Archives du mot-clé donzy

Hôtel « Frappier de Saint-Martin »

Un bel hôtel ancien (XVIIème-XVIIIème siècle), dit "Frappier de Saint-Martin", devenu depuis longtemps un bâtiment communal, frappe le visiteur, dans le bourg de Donzy.

                                              

Il porte le nom d'une vieille famille bourgeoise de Donzy, les Frappier, connue depuis le XVème siècle, dont nous avons tenté de reconstituer la généalogie avec toutes les sources disponibles.

Elle eut différentes branches qui prirent, suivant l'usage du temps, les noms des terres qu'ils possédaient dans les environs, dont Saint-Martin. S'agit-il simplement d'une référence à la paroisse de Saint-Martin-du-Pré où ils paraissent avoir habité pendant plusieurs générations ?

Les Frappier ont pu, grâce aux revenus de leurs activités commerciales et industrielles – dont l'exploitation de moulins à forge, à Vergers, Bailly et l'Eminence – et grâce à leurs charges judiciaires, acquérir des terres en Donziais : Montbenoit, ou encore le grand château de Ratilly. Ils se sont alliés avec de nombreuses familles connues de la région, déjà rencontrées dans d'autres sites : Champromain, Pontcharrault, Saint-Père, ou encore Chailloy.

L'une des branches prit au XVIIIème siècle le nom de Frappier de Jérusalem, l'un de ses membres ayant acquis cette terre et ce château, près de Saint-Verain, sur l'histoire duquel nous savons encore bien peu de choses. 

Voyez ci-dessous une notice qui présente l'état actuel de nos recherches sur cette famille et ses possessions :

Famille Frappier (V1 du 16/11/17)

 

Share

Aux origines de Donzy

Dans la page consacrée à l'histoire de la baronnie de Donzy, l'origine de ce grand fief est évoquée dans ses grandes lignes.

Cette question reste cependant discutée. Nous avons voulu l'approfondir en faisant la synthèse des recherches les plus récentes pour donner une vision plausible du processus suivant lequel le fief de Donzy, plus tard appelée baronnie, a vu le jour au début du XIème siècle, comme bien d'autres seigneuries châtelaines.

L'étude que nous proposons ci-dessous fait plonger au coeur de la Bourgogne de l'an Mil et de l'avènement de la féodalité. La faiblesse des sources a conduit les historiens à formuler des hypothèses que nous présentons, mais "l'obscurité" de cette époque demeure, et avec elle ses mystères.

La naissance de Donzy en recèle toujours quelques uns mais nous avons voulu montrer qu'elle s'est inscrite dans le processus que les grands médiévistes ont analysé et décrit parfois très précisément. Nous nous appuyons sur leurs travaux passionnants.

Bonne lecture, à la rencontre de "Gaufridus Domiciacensis"  et de son temps !

Nous sommes bien entendu intéressés par vos questions, réactions et propositions…

 

Les origines de Donzy (V1 du 10 novembre 2017)

 

Share

Aux origines : Hugues de Chalon

(Illustration : vue ancienne d'Auxerre)

Pour éclairer davantage les origines du Donziais féodal, dont l'histoire est traitée dans la page consacrée à la Baronnie de Donzy, nous vous proposons ci-dessous une notice consacrée à Hugues de Chalon, évêque d'Auxerre de 999 à 1039, qui joua un rôle déterminant.

Grand seigneur bourguignon, issu par sa mère de la lignée de Chalon-Vergy, très lié à la dynastie capétienne qui venait d'accéder au pouvoir royal et entendait contrôler la Bourgogne, Hugues ne fut peut-être pas le "fondateur" de la baronnie, car une seigneurie détenue par la famille de sa mère préexistait, mais il en permit l'essor sous sa suzeraineté d'évêque au pouvoir politique exceptionnel.

On plonge ici dans les bouleversements de l'an Mil, dans la constitution du duché capétien de Bourgogne, et dans la rivalité des pouvoirs comtaux et épiscopaux, auxquels la genèse du Donzy médiéval se trouve associée.

Hugues de Chalon

D enluminé

Share

Montbenoît, à Pougny

Le fief de Montbenoît, à Pougny, est repéré depuis le XVème siècle, détenu par les Buxière, également seigneurs du Jarrier à la Celle-sur-Loire.

