Archives de catégorie : Pougny

Petit manoir de Pougny

En contrebas du village de Pougny, l’ancien manoir des seigneurs du lieu est aujourd’hui un domaine agricole. Il a été construit à la fin du XVIIème siècle (toits à la Mansart).

Mais le fief est mentionné dès la fin du XIIIème siècle par Marolles. Huguette de Clamecy l’aurait apporté aux Damas de Marcilly, qui l’auraient cédé vers 1415.

La présence d’une pierre tombale aux armes de Clèves dans l’église Saint-Vincent, datée de 1550, indique que Pougny leur appartenait, sans doute par don du duc leur parent.

Ce fief a été associé à celui des Granges, à Suilly (voir cette notice) au début du XVIIème siècle. Il a aussi été associé ultérieurement, à celui de Villargeau voisin (voir cette notice). Jacques de Forgues, Secrétaire de la Chambre du Roi (v. 1600) originaire du Béarn, enrichi par ses charges de « receveur des tailles et aydes », acheteur des Granges sur les du Broc en 1591, aurait ajouté – par acquisition ? – ce fief au vaste domaine des Granges, et il resta dans sa descendance, au-delà même de la Révolution.

Voyez ci-dessous la notice qui lui est consacrée, et aidez-nous à la compléter…

Pougny  (V. complétée le 3 nov 2019)

D enluminé

Share

Montbenoît, à Pougny

Le fief de Montbenoît, à Pougny, est repéré depuis le XVème siècle, détenu par les Buxière, également seigneurs du Jarrier à la Celle-sur-Loire.

Cette famille de Buxière (ou Buxière, ou de La Buxière…) venue du Berry en Nivernais, dont l’origine réputée cosnoise ou donziaise n’est pas véritablement identifiée (cf. Villenaut), pourrait être de la même souche que les sires de La Bussière, très implantés en Puisaye (voir notices : La Bruère, Guerchy et La Bussière, à Treigny).

On ne voit aucune trace castrale dans le village de Montbenoît, situé sur une hauteur et entouré aujourd’hui de vignobles.

Un modeste prieuré bénédictin, dont subsiste une gentilhommière de la fin du XVIIIème siècle, y a existé, sur lequel les renseignements manquent.

Le fief de Montbenoit passe par alliance aux Chéry et aux Troussebois, avant d’être vendu aux Frappier (devenus Frappier de Montbenoît), originaires de Donzy, vers 1600, qui le conservent jusqu’à la Révolution.

Voyez ci-dessous la notice détaillée, qu'il faudrait compléter pour les origines, certainement plus anciennes, de ce fief.

Montbenoît

D enluminé

 

Share

Brétignelles

(Illustration : le manoir-ferme de Brétignelles)

Brétignelles était un fief ancien, à Pougny, que les Vaillant de Guélis conservèrent trois siècles durant après l'avoir acquis sans doute au XVIè siècle. Il paraît avoir relevé à l'origine de La Motte-Josserand, et fit un temps partie des biens du Prieuré N.-D. du Pré.

Il passa aux Lamoignon, une famille éminemment donziaise, par l’alliance d’Alixan de la Tournelle – d'une famille originaire du Morvan (Arleuf) – puis aux d’Armes, sgr de Vergers (voir cette fiche). 

Le vieux manoir subsiste, assez dégradé, au coeur d'un domaine agricole.

Brétignelles paraît avoir eu un destin féodal associé en grande partie à celui de Villargeau voisin.

Voyez ci-dessous une notice, qui reste toutefois à compléter :

Brétignelles (V7 du 23/8/18)

 

D enluminé

Share

Villargeau

Villargeau, à Pougny, est aujourd’hui un grand domaine agricole et viticole (Domaine Villargeau).

C’est un ancien fief – appelé Villorgeul autrefois – qui a sans doute été associé à La Motte-Josserand à l’origine, si l’on en juge par la succession de ses premiers seigneurs.

Son destin féodal paraît étroitement lié à celui de la seigneurie voisine de Brétignelles (Pougny), puis au grand fief des Granges.

                                                   villargeau

Voyez ci-dessous la suite des seigneur de Villargeau, telle que nous avons pu l’identifier ; comme vous le constaterez, elle demande à être précisée…

Villargeau (V6 du 18/10/19)

D enluminé

Share