Archives pour la catégorie Non classé

Des sites mieux documentés…

Grâce à l'approfondissement de nos recherches et au concours de plusieurs visiteurs du site, l'histoire des sites anciens du Donziais que nous explorons est, jour après jour, mieux documentée.

Cette amélioration participative et continue est un objectif central. Mais ce travail de l'ombre nous mobilise et ne nous permet pas dans l'immédiat de publier de nouveaux articles. Ce n'est que partie remise …

Voyez par les exemple les nouveautés introduites aujourd'hui même dans l'étude des origines de la forteresse de La Motte-Josserand

Les nouvelles versions des notices annexées aux articles sont en principe datées et numérotées. Vous pouvez ainsi suivre les progrès – et le cas échéant les discuter ou les compléter en utilisant la fonction "commentaire" -, lorsque vous portez un intérêt particulier à tel ou tel site.

                                     Bonnes découvertes !

 

Share

Villarnoux, berceau d’un portraitiste

(Illustration : fragment du portrait Andrej Ivanovič Vjazemskij, par J.-L. Voille)

Le domaine de Villarnoux à Donzy, ancienne paroisse de Bagneaux, sur la rive droite de la Talvanne, donna son nom à la famille Voille de Villarnou, dont nous proposons la généalogie dans la page consacrée aux Familles du Donziais

Les Voille de Villarnou s'établirent par des alliances dans la bourgeoisie terrienne et judiciaire locale – les Frappier, Maignan…etc, dont nous proposons des généalogies dans cette même page  – et on les retrouve donc ici ou là en Donziais.

Un Voille connut une certaine notoriété à la fin du XVIIIème siècle, à Paris et surtout à Saint-Petersbourg, comme portraitiste : c'est Jean-Louis Voille, descendant des Voille de Villarnou.

Pour vous donner le goût de le découvrir, voyez ci-dessous une toile caractéristique de son style, classique, appris de François Hubert Drouais.

Bonne découverte !

                                                    

 

Share

Des forges du Nohain à la Grande Armée

Découvrez en cliquant sur le lien ci-dessous une nouvelle notice : elle porte sur les Lespinasse, une famille originaire de La Charité-sur-Loire, très implantée en Donziais :

Lespinasse

(Elle figure aussi dans la nouvelle page sur les Familles du Donziaiscréée il y a peu, à laquelle vous pouvez accéder par le menu principal).

Cette famille s'est illustrée dans des charges judiciaires et par son investissement dans les moulins à forge aux XVIIème et XVIIIème siècles. Vous la retrouverez ainsi dans les notices consacrées à Chailloy, Vergers, Vieux-Moulin, ou encore à la forge des Pivotins (Vielmanay), évoquée dans la page consacrée à cette industrie pionnière : moulins et forges. Les Lespinasse, qui ont aussi tenu le site du Battoir à Chaulgnes, ont été très actifs à l'ombre du grand Prieuré clunisien de La Charité-sur-Loire, dont la richesse foncière faisait vivre de nombreux hommes de loi.

                                                           

Augustin de Lespinasse (1737-1816), troisième de ce nom, a mené quant à lui une brillante carrière militaire, faisant ses premières armes dans les Mousquetaires Noirs à la fin du règne de Louis XVI, puis servant dans les armées de la Révolution, et enfin dirigeant des unités d'artillerie de la Grande Armée. Général et comte de l'Empire, son nom est inscrit au flanc de l'Arc de Triomphe. 

Son frère Louis-Nicolas, le "chevalier de Lespinasse", député de la Nièvre, fut un dessinateur classique de grande renommée.

                                               

L'archiviste et historien des Comtes de Nevers, René Leblanc de Lespinasse était issu par une alliance de cette même famille. 

Au XVIIème siècle, certains de ses membres voulurent faire reconnaître leur appartenance à la lignée des sires de Lespinasse, chevaliers venus du Forez en Bourgogne et en Nivernais. Ils se disaient issus d'Odart de Lespinasse, sgr de Champallement, Chambellan du duc de Bourgogne. Odart était présent aux côtés de Philippe, comte de Nevers, à la bataille de Nicopolis (1396). Il fut inhumé aux cotés de ses parents au Prieuré clunisien de Saint-Révérien.

