Archives du mot-clé pernay

Le Chevreau de Cosne

Aux portes de Cosne, presque inclus dans la ville, le château de Montchevreau, appelé aussi "le Chevreau" autrefois, a abrité l'enfance du marquis de la Maison-Fort, agent des Princes pendant la Révolution et l'Empire, dont les Mémoires retracent de façon très imagée dans leurs premiers chapitres la vie d'un jeune et riche officier, en Nivernais, à la fin de l'Ancien Régime.

D'une facture très classique (XVII-XVIIIème), ce château a sans doute remplacé un édifice plus ancien, dont quelques traces subsistent.

Ce fief a été associé à celui, voisin, de la Bertauche, dont il est peut-être issu, et tous deux sont proches de Port-Aubry, au sud de Cosne, sur le versant de la Loire. Il sont passés par acquisition dans les mains de riches parlementaires et officiers royaux aux XVIIème et XVIIIème siècles, dont l'un a dû faire construire le château actuel, avant d'être acquis par les du Bois des Cours, de la Maison-Fort.

Voyez ci-dessous l'état actuel de nos connaissances sur la succession des seigneurs de La Bertauche et de Montchevreau, qui demande à être précisée sur plusieurs points, et notamment sur l'identité du bâtisseur du château…

Montchevreau (V3 actualisée le 16/10/17)

D enluminé

 

Share

Nannay et Pernay

(Illustration : armes de Pernay)

Pernay était un fief situé près de Nannay, qui a donné son nom à une famille qu’on suit jusqu’au XVIIème siècle en Donziais (cf. not. les notices Le Magny et Port-Aubry).

La première mention du nom remonte à 1330, mais la succession dans ce fief n’est pas bien établie.

Nannay a été un fief des Lamoignon (voir cet article) au XIVème siècle, et serait revenu par alliance aux Pernay, au début du XVème, unissant ainsi semble-t-il ces deux terres voisines.

Mais des actes indiquent que le fief aurait été détenu, au moins en partie, par la Couronne à certaines époques et donné à de hauts personnages comme Jean de Luxembourg, roi de Bohême, et Jean de La Personne, chambellan, qui le vendit à Bureau de la Rivière, qu'on retrouve ici encore.

On ne sait comment ensuite ces fiefs passèrent aux sires de Tespes.

Les Tridon, magistrats originaires du Morvan, les détinrent au XVIIIème siècle à la suite de successions entre frères et sœurs et de remariages.

Voyez ci-dessous la notice consacrée à ces fiefs, qui devra être précisée et complétée grâce à votre aide…

Nannay et Pernay (V6 du 7/5/17)

D enluminé

Share

Port-Aubry ou Port-au-Berry ?

(Illustration : extrait d'un relevé cartographique de 1727-1730)

Le fief de Port-Aubry, au bord de la Loire en amont de Cosne, sur la paroisse de Saint Agnan (voir cette notice), est identifié dès le XIVème siècle. Le nom est parfois orthographié Port-Obry. Certains sources l’appellent Port-au-Berry ou Port-au-Bry : un bac aurait-il existé à cet endroit ? On ne sait si la maison-forte figurée sur un ancien plan de Cosne correspond au relevé présenté ci-dessus, et se trouvait à l’emplacement de la petite maison de maître d’aujourd’hui.

De premiers hommages sont rendus pour Port-Obry dès 1335 par des membres de la famille du Pont.

Les premiers seigneurs dont la succession est clairement identifiée sont les Pernay, par ailleurs seigneurs de Nannay, de Suilly et du Magny (voir cette notice).

La succession des familles détentrices du fief (Bussy, Paris…) est malaisée à suivre, d'autant qu'une partie paraît en avoir été séparée et aurait été détenue par le duc de Nevers, qui la vend en 1710 à l’horloger, ingénieur et maître de forge Claude Grégoire.

De nos jours, la Ferme du Port-Aubry est connue pour ses fromages de chèvres…

La base Gertrude (Pätrimoine de la Région Centre) fournit d'intéressantes indications et de superbes plans sur les aménagements portuaires anciens de Cosne.

