Archives par mot-clé : la motte-josserand

Un Chancelier de France à la Motte-Josserand

(Illustration : esquisse du portrait de G. Jouvenel par Fouquet, Musée de Berlin)

En 1446, un puissant personnage acquiert la Motte-Josserand, forteresse mythique du Donziais : Guillaume Jouvenel des Ursins, Chancelier de France, dont la figure et l’allure imposantes sont bien connues par le portrait qu’en fit Jean Fouquet vers 1460.

Cette même année, le roi Charles avait en effet mandé Jean de La Rivière « naguère commis à la garde de la forteresse…pour mettre ladite place entre les mains de Guillaume Juvénal des Ursins, chancelier de France » (Marolles, col. 275 et 277)

                                                     

Le Chancelier est chargé de l’administration de la Justice dans le royaume ; il est l’ancêtre de notre actuel Garde des Sceaux. En un temps où les secrétaires d’Etat n’existaient pas encore, il était le principal administrateur du pays, aux côtés du roi dans tous ses conseils.

Né en 1400, Guillaume fut nommé à cette fonction par Charles VII en 1445 ; destitué par Louis XI en 1461 ; puis rétabli par ce même roi en 1465, jusqu’à sa mort en 1472, soit 23 années au total. Il joua donc un rôle considérable en cette fin de la Guerre de Cent ans.

Il avait mené une brillante carrière : conseiller au Parlement de Poitiers, Général des finances de la guerre au début du règne de Charles VII, bailli de Sens (1435), non loin de sa région d’origine, puis lieutenant du Gouverneur de Dauphiné (1440) avant d’être nommé Chancelier. Il profitait de la grande réputation de son père qui avait été le premier magistrat du pays.

                                                                       

Il avait été adoubé comme chevalier, honneur suprême pour un bourgeois, lors du sacre de Charles VII en 1429 et portait : « bandé de gueules et d’argent de six pièces, au chef d’argent soutenu d’or, chargé d’une rose de gueules boutonnée d’or soutenu du même ». Il mit constamment en exergue cette accession à la chevalerie, ces couleurs, avec l’épée au côté, comme le montre le saisissant panneau qui le représente derrière son père avec toute sa famille (Musée de Cluny).

                                      

Nicolas Rolin, d’Autun, était son homologue en Bourgogne auprès des Grands ducs d’Occident à la même époque. Tous deux issus de la haute bourgeoisie parlementaire, ils étaient les véritables premiers ministres de leurs états respectifs. Ils présentent bien des traits communs – outre la coiffure « au bol » typique du moyen-âge – dont celui d’avoir acquis de grandes terres grâce à leur influence, à la fortune amassée dans l’exercice de leurs fonctions et à la faveur des souverains.

Guillaume était donc le fils de Jean Jouvenel des Ursins (1355-1431), lui-même fils d’un riche marchand drapier de Troyes, qui l’avait précédé dans de très hautes fonctions : avocat au Parlement, Garde de la Prévôté des Marchands de Paris, président de la Cour des Aides, puis Président du Parlement de Paris. Sa mère, Michelle de Vitry, venait d’une famille de marchands parisiens et était la nièce du marmouset Jean Le Mercier, conseiller aux finances de Charles VI et compagnon de Bureau de la Rivière, que nous connaissons bien et qui a pu suggérer au Chancelier cet investissement en Donziais.

Son frère aîné Jean Jouvenel, historien et diplomate, fut Archevêque de Reims, duc et pair (1449).

Les Jouvenel des Ursins prétendaient descendre d’une branche cadette des Orsini romains dont ils avaient pris les armes. Un certain Juvenal, neveu de Napoléon Orsini, évêque de Metz au début du XIVème siècle, se serait établi à Troyes. Cette prétention peu vraisemblable a été largement contestée. Les auteurs contemporains préfèrent une origine plus prosaïque pour ce nom : celui de la « rue de Lurcine », transformé ensuite en Ursins pour appuyer la revendication italienne vers 1438. Là se trouvait, dans l’Ile de la Cité, l’hôtel que le père de Guillaume avait acheté vers 1405.

Quoiqu’il en soit, Guillaume avait hérité de grands biens, dont la baronnie de Trainel en Champagne où il prit l’habitude de résider quand il n’était pas à Paris, et celle de Marigny. Il avait épousé Geneviève Héron, d’une famille de riches bourgeois de Paris, marchands de grains puis apothicaires, qui lui apporta la terre et le grand château de Thorigny, au diocèse de Sens. La bourgeoisie d’affaires et judiciaire, qui est le cadre familial du Chancelier, prenait son envol en cette fin du XVème siècle et s’essayait au mode de vie de la haute noblesse.