Mais la filiation entre ce vaillant chevalier et nos charitois n'a pas été établie. Pas davantage l'origine de leur nom : de quelle "Espinasse" s'agissait-il si ce n'était pas celle d'Odart et de ses aïeux ?

Les derniers Lespinasse de La Charité en avaient en tout cas pris les armes "fascé d'argent et de gueules de dix pièces".

                                                                                  

 

Quelle que soit son origine, bourgeoise ou chevaleresque, cette famille entreprenante eut un beau destin, des rives de la Loire et du Nohain aux champs de bataille de l'Europe…

 

Share

Une nouvelle page !

(Illustration : les Jouvenel des Ursins, Musée de Cluny)

Pour répondre à la demande de visiteurs du site, nous proposons une nouvelle page : FAMILLES du DONZIAIS (voir le menu général en haut).

Nous y avons regroupé des généalogies familiales exhaustives, qui étaient simplement attachées à des articles ponctuels, lorsque ces familles avaient joué un rôle important dans le site traité, pour vous permettre d'y accéder plus facilement.

Cette page s'allongera bien entendu au fil du temps, et les notices en question s'amélioreront avec votre aide.

Bonne découverte et merci de vos contributions !

 

 

Share

Bonne année !

Terres et Seigneurs en Donziais souhaite une BONNE et HEUREUSE ANNEE 2018 à ses habitués et aux nouveaux visiteurs du site.

Qu'elle vous apporte toutes sortes de satisfactions, en particulier dans vos découvertes et nous permette d'intensifier notre coopération pour éclairer encore mieux l'histoire de l'ancien Donziais qui nous est cher….

 

Merci de noter que si la production d'articles nouveaux a ralenti – ce qui est normal puisque l'exploration historique de ce petit territoire a nécessairement ses limites – l'approfondissement de la connaissance des sites traités se poursuit activement, en liaison avec certains visiteurs parfois, et donne lieu à des mises à jours fructueuses des articles ou surtout notices attachées (elles sont en principes signalées…)

Share

Garchy et le « vieux moulin »

Garchy, joli bourg sur l’Asvins, était un fief de la châtellenie de Châteauneuf-Val-de-Bargis, en limite sud de l’ancien Donziais.

Narcy, ainsi que la vieille forteresse de Passy-les-Tours à Varennes-les-Narcy, tous proches, relevaient quant à eux de la châtellenie de La Marche, c’est-à-dire du comté de Nevers. Garchy jouxtait aussi les possessions des bénédictins de La Charité.

Ce fief fut souvent appelé « Guerchy » dans les documents anciens, ce qui rappelait son étymologie : une « guerche » est un lieu fortifié. L’usage de cette orthographe a d’ailleurs généré de nombreuses confusions chez les généalogistes, avec Guerchy à Treigny (89), une riche paroisse de Puisaye donziaise où s’implantèrent les sires de La Bussière ; et avec Guerchy, une paroisse de l’Auxerrois, fief des Régnier depuis Jean Régnier, Bailli d’Auxerre et poète, au XVème siècle.

Nous avons évoqué la belle église romane Saint-Martin de Garchy, complètement restaurée, dans la page consacrée au Donziais roman.

                                                    

Il y eut un château et des seigneurs à Garchy, où on peut voir une vieille tour accolée à une maison du bourg, restes d'un manoir construit sous Henri IV.

                                                                   

Vieux-Moulin (à Vielmanay) non loin en amont, fut détenu par les mêmes familles que Garchy et prit finalement le pas au XVème siècle. Pour explorer la succession des seigneurs de Garchy nous vous proposons donc de vous reporter à la notice correspondante.

