Archives par mot-clé : Brétignelles

Les deux « Jean d’Armes »

Les sires d’Armes, connus depuis Denis, sgr d’Armes et de La Borde au XIVème siècle, ne sont pas d’origine donziaise puisque la localité dont ils prirent le nom appartenait à la châtellenie de Clamecy. Elle est au bord de l’Yonne en aval, et avait un port dédié au flottage du bois. On n’y voit pas de trace castrale ancienne.

Nous avons toutefois rencontré des membres de cette famille en plusieurs sites qu’ils détenaient par alliance ou par acquisition : La Forêt-sous-Bouhy, Villargeau et Brétignelles, et surtout Vergers, à Suilly-la-Tour.

Arrêtons-nous sur deux Jean successifs, qui ont accompli de brillantes carrières de juristes, à la cour de Nevers pour le premier, et au Parlement de Paris pour le second.

Jean II d’Armes, sgr d’Armes, Trucy-l’Orgueilleux en partie, Vergers et Moussy, était licencié-es-lois, Maître des comptes (1441-69), puis Président de la Chambre des Comptes de Nevers (1468), et Garde du scel de la prévôté (1452-57). Il avait fait hommage au comte pour Trucy (1452) et pour Armes (1469). Il fit édifier une chapelle familiale, dans le style gothique flamboyant, près du portail nord de la cathédrale de Nevers, ce qui confirme son statut élevé.

Sa famille maternelle n’était sans doute pas étrangère à cet établissement brillant : sa mère, Milenon Leclerc, était la fille d’un Secrétaire du roi Charles V, sgr de Saint-Sauveur en Puisaye, et surtout la sœur d’un Chancelier de France (1420) : Jean Leclerc, Maître des requêtes, Conseiller au Grand conseil, sgr de Luzarches et autres lieux, mort à Nevers en 1438.

La Chambre des Comptes de Nevers était une institution importante, créée par Philippe de Bourgogne, comte de Nevers, vers 1405, à l’image de celle qu’avait créé son père le duc Philippe à Dijon en 1385, pour assurer une bonne régulation de leurs recettes et dépenses. L’immeuble gothique qui l’abritait, typique des bâtiments publics de cette époque, a été conservé, ainsi qu’une partie des archives.

                                           

Jean II avait quant à lui épousé une héritière nivernaise dont la famille était implantée dans la région de Corvol-l’Orgueilleux : Jeannette du Bois, qui lui apporta des terres importantes, dont le château de Trucy, et peut-être Vergers qui lui serait venu de sa mère Mahaut de Varigny.

Son fils Jean III d’Armes, écuyer, docteur-ès-lois, sgr d’Armes, la Jarrie, Trucy-l’Orgueilleux, Vergers, Varennes-les-Narcy en pie (La Charité), la Motte-des-Bois (Donzy) fut après lui Président de la Chambre des comptes de Nevers (1470-71) ; conseiller puis quatrième Président à mortier au Parlement de Paris (1482-1488) ; exécuteur testamentaire de Jean de Bourgogne, Comte de Nevers (1479). Exempté du ban à Nevers en 1478 ; il fit hommage pour Vergers en 1466 et 1481, Varennes-les-Narcy en 1485, Villargeau et Brétignelles en 1508. Il aurait relevé l’ancien château de Vergers en cette fin du XVème siècle.

« Dès sa plus tendre jeunesse, écrit F. Blanchard, il appliqua si soigneusement son esprit à l’étude des bonnes lettres et particulièrement à la jurisprudence, qu’il se rendit enfin capable de l’enseigner et parut de telle sorte entre les avocats suivants alors le Barreau du Parlement, qu’il fut tenu pour un des plus grands jurisconsultes de son temps, même mérita cet honorable titre de docteur ès-lois. Le 9 juillet 1461, il épousa Jeanne Lamoignon, fille de Guy, seigneur de Vielmanay, et d’Alixand de Maison-Comte. Vingt et un ans après, il fut élu à la charge de quatrième Président au Parlement, vacante par la promotion de Jean de la Vacquerie à celle de premier. Il exerça cette charge jusqu’en 1490, année pendant laquelle il la résigna à Jean de Ganay. Il mourut à Paris, en 1495, et fut inhumé en l’église Saint-André-des- Arts. »

                                                                  

 Cette église Saint-André-des-Arts, avait été construite au début du XIIIème siècle à l’intérieur de l’enceinte de Philippe Auguste, sur l’actuelle place de ce nom au Quartier Latin. Elle dépendait de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés. Elle fut entièrement reconstruite en 1660 ; Temple de la Raison et Club révolutionnaire en 1790, elle fut détruite en 1807. De nombreuses personnalités du monde parlementaire et médical y avaient été inhumées au fil des siècles, dont plusieurs membres de la famille du Chancelier Leclerc. Voltaire y avait été baptisé en 1694.

Les sires d’Armes portaient : « de gueules, à deux épées d’argent appointées en pile vers la pointe de l’écu, les gardes d’or et une rose de même entre les gardes ». Ce sont là des armes « parlantes », qui suggèrent une adoption tardive et une origine bourgeoise, confirmée par la formation juridique des deux Jean (cf. supra). Reproduites dans les « Armoiries des conseillers et présidents du parlement de Paris depuis le XIVème siècle (1721) » (Bibl. Mazarine) celles de Jean III sont complétées par une « bordure engrêlée aussi d’or », qui est une « brisure » de cadet.