Guillaume Jouvenel fut un grand mécène, commandant de nombreux manuscrits enluminés, suivant l’usage du temps. Le plus célèbre, le Mare historiarum est conservé à la BNF. Il contient 730 miniatures peintes par le « Maître de Jouvenel » et son atelier entre 1447 et 1455. Ce texte a été rédigé par le dominicain Giovanni Colonna (v.1298-v.1343), humaniste proche de Pétrarque, qui raconte l’histoire du monde depuis sa création et plus particulièrement de la ville de Rome jusqu’en 1250 environ. La transcription commença vers 1446, menée par le secrétaire du chancelier, Antoine Disôme, dont son fils épousa la fille. Le travail d’enluminure, exceptionnel, s’arrêta en 1455, laissant le manuscrit partiellement inachevé.

                                                                            

On voit ici le Chancelier dans une illustration du manuscrit, rendant visite à l’atelier de l’artiste.

Guillaume eut un fils : Jean Jouvenel des Ursins, Pannetier du Roi, dont l’Inventaire des Titres de Nevers nous indique qu’il fut « commis par sa Majesté à la garde et au gouvernement des places, forts, terres et seigneuries de la Motte-Josserand, Aultry et Saint-Brisson ». Il n’eut pas de postérité.

Il eut également une fille : Jacquette, héritière de ses possessions, mariée à un sire de Beaujeu, dont elle eut Philibert, sgr de Lignières et de la Motte-Josserand, mort sans postérité.

La Motte-Josserand passa alors à un petit neveu du Chancelier : François Jouvenel des Ursins, qui en fit hommage au comte de Nevers en 1533, et poursuivit un destin chaotique fait d’alliances, de cessions et de divisions.

Le Chancelier résida-t-il dans son château nivernais ? C’est possible, étant donné l’importance de cette terre et de sa forteresse, ainsi qu’en raison des liens qu’il devait avoir avec Bureau de La Rivière. Mais, en raison de ses occupations et de sa préférence pour la Champagne, c’est peu probable. Il en avait fait hommage au comte de Nevers en 1466, mais représenté sans doute.

Haute figure d’une administration royale en cours d’affirmation, Guillaume Jouvenel des Ursins ne fut sans doute châtelain de la Motte-Josserand que par procuration, mais ses héritiers conservèrent cette terre et ce château pendant deux siècles, jusqu’au maréchal de l’Hôpital.

Share

Un maréchal-duc à la Motte-Josserand ?

Nicolas de l’Hôpital, duc de Vitry et Maréchal de France, fut seigneur de la Motte-Josserand au XVIIème siècle.

Il en avait hérité : cette terre et ce château étaient dans sa famille depuis le mariage de Charles de L’Hôpital, son arrière-grand-père, avec Catherine L’Orfèvre.

La confiance du Roi Louis XIII, sa brillante carrière militaire et les nombreuses autres terres et châteaux qu’il détenait, lui laissèrent-ils le temps de venir dans sa forteresse des bords du Nohain ? Rien n’est moins sûr ; ses fils ne la conservèrent d’ailleurs pas.

Le duc de Vitry était marquis d’Arc-en-Barrois et comte de Châteauvillain. Il possédait de grands biens en Brie, terre d’élection de sa famille, dont Vitry-Coubert et le beau château de Nandy. Il fut Capitaine des gardes du corps et témoigna de sa fidélité au Roi en menant l’assassinat de Concini.

Lieutenant-général en Brie, il fut élevé à la dignité de maréchal de France le 24 avril 1617, reçu conseiller d’honneur au parlement de Paris le 22 mai suivant ; chevalier des Ordres du roi le 31 décembre 1619. Il contribua à remettre sous l’obéissance du roi en 1621 les places de Jargeau, Sancerre et Sully, et fut pourvu du gouvernement de Provence en 1632. Il fut arrêté et mis à la Bastille le 27 octobre 1637, pour des prises de position insolentes, et n’en sortit que le 19 janvier 1643. L’année suivante le roi Louis XIV lui donna le brevet de duc et pair de France ; il mourut le 28 septembre 1644.

Mais on ne peut parler du maréchal de Vitry sans évoquer le destin étonnant de cette famille de L’Hôpital.

C’était une famille d’origine italienne qui revendiquait comme ancêtres les Gallucio du royaume de Naples – une lignée chevaleresque réputée descendre des princes de Capoue lombards – , dont elle portait les armes au coq (gaulois), transformées.

Par lettres patentes de septembre 1748, « le Mis de l’Hopital et MM. de Ste-Mesme furent autorisés par le Roi à porter le nom de Galluccio, et à accepter les places et dignités affectées à la noblesse du Siège de Nido, au Royaume de Naples ».

Une épitaphe en l’église Saint-Merry faisait même de Jean de L’Hopital (Gianni Galluccio), venu en France au XIVème siècle, le petit-fils du capétien Philippe d’Anjou, prince de Tarente, excusez du peu ! Mais aucune trace probante n’existe de cette origine princière.