Garchy est cité en tant que tel dès 1326 par l’hommage qu’en fit Guillaume III de Mello, sgr d’Epoisses en Bourgogne, à la mort de son père (fils de Guillaume II et Marie de Chateauvillain ; et petit-fils de Guillaume Ier et d’Agnès de Saint-Verain) mais nous ne disposons pas d’indications précises sur l’origine de cette possession par les Mello, qui se trouvèrent très puissamment établis en Nivernais par leurs alliances.

Ce fief et celui de Vieux-Moulin passèrent aux sires de Champlemy, qui paraissent les détenir à la fin du XIVème, avec « Bonne, dame de Garchy et Vieux-Moulin », mais on ne sait encore comment.

Formulons en tout cas l’hypothèse que ce « vieux moulin », comme les  terres de Puisac et de Mèzières, était un arrière-fief de Garchy, situé au droit d’une retenue sur l’Asvins dont la force – qui nous paraît bien modeste aujourd’hui – était alors créatrice d’activité artisanale et de richesse.

Quoiqu’il en soit, Garchy resta aux mains de leurs descendants : les Blaisy, Marafin, Troussebois et Thibault, en furent seigneurs.

Dans la même paroisse, nous avons vu le fief de La Barre, qui a donné son nom à une lignée au début du XVème siècle et fut sans doute détaché de Garchy, étant donné sa proximité ; celui de Montclavin, autre arrière-fief, cité au XVIIème siècle pour Françoise de Bar, mariée à François Thibault, sgr de Garchy et Vieux-Moulin ; et enfin Boisrond, une terre donnée par le comte de Nevers Jean de Bourgogne, à un fidèle archer : Jacob du Broc, dont le père était venu du Brabant.

Il reste à éclaircir les origines lointaines de Garchy, et nous comptons sur votre aide…

Share

Donzais roman

(Illustration : le tympan de Donzy-le-Pré)

Même s'il ne pouvait bénéficier pour lui seul d'un volume de l’irremplaçable collection Zodiaque, fondée par Dom Angelico Surchamp à l'abbaye de La Pierre-qui-Vire, le Donziais est bien pourvu en églises romanes.

N'est-il pas encadré au levant par Vézelay et au couchant par La Charité-sur-Loire ?

Dans nos présentations des anciens monastères qui animaient la région de leurs chants, nous avons évoqué des monuments romans remarquables, dans les sites clunisiens de Notre-Dame-du-Pré, à Donzy, avec son exceptionnel tympan, et de Saint-Agnan à Cosne, avec sa belle abside, ; à Saint-Verain, relevant de Saint Germain d'Auxerre ; à Saint-Laurent, l'abbaye augustinienne, dont les ruines témoignent ; à la Commanderie de Villemoison ; sans oublier les quelques arcades du cloître de Bourras, derniers témoignages cisterciens,  et le chevet du prieuré grandmontain de Saint-Marc de Fontenay.

Mais de petites églises paroissiales, émouvantes par leur simplicité et leur grand âge, doivent aussi retenir notre attention. Leur histoire est souvent mal connue, mais le volume « Nivernais-Bourbonnais roman » de Zodiaque, l’ouvrage de C. Arnaud sur « Les églises de l’ancien diocèse d’Auxerre » (SSHNY, Auxerre, 2009) et la somme de M. Anfray sur « L’architecture religieuse du Nivernais au Moyen-Âge – Les églises romanes – » (Picard, Paris, 1951), fournissent une excellente documentation.

Evoquons ces sanctuaires du XIIème siècle, qui ont accueilli les seigneurs qui peuplent ce site et parfois leurs sépultures, au fil du temps.

*     *     *

A tout seigneur tout honneur : là même où commença notre histoire, au village de Donzy-le-Pré, non loin de l’ancien prieuré, la petite église paroissiale Saint Martin est là, presque intacte, avec sa nef simple. Elle a remplacé vers 1100 un édifice qui remontait sans doute aux premiers siècles du christianisme (voir l’article sur les origines de Donzy). Elle a été agrandie d’un chœur plus étroit au XIIIème siècle.

