies d’enrichir considérablement cette étude (Avril 2019).

           Montchevreau et La Bertauche (V10 enrichie du 24 sept 2021)

D enluminé

Share

Nannay et Pernay

(Illustration : armes de Pernay)

Pernay était un fief situé près de Nannay, qui a donné son nom à une famille qu’on suit jusqu’au XVIIème siècle en Donziais (cf. not. les notices Le Magny et Port-Aubry).

La première mention du nom remonte à 1330, mais la succession dans ce fief n’est pas bien établie.

Nannay a été un fief des Lamoignon (voir cet article) au XIVème siècle, et serait revenu par alliance aux Pernay, au début du XVème, unissant ainsi semble-t-il ces deux terres voisines.

Mais des actes indiquent que le fief aurait été détenu, au moins en partie, par la Couronne à certaines époques et donné à de hauts personnages comme Jean de Luxembourg, roi de Bohême, et Jean de La Personne, chambellan, qui le vendit à Bureau de la Rivière, qu'on retrouve ici encore.

On ne sait comment ensuite ces fiefs passèrent aux sires de Tespes.

Les Tridon, magistrats originaires du Morvan, les détinrent au XVIIIème siècle à la suite de successions entre frères et sœurs et de remariages.

Voyez ci-dessous la notice consacrée à ces fiefs, qui devra être précisée et complétée grâce à votre aide…

Nannay et Pernay (V6 du 7/5/17)

D enluminé

Share

Port-Aubry ou Port-au-Berry ?

(Illustration : extrait d’un relevé cartographique de 1727-1730)

Le fief de Port-Aubry, au bord de la Loire en amont de Cosne, sur la paroisse de Saint Agnan (voir cette notice), est identifié dès le XIIIème siècle. Le nom est parfois orthographié Port-Obry. Certains sources l’appellent Port-au-Berry ou Port-au-Bry : un port a existé à cet endroit, du moyen-âge au XVIIIème siècle. On ne sait si le château figuré sur un ancien plan de Cosne correspond au relevé présenté ci-dessus, et ni où il se trouvait précisément par rapport à la petite maison de maître d’aujourd’hui.

De premiers hommages sont rendus pour Port-Obry dès 1335 par des membres de la famille du Pont.

Les premiers seigneurs dont la succession est clairement identifiée sont les Pernay, par ailleurs seigneurs de Nannay, de Suilly et du Magny (voir cette notice).

La succession des familles détentrices du fief (Bussy, Paris…) est malaisée à suivre, d’autant qu’une partie paraît en avoir été séparée et aurait été détenue par le duc de Nevers, qui la vend en 1710 à l’horloger, ingénieur et maître de forge Claude Grégoire.

De nos jours, la Ferme du Port-Aubry est connue pour ses fromages de chèvres…

La base Gertrude (Pätrimoine de la Région Centre) fournit d’intéressantes indications et de superbes plans sur les aménagements portuaires anciens de Cosne.

Une étude très fouillée de l’histoire du site par A. Boucher-Baudard, vient de faire l’objet du Cahier n°24 des Amis du Musée de la Loire à Cosne : « Port-Aubry, des origines au XIXème siècle, une histoire de Folie« .

Voyez ci-dessous la notice que nous consacrons à Port-Aubry, largement complétée grâce aux apports très importants de M. Boucher-Baudard justement…

  Port-Aubry (Cosne)  (V. du 18 avril 2022)

D enluminé

Share