Ce Jean était en fait « Clerc des Arbalétriers » c’est-à-dire trésorier, payeur de gages, à la suite d’un oncle dont il aurait pris le nom : François de l’Hôpital, connu comme « bourgeois de Modène », qui participa à la fondation du Collège des Lombards.

L’union de Jean avec la fille du grand financier Nicolas Braque lui apporta certes une assise territoriale considérable, sur laquelle ses descendants s’appuyèrent pour s’intégrer à la haute noblesse. Au XVIIIème, les représentants de la branche aînée obtenaient donc les fameuses lettres patentes les reliant à la vieille noblesse de Naples, sans doute pour masquer une origine indigne du milieu dans lequel ils évoluaient.

Voyez ci-dessous la curieuse généalogie de cette famille, limitée toutefois à la branche possessionnée en Donziais.

Famille de L’Hospital

Share

Les sires de La Tournelle

Les sires de La Tournelle, appartenant à une grande lignée chevaleresque bien connue des historiens et généalogistes du Nivernais, ont retenu notre attention, car une branche a fait une incursion en Donziais.

En épousant Jeanne de Bazoches, Tristan de La Tournelle-Maisoncomte est devenu pour quelques années le seigneur de la Motte-Josserand, forteresse mythique du Donziais, à Perroy, au bord du Nohain. Après sa mort en 1426, Jeanne céda cette terre et surtout la maison-forte au fameux Perrinet Gressart, capitaine routier à la solde des Anglo-Bourguignons.

Mais leurs filles : Alixant de La Tournelle, dame de Villargeau et Brétignelles, qui avait épousé Guyot Lamoignon, et Aalips, dame de Thorigny, mariée à Pierre de La Bussière, leur donnèrent une postérité en Donziais, où on les rencontre également par plusieurs alliances.

L’histoire de cette famille originaire du Morvan – la Motte de La Tournelle est à Arleuf – , qui portait « de gueules à trois tours d’or », ouvre sur des horizons bourguignons . Car ce massif dont le cœur est nivernais, s’étend aussi sur l’Yonne avec à son flanc nord, Vézelay, Chastellux, ou encore le monastère de la Pierre-qui-Vire, où Dom Angelico Surchamp, moine, photographe et peintre – récemment disparu – créa la fameuse collection Zodiaque ; mais aussi sur la Côte d’Or et la Saône-et-Loire, dont la vieille cité romaine d’Autun, siège d’un évêché et patrie du grand Chancelier Nicolas Rolin.

Les sires de La Tournelle, nivernais au premier chef et serviteurs des comtes et ducs, ont rayonné sur tout cet espace et servi également les Grands Ducs d’Occident. Leur vieux fief morvandiau, dont le château-fort a totalement disparu, fut érigé en marquisat pour les derniers représentants de cette grande famille.

Pourquoi fallait-il que l’avant-dernière marquise de La Tournelle, Marie Anne de Mailly-Nesle, vienne donner à ce nom une image sulfureuse en succédant à ses sœurs dans le lit du Roi Louis XV avec la même avidité ?

La saga des sires de La Tournelle que nous proposons dans la notice illustrée ci-dessous – qu’on trouve également dans la page consacrée aux Familles seigneuriales du Donziais – n’est que passagèrement donziaise, mais elle est riche en terres, en châteaux, en alliances, en services rendus au Nivernais, à la Bourgogne, au Royaume et à l’Eglise…

Elle devra être complétée, améliorée, et peut-être corrigée…Merci de votre concours au moyen de l’espace « Commentaire » ci-dessous…

La famille de La Tournelle

Share

Les tours de Passy

Un internaute ami regrette que nous n’évoquions pas sur ce blog le magnifique site de Passy-les-Tours, à Varennes-les-Narcy…

Mythique en effet par l’atmosphère romantique qui se dégage des ruines de la forteresse médiévale ; mais aussi en raison de son occupation par le fameux capitaine de routiers Perrinet Gressart, capitaine de la Charité du parti anglo-bourguignon à la fin de la Guerre de Cent Ans. Sa veuve, Huguette de Courvol demeura d’ailleurs à Passy jusqu’à sa mort.

Si nous ne l’évoquons pas, c’est que Passy, situé dans l’environnement immédiat du grand Prieuré clunisien de la Charité, auquel le fief a sans doute appartenu, n’était pas en Donziais. La paroisse de Varennes-les-Narcy relevait du diocèse d’Auxerre, mais elle fut rattachée avec Passy à la châtellenie de La Marche, et donc au comté de Nevers.