                                                 

On y entre par un portail avancé en plein cintre dont l’archivolte torique, accompagnée d’un rang de perles et de quelques moulures, retombait sur deux colonnettes dont l’une a disparu, et l’autre conserve un chapiteau sculpté d’un aigle.

Cette paroisse avait sous sa dépendance Donzy-le-Pré, Lyot, Bailly, Saint Jean, et les forges de l’Eminence.

L’église abrite des sépultures, dont la dalle funéraire, dressée maintenant contre un mur, de Françoise de La Rivière, dame de Favray, dame d’honneur de la reine Margot (Marguerite de Valois), morte à l’âge de 20 ans, en 1606. Elle y est figurée en tenue de Cour, entourée des armes de La Rivière et de Reugny (son mari).

*    *    *

A quelques kilomètres au sud, le beau village de Garchy a la chance d’avoir conservé intacte son église romane, complètement restaurée.

                                

Elle avait été donnée par Humbaud, évêque d’Auxerre (1087-1114) à l’église Saint-Eusèbe à la suite de l’installation d’une communauté de chanoines de Saint-Laurent, près de Cosne, au début du XIIème siècle. Une bulle papale de 1147 nous apprend que l’évêque Hugues (Hugues de Mâcon, 1137-1151) avait finalement réuni Saint-Eusèbe et ses dépendances, dont Garchy, à l’abbaye augustinienne.

Du mobilier et des vestiges antiques ainsi qu’une nécropole mérovingienne au lieu-dit " Le Champ-Blanc ", avec des sarcophages, ont été retrouvés sur le territoire de la commune, mais il n’y a aucun vestige antérieur à la construction actuelle, dans l’église.

Ce village s’est vraisemblablement installé au passage d’un gué sur l’Asvins. Nous avons rencontré les seigneurs de Garchy – où on peut voir les traces d’un petit château – à Vieux-Moulin, en amont sur la rivière. Le château de La Barre est tout proche, ainsi que l’ancien fief de Boisrond, plus isolé.

*    *    *

L’église paroissiale Saint-Martin de Myennes apparaît dans les textes à partir du milieu du XIIème siècle comme une dépendance du Prieuré de La Charité, qui a sans doute ordonné la reconstruction d’un édifice plus ancien. Divers travaux ont en effet permis de découvrir des éléments architecturaux et du mobilier d’un habitat gallo-romain.

                                                          

L’église a été très remaniée – ajout d’une chapelle seigneuriale au XVIème siècle – voir l’article consacré à Myennes – et restauration du XIXème siècle. Mais elle conserve, pour le chœur, sa structure romane : une abside en hémicycle précédée d’une travée droite, ainsi qu’une fenêtre.

*    *    *

On sait seulement qu'un lieu de culte existait à Druyes-les-Belles-Fontaines à la fin du VIe siècle. L'église Saint-Romain – du nom d'un compagnon de Saint-Benoit de Nursie, venu fonder là un monastère, transféré ensuite à Andryes – est un exemple très pur de roman bourguignon du milieu du XIIe siècle (sauf la sacristie moderne, qui défigure le chevet roman, la chapelle Notre-Dame-de-Pitié et la tour fortifiée à l'angle de la façade, qui datent du XVème siècle).

                                                   

Druyes a eu une certaine importance aux XIIème et XIIIème siècles : le château de Druyes comptait parmi les résidences des comtes de Nevers, qui y entretenaient une garnison et y avaient leur propre chapelle, qu'on peut toujours y voir. La comtesse Mahaut de Courtenay y fit plusieurs séjours et a dû admirer le travail des sculpteurs des chapiteaux de l’église.

Par un très beau portail en léger retrait, on entre directement dans une nef aveugle de trois travées, couverte en berceau brisé et flanquée de collatéraux. Les chapiteaux de la nef présentent une simple ornementation végétale, ceux du transept, remarquables, sont historiés ou présentent un décor animalier. 