Voyez ci-dessous la notice correspondante – établie et mise à jour (16/12/16) grâce à plusieurs informations importantes fournies par un contributeur du site, merci à lui ! -, qu'il faudra encore préciser et compléter, car certaines phases demeurent obscures.

Port-Aubry (Cosne)

 

D enluminé

 

Share

Chasnay – La Vernière

(Ilustration : vignobles des Côteaux Charitois à Chasnay)

La seigneurie de Chasnay apparaît très tôt aux mains des Lamoignon, famille venue des Amognes en Donziais, où elle s’établit dès le XIVème siècle, et où elle tiendra plusieurs seigneuries. (cliquez sur ce nom dans la liste des "étiquettes")

Puis Chasnay passe par alliance aux Pernay, dont l’origine est très voisine, et qui seront également seigneurs du Magny et de Suilly à partir de 1450.

Au début du XVIème siècle Chasnay passe – dans des conditions qu’il faudra préciser – à Jean de La Barre, seigneur de Gérigny près de la Charité, dont les descendants le conserveront jusqu’au début du XVIIIème. Son fils Florent est également « seigneur de la Vernière » à Chasnay, où la famille paraît s’être établie, en construisant sans doute un premier château.

En 1701, Chasnay et la Vernière sont vendus et passent aux Girard de Busson, qui rénovent le château de la Vernière et conservent ces fiefs jusqu’à la Révolution.

La vocation viticole des Côteaux Charitois s'est fortement réaffirmée ces dernières années : voyez le site de La Vernière et celui de l'appellation Côtes de La Charité…

Et la notice sur la suite des seigneurs de Chasnay, qu'il faudra compléter…

 Chasnay – La Vernière(V3 augmentée du 17/3/17)

D enluminé

 

Share

La Fillouse

(Illustration : l'église de Suilly-la-Tour)

La Fillouse était un petit fief de la paroisse de Suilly, associé à celui de la Buffière et finalement aux fiefs voisins du Magny et de Suilly.

Son histoire reste obscure. Des actes cités par Marolles attestent qu'elle fut détenue par de grandes familles : les sires des Barres, les Pioche, sgr d’Aunay, et les Girard, sgr de Passy.

Dans des conditions encore inexpliquées, mais sans doute par acquisition, La Fillouse passa finalement aux Pernay, sgrs de Suilly et du Magny, et resta sans doute associée à ces fiefs jusqu’à la Révolution.

Un petit manoir (XVIIIè ? ), entouré d’un parc, occupe certainement la place de l’ancienne demeure féodale.

La notice ci-dessous reste donc largement à compléter, merci de votre aide…

La Fillouse

D enluminé

Share

Le Magny et Suilly

(Illustration : manoir du Magny)

Le discret mais vieux manoir du Magny, isolé sur le plateau cultivé au sud-ouest de Suilly-la-Tour, était le siège d'un fief de ce nom, associé à celui de Suilly. Il est aujourd'hui une exploitation agricole.

Il date du XVème siècle, mais le fief est beaucoup plus ancien. Ses premiers titulaires restent mal connus, comme le processus de succession qui l'amène dans les mains de la famille de Pernay au XVème siècle justement, qui le conservera jusqu'au début du XVIIIè.

Il aurait toutefois été dans les mains pendant quelques années au XVème siècle, en tout ou en partie, de Jean de Chevenon, puissant chevalier nivernais, et du Chancelier Guillaume Jouvenel des Ursins, sgr de la Motte-Josserand.

Rien de marquant ensuite dans la cohorte des petits seigneurs connus du Magny, qui s'enracinent en Donziais par des alliances avec les familles de la région : La Rivière, Lamoignon, Chabannes….

Voyez la notice jointe qui en développe la succession, telle que nous sommes en mesure de l'apprécier (maj le 4/9/16) : 

Suilly-Magny (V6 du 9/3/17)

Aujourd'hui l'histoire même de cette seigneurie paraît oubliée, ayant été surclassée à Suilly par celles des deux grands fiefs voisins de Vergers et des Granges.

Un petit fief en a été détaché, qui fait l'objet d'une notice spécifique : Presles, dont les traces sont ténues.

Voyez aussi le très joli site municiapl de Suillywww.suillylatour.fr

D enluminé

 

Share