Passy est cependant proche, à bien des égards, du Donziais : géographiquement et féodalement, car il fut détenu par des familles qu’on rencontre ailleurs sur le territoire de l’ancienne baronnie. C’est pourquoi nous proposons ci-dessous, une notice sur la succession des seigneurs de Passy des origines à la Révolution, qui permettra d’établir les liens.

Pour la description du château et de son histoire, pour la galerie de photos et pour les activités qui s’y déroulent, l’excellent site Internet de l’Association « Les Tours de Passy » répondra à toutes vos attentes : passylestours.fr

La notice ci-dessous apporte donc simplement des précisions généalogiques, qui confirment la proximité de ce fief avec le Donziais.

Passy-les-Tours  (V1 du 22/11/18)

Share

Et Perrinet Gressart ?

(Illustration : les ruines de Passy-les-Tours ; photo de ChristoZ, Les Tours de Passy)

Des internautes se sont étonnés que nous n’ayons pas encore proposé un article sur Perrinet Gressart, le fameux capitaine de « routiers », qui fut pratiquement le maître du Nivernais et du Donziais pendant plus d’une décennie, pour le compte des Anglo-Bourguignons, au début du XVème siècle. Ils ont raison, c’est un retard inexcusable !

Car Perrinet est l’un des personnages mythiques du Nivernais médiéval, presque à l’égal dans la mémoire collective de Mahaut de Courtenay et Hervé de Donzy, de Bureau de la Rivière, ou encore de « l’Archiprêtre » Arnaud de Cervoles, dans des genres différents.

Après de premières campagnes, le théâtre de sa renommée fut la Bourgogne en général, le Nivernais et le Donziais en particulier, à la fin de la Guerre de Cent Ans (1422-1435). Il en tira un profit personnel considérable, à défaut d’une gloire que ne pouvait lui valoir son choix de servir l’Anglais, issu certainement de son origine « aquitaine » : il était le fils d’un petit seigneur du Poitou.

Perrinet fut avant tout Capitaine de La Charité, qu’il tint et défendit pendant 12 ans pour le compte du « roi d’Angleterre et de France », Henri VI, et des Bourguignons.

Mais il fut aussi, par l’acquisition qu’il en fit de Jeanne de Bazoches, seigneur de La Motte-Josserand, forteresse au bord du Nohain qui est un témoin presque intact de cette époque vengeresse.

Il occupa également le château de Passy-le-Tours à Narcy, où sa femme vécut jusqu'à sa mort. Sa mémoire y est soigneusement entretenue. Voyez à ce sujet le beau site de l'association Les Tours de Passy. La Motte-Josserand, Passy-les-Tours, deux témoins grandioses d’un moyen-âge épique, auquel le nom de Perrinet Gressart est attaché…

Il s’était uni, entre deux chevauchées guerrières, à une fille de la noblesse locale : Huguette de Courvol (voir la notice consacrée à Corvol-l’Orgueilleux, berceau de cette famille), veuve en première noce de Jean des Ulmes, seigneur de la Maison-Fort, à Bitry. Gressart portait "d'or à la fasce d'azur, et à trois quintefeuilles du même" (alias "d'argent à la fasce de gueules…") :

                                                                              ecu-gressard

Mais la paix succéda enfin à cette guerre interminable qui avait fait tant de dommages en Nivernais, et Charles VII, la mort dans l’âme sans doute, fit mine de pardonner sa traitrise et ses exactions à Perrinet Gressart, pour obtenir sa reddition. Il le nomma même Capitaine général du Nivernais et du Donziais (1435), lui conservant ses fiefs nivernais. L’heure était à la réconciliation.

Sans postérité, Perrinet avait souhaité enraciner sa lignée en Donziais. Il avait uni une de ses nièces, Etiennette de Grésille, à l'aventurier aragonais qui était son lieutenant : François de Surienne. Leur fille épousa Richard II Aux Epaules, et lui apporta la terre de Ferrières (à Entrains). Une autre de ses nièces, Jehanne Brotier, épousa Jacques de la Rivière, Chambellan du comte de Nevers et Bailli du Nivernais.

Perrinet mourut riche, mais sans doute fatigué de ses exploits et amer de ses erreurs, vers 1438.

Pour faire sa connaissance complète et comprendre cette époque troublée, il faut lire l’ouvrage d’André Bossuat : « Perrinet Gressart et François de Surienne, agents de l’Angleterre. Contribution à l’étude des relations de l’Angleterre et de la Bourgogne avec la France, sous le règne de Charles VII » (chez Droz, Paris, 1936).

Léon Mirot en a proposé une synthèse en deux articles successifs de la « Revue des Savants », parus en 1938. C’est le meilleur résumé qu’on peut lire de l’épopée de Perrinet Gressart en Nivernais.

Nous vous en proposons le texte ci-dessous :

Perrinet Gressart et le Nivernais, de 1422 à 1435

D enluminé

Share