*    *    *  

L’ancienne église paroissiale de Corbelin est placée sous le vocable de Notre-Dame de Septembre. Elle fut bâtie au XIIIème siècle et servit de chapelle au château.

                                                                    

Elle est à chevet plat, de type cistercien, percé de trois fenêtres en lancette sans meneaux, comprend une nef voûtée et un clocher carré renforcé par de puissants contreforts. Le culte y fut célébré jusqu’au XVIIIème siècle, mais elle fut ensuite abandonnée puis utilisée comme bâtiment agricole jusqu’à la fin du XXe siècle. Elle a été restaurée par la Camosine dans les années 1990.

Bonnes découvertes !

 

 

 

Share

Savigny, à Colméry

(Illustration : l'ancien moulin de Savigny, sur la Talvanne – source Cahiers du Val de Bargis)

Le fief de Savigny, à Colméry, avec son moulin sur la Talvanne, était un arrière-fief de Colméry.

Il a donc été détenu par les seigneurs du lieu jusqu'à sa vente, à la fin du XVIème siècle, aux Maignan, notaires à Donzy, dont les héritiers le céderont à la comtesse de Fonfaye, Louise de Prunelé, veuve de François Gabriel de Morogues.

Il y aurait eu une maison-forte, dont les traces sont signalées à quelque distance du domaine actuel de Savigny, en lisière de forêt.

Voyez ci-dessous la notice décrivant, en l'état actuel de nos connaissances, la succession des seigneurs de Savigny.

Savigny   (V1 du 17/11/17)

Share

Aux origines de Donzy

Dans la page consacrée à l'histoire de la baronnie de Donzy, l'origine de ce grand fief est évoquée dans ses grandes lignes.

Cette question reste cependant discutée. Nous avons voulu l'approfondir en faisant la synthèse des recherches les plus récentes pour donner une vision plausible du processus suivant lequel le fief de Donzy, plus tard appelée baronnie, a vu le jour au début du XIème siècle, comme bien d'autres seigneuries châtelaines.

L'étude que nous proposons ci-dessous fait plonger au coeur de la Bourgogne de l'an Mil et de l'avènement de la féodalité. La faiblesse des sources a conduit les historiens à formuler des hypothèses que nous présentons, mais "l'obscurité" de cette époque demeure, et avec elle ses mystères.

La naissance de Donzy en recèle toujours quelques uns mais nous avons voulu montrer qu'elle s'est inscrite dans le processus que les grands médiévistes ont analysé et décrit parfois très précisément. Nous nous appuyons sur leurs travaux passionnants.

Bonne lecture, à la rencontre de "Gaufridus Domiciacensis"  et de son temps !

Nous sommes bien entendu intéressés par vos questions, réactions et propositions…

 

Les origines de Donzy (V1 du 10 novembre 2017)

 

Share

La Roche, face à Sancerre

Le château de la Roche-sur-Loire n'est guère éloigné de celui de Tracy-sur-Loire. Reconstruit aux XVIIIème et XIXème siècles, il fait face aux côteaux de Sancerre depuis la rive droite de la Loire. Il est toujours à la tête d'un domaine viticole de l'appellation "Pouilly-Fumé".

C'est un fief ancien qui avait donné son nom à une lignée féodale, aux confins du Donziais et du comté de Sancerre, dans la mouvance duquel cette terre a peut-être été.

Nous n'avons à ce stade retrouvé sa possession qu'à la fin du XVIème siècle, quand Marguerite de Troussebois l'apporta à Paul de Paris par son mariage. Cette lignée nivernaise – déjà rencontrée à Port-Aubry près de Cosne – le conservera jusqu'à la Révolution.

 

Mais nous aimerions retrouver son histoire ancienne, avec votre aide !

Ci-joint une première notice, qui devra être complétée  :  

La Roche-sur-Loire (Tracy) (V2 du 15/8/18)

 

Share

La Roussille, aux sources du Nohain

(Illustration : le Nohain près de sa source, aux pieds de la Roussille)

Le fief de la Roussille, qui aurait donné son nom à une famille oubliée, eut un destin associé à ceux des autres fiefs voisins d'Entrains : Miniers et St-Cyr, Réveillon, Château-du-Bois

Un manoir y subsiste, qui domine les sources du Nohain, en amont d'Entrains.

