Le Perche-Gouët

Le Perche-Gouët s'étend de Nogent-le-Rotrou et Montmirail, à Alluyes, Illiers-Combray et Arrou, pour l'essentiel dans l'actuelle Eure-et-Loir et pour partie dans le Loir-et-Cher et la Sarthe. Bordé à l'est par le Dunois, à l'ouest par le Maine, au nord par le Perche (ou "Grand Perche") et au sud par le comté de Vendôme, le Perche-Gouët tire son nom de Guillaume Ier Gouët, seigneur de Montmirail, Authon et La Bazoche qui, le premier, a donné une certaine unité à cette région.

Après avoir appartenu à l'évêque de Chartres qui y fit construire les premières forteresses afin de se protéger des incursions vikings, la région connut sa première unification par le mariage de la fille de Gauthier d'Alluyes, Mahaut, avec Guillaume Gouët. Leur petit-fils, Guillaume III, contribua à cette unité en menant plusieurs guerres contre les comtes du Perche : le Perche-Gouët était né, constitué de cinq baronnies : Alluyes (dite la Riche), Brou (la Noble), Authon (la Gueuse), La Bazoche (la Pouilleuse) et Montmirail (la Superbe). 

Mathilde Gouët, héritière de Guillaume IV, apporte le Perche-Gouët à Hervé III de Donzy. Malgré les revendications diverses, cet ensemble féodal considérable fut conservé par les barons de Donzy, ensuite comtes de Nevers, jusqu’au début du XIVème siècle et fut transmis ensuite dans différentes familles par des alliances.

Voyez ci-dessous une notice présentant la succession des seigneurs du Perche-Gouët au moyen-âge :

Le Perche-Gouet

D enluminé