Archives par mot-clé : suilly-la-tour

La Fillouse

(Illustration : l'église de Suilly-la-Tour)

La Fillouse était un petit fief de la paroisse de Suilly, associé à celui de la Buffière et finalement aux fiefs voisins du Magny et de Suilly.

Son histoire reste obscure. Des actes cités par Marolles attestent qu'elle fut détenue par de grandes familles : les sires des Barres, les Pioche, sgr d’Aunay, et les Girard, sgr de Passy.

Dans des conditions encore inexpliquées, mais sans doute par acquisition, La Fillouse passa finalement aux Pernay, sgrs de Suilly et du Magny, et resta sans doute associée à ces fiefs jusqu’à la Révolution.

Un petit manoir (XVIIIè ? ), entouré d’un parc, occupe certainement la place de l’ancienne demeure féodale.

La notice ci-dessous reste donc largement à compléter, merci de votre aide…

La Fillouse

D enluminé

Share

Chailloy, maison de maître de forge

(Illustration : Théodore de Bèze)

Le manoir de Chailloy, dans les environs de Suilly-la-Tour aux confins de la forêt, bijou de la fin de la Renaissance, était la maison du maître de la forge implantée sur l’Accotin, affluent du Nohain. Il est parfaitement conservé, tout de rose dans son écrin de verdure. C’est la famille du théologien protestant Théodore de Bèze, originaire de Vézelay, investie dans l'industrie métallurgique en Nivernais, qui l’a créé. 

L’ensemble formé par le moulin, la forge et une maison de maître a été construit pendant le second quart du 16e siècle, sans doute par Nicole de Bèze, oncle de Théodore, qui possédait des mines d'argent et de plomb, ainsi que des forges. Le domaine fut confisqué par le duc de Nevers comme bien d'hérétique, et donné à André Monnot, fils d'un de ses officiers, vers 1625. Il fut revendu près d'un siècle plus tard à Augustin de Lespinasse, seigneur des Pivotins, lui aussi maître de forge. Cet industriel dynamique relance l'usine qui avait été délaissée sous les Monnot. En 1767, le domaine est acquis par Hugues-Cyr Chambrun, qui possédait aussi les forges des Vergers, de Prémery et de Donzy (l'Eminence). Entre 1790 et 1810, l'usine produit de 40 à 65 tonnes de fer et de l'acier. La terre de Chailloy, vendue comme bien national lors de la Révolution, est directement rachetée par les Chambrun, dont les descendants la conserveront longtemps.

Ferdinand Gambon, chef républicain et révolutionnaire de 1848, descendant des Chambrun, y était né.

Voyez la suite des seigneurs de Chailloy en cliquant sur ce lien : 

Chailloy (V6 du 12 mars 2017)

D enluminé

Share