Cette famille de Buxière (ou Buxière, ou de La Buxière…) venue du Berry en Nivernais, dont l’origine réputée cosnoise ou donziaise n’est pas véritablement identifiée (cf. Villenaut), pourrait être de la même souche que les sires de La Bussière, très implantés en Puisaye (voir notices : La Bruère, Guerchy et La Bussière, à Treigny).

On ne voit aucune trace castrale dans le village de Montbenoît, situé sur une hauteur et entouré aujourd’hui de vignobles.

Un modeste prieuré bénédictin, dont subsiste une gentilhommière de la fin du XVIIIème siècle, y a existé, sur lequel les renseignements manquent.

Le fief de Montbenoit passe par alliance aux Chéry et aux Troussebois, avant d’être vendu aux Frappier (devenus Frappier de Montbenoît), originaires de Donzy, vers 1600, qui le conservent jusqu’à la Révolution.

Voyez ci-dessous la notice détaillée, qu'il faudrait compléter pour les origines, certainement plus anciennes, de ce fief.

Montbenoît

D enluminé

 

Share

Chatel-Censoir, une possession donziaise

(Illustration : la Cène, bas-relief du XVIème siècle – Eglise St-Potentien de Chatel-Censoir)

Chatel-Censoir, à l’entrée du Morvan sur le haut cours de l’Yonne, est aujourd’hui un bourg modeste, mais tout y respire une haute antiquité. Aux limites orientales du Donziais, elle relevait de l'ancien diocèse d’Autun – qui comprenait la région d'Avallon – mais appartenait aux évêques d’Auxerre, par un de ces mystères dont l'histoire féodale a le secret.

Ce castrum éduen a été une importante place gallo-romaine, comme l’ancienneté des fortifications à leurs bases et de nombreuses trouvailles archéologiques dans toute la région en attestent. Saint Pèlerin, le grand évêque d’Auxerre, en fut l’évangélisateur, mais c’est le martyr d’Entrains, Saint Potentien, deuxième évêque de Sens, qui a donné son nom à la Collégiale.

Il semble que la ville tienne son nom de Censure, évêque d’Auxerre au Vème siècle, – correspondant de Sidoine Appolinaire – dont la famille tenait une grande partie de la région, et qui en fit don à son diocèse à l’instar de son illustre prédécesseur le grand Saint Germain.

______________

La possession seigneuriale de Chatel-Censoir est à associer entièrement à celle de Donzy, depuis Warin de Vergy, comte de Mâcon et de Chalon au IXème siècle, ancêtre des barons de Semur et de Donzy. Cette communauté de destin donne à Chatel-Censoir un statut unique en Donziais. Sur le plan géographique, elle contribue à former la longue bande de la Loire à l’Yonne qu’a été cette baronnie. Chatel-Censoir en devint logiquement une « châtellenie » lorsqu'elle se structura.

La place a toutefois été disputée pendant plusieurs décennies aux barons par les comtes originels de Nevers, mais cette querelle s’est trouvée sans objet à la réunion de ces deux grands fiefs, par l’alliance de Mahaut de Courtenay avec Hervé de Donzy. Dès lors le destin de Chatel fut celui du Nivernais dans son ensemble.

Un château baronnial dominait la forteresse de Chatel-Censoir, et les barons, puis les comtes de Nevers y nommaient des « châtelains » pour les représenter.

                                                 Tour_d'enceinte_de_Châtel-Censoir

Deux lignées, peut-être réunies, ont marqué la cité aux XIème et XIIème siècles : les Wibert et les Ascelin, qui se sont taillés des fiefs importants dans la région (voir notice Merry), où ils s’implantèrent définitivement. Un Gymon de La Rivière, de la grande famille nivernaise de ce nom, conseiller de Geoffroy IV de Donzy, vint exercer cette fonction, ou encore Jean de Fretoy vers 1400.

La gentilhommière qui subsiste de nos jours en haut de la colline, est l’héritière des anciens châteaux forts dans ce site, dont des traces subistent (murs, tour…) mais dont on n’a pas d’image ancienne.

D enluminé

 

 

Share