Deux brillants serviteurs du comté et du royaume !

Nous proposons par ailleurs une généalogie complète de cette famille fameuse en Nivernais : Famille d’Armes

Share

Retour à Druyes : la Cour Grenouille

Druyes n’est pas seulement un charmant village qui se mire dans les eaux vives et transparentes de ses « belles-fontaines », c’est aussi un haut lieu historique du Nivernais-Donziais.

L’impressionnant château comtal de Pierre de Courtenay, qui dresse toujours ses murailles sur l’éperon rocheux, et la belle église romane, retiennent également l’attention de nombreux visiteurs.

Les environs sont riches de sites castraux plus modestes, comme le Boulay et Maupertuis. Le prieuré Saint Robert d’Andryes est l’héritier de la fondation monastique de Saint Romain de Subiaco, compagnon de Saint Benoit venu s’isoler dans une grotte voisine des fontaines.

Mais le pays était parsemé d’autres fiefs et l’un d’eux nous intriguait : la Cour Grenouille, à Druyes même.

Nous proposons donc ici une première esquisse de la succession des seigneurs de la Cour Grenouille, du XVIème siècle à la Révolution, des modestes sires de Laduz, en Puisaye, aux prestigieux Damas d’Anlezy, vicomtes de Druyes.

La Cour-Grenouille

D’autres fiefs du voisinage y étaient associés : La Pommeraie et Blin, réputés relever de Brétignelles, un autre fief oublié sur le plateau à l’est.

Le seigneur de la Cour Grenouille avait son habitation au cœur du village. Elle existe toujours : c’est la mairie-école de Druyes.

Nous aimerions approfondir l’origine de ce nom et l’histoire plus ancienne du site ; merci de votre aide !

Share

Les sires de La Tournelle

Les sires de La Tournelle, appartenant à une grande lignée chevaleresque bien connue des historiens et généalogistes du Nivernais, ont retenu notre attention, car une branche a fait une incursion en Donziais.

En épousant Jeanne de Bazoches, Tristan de La Tournelle-Maisoncomte est devenu pour quelques années le seigneur de la Motte-Josserand, forteresse mythique du Donziais, à Perroy, au bord du Nohain. Après sa mort en 1426, Jeanne céda cette terre et surtout la maison-forte au fameux Perrinet Gressart, capitaine routier à la solde des Anglo-Bourguignons.

Mais leurs filles : Alixant de La Tournelle, dame de Villargeau et Brétignelles, qui avait épousé Guyot Lamoignon, et Aalips, dame de Thorigny, mariée à Pierre de La Bussière, leur donnèrent une postérité en Donziais, où on les rencontre également par plusieurs alliances.

L’histoire de cette famille originaire du Morvan – la Motte de La Tournelle est à Arleuf – , qui portait « de gueules à trois tours d’or », ouvre sur des horizons bourguignons . Car ce massif dont le cœur est nivernais, s’étend aussi sur l’Yonne avec à son flanc nord, Vézelay, Chastellux, ou encore le monastère de la Pierre-qui-Vire, où Dom Angelico Surchamp, moine, photographe et peintre – récemment disparu – créa la fameuse collection Zodiaque ; mais aussi sur la Côte d’Or et la Saône-et-Loire, dont la vieille cité romaine d’Autun, siège d’un évêché et patrie du grand Chancelier Nicolas Rolin.

Les sires de La Tournelle, nivernais au premier chef et serviteurs des comtes et ducs, ont rayonné sur tout cet espace et servi également les Grands Ducs d’Occident. Leur vieux fief morvandiau, dont le château-fort a totalement disparu, fut érigé en marquisat pour les derniers représentants de cette grande famille.

Pourquoi fallait-il que l’avant-dernière marquise de La Tournelle, Marie Anne de Mailly-Nesle, vienne donner à ce nom une image sulfureuse en succédant à ses sœurs dans le lit du Roi Louis XV avec la même avidité ?

La saga des sires de La Tournelle que nous proposons dans la notice illustrée ci-dessous – qu’on trouve également dans la page consacrée aux Familles seigneuriales du Donziais – n’est que passagèrement donziaise, mais elle est riche en terres, en châteaux, en alliances, en services rendus au Nivernais, à la Bourgogne, au Royaume et à l’Eglise…

Elle devra être complétée, améliorée, et peut-être corrigée…Merci de votre concours au moyen de l’espace « Commentaire » ci-dessous…

La famille de La Tournelle

Share

Villargeau

Villargeau, à Pougny, est aujourd’hui un grand domaine agricole et viticole (Domaine Villargeau).

C’est un ancien fief – appelé Villorgeul autrefois – qui a sans doute été associé à La Motte-Josserand à l’origine, si l’on en juge par la succession de ses premiers seigneurs.

Son destin féodal paraît étroitement lié à celui de la seigneurie voisine de Brétignelles (Pougny), puis au grand fief des Granges.

                                                   villargeau

Voyez ci-dessous la suite des seigneur de Villargeau, telle que nous avons pu l’identifier ; comme vous le constaterez, elle demande à être précisée…

Villargeau (V6 du 18/10/19)

D enluminé

Share