Cette terre a changé plusieurs fois de mains au XVIIIème siècle. L'un de ses propriétaires, Jean-Baptiste Amelot, connut une certaine notoriété en concevant le projet de Canal de la Loire à l'Yonne, qui serait passé précisément aux pieds de la Roussille (voir l'article précédent : Donzy, port fluvial ?).

Nous sommes évidemment intéressés par des informations complémentaires qui permettraient d'étoffer et de préciser la notice ci-dessous qui présente l'état actuel de nos connaissances sur la suite des seigneurs de :

La Roussille

 

Share

Les amis des rois

(Illustration : statue de Bureau de la Rivière – Cathédrale d'Amiens, vers 1375)

Les frères Jean (1338-1385) et Bureau de La Rivière (+1400), issus de la lignée donziaise de ce nom, très présente dans ces pages, lui ont conféré une véritable célébrité (voyez la généalogie complète de la famille de la Rivière, attachée à l’article consacré à leur terre d’origine).

On dirait aujourd’hui qu’ils étaient "bourrés de talent" puisque malgré l'obscurité supposée de leurs origines, ils s’affirmèrent comme de grands administrateurs du royaume sous les rois Charles V et Charles VI, à la fin du XIVème siècle. Ces conseillers du roi "d'humble naissance" étaient surnommés ironiquement les « Marmousets » – petit singe, ou personnage de petite taille en position extravagante dans la sculpture de l'époque – selon Froissart. Cela a même induit une conception longtemps dominante suivant laquelle le grand-père de Bureau aurait été un "serf affranchi". Mais la plupart des généalogistes s’accordent aujourd’hui à penser que les seigneurs de La Rivière à Couloutre étaient d'ancienne extraction chevaleresque, et peut-être même des parents des barons de Donzy de l’illustre maison de Semur.

Quoiqu’il en soit, Jean, comme diplomate et Premier Chambellan de Charles V, et à sa suite Bureau, comme Premier Chambellan, ami du même roi et fidèle contre vents et marées au jeune et malheureux Charles VI, ont laissé l’image de grands serviteurs, loyaux et efficaces en ces temps troublés.

Jean de La Rivière (1338-1385) montra l'exemple, mais sa carrière fut brève. Vers 1358 il quitta avec son frère leur Nivernais natal pour Paris. Il entra très vite au service du Dauphin Charles comme Chambellan grâce à l’appui de son oncle Jean d’Angerant, grand soutien du Dauphin, évêque de Chartres puis de Beauvais, Président de la Chambre des Comptes, dont la famille était investie au service des rois. Voyez une note sur cette lignée en cliquant sur le lien ci-dessous :

Généalogie d'Angerant (V. corrigée et complétée du 12/6/17)

Dès 1364 Jean devint Premier Chambellan, c'est-à-dire le premier serviteur du roi et son compagnon au quotidien. Il fut chargé de délicates missions diplomatiques, et s’attacha à  Pierre Ier de Lusignan, roi de Chypre (1328-1369), qu'il accompagna en Europe pour organiser une nouvelle croisade, dont les objectifs paraissent rétrospectivement un peu confus. Il partirent en juin 1365 de Venise vers Rhodes et Alexandrie, qui fut pillé. Les "croisés", chargés d’un énorme butin, firent voile vers Famagouste, à Chypre, où Jean mourut à la fin de cette même année. Sa mort toucha profondément Charles V qui fut fidèle à sa mémoire en choisissant son jeune frère Bureau pour lui succéder. Le roi lui avait fait épouser Marguerite des Préaux, riche héritière de grandes lignées normandes, mais il ne paraît pas en avoir eu une postérité viable.

Charles dit « Bureau » de La Rivière (+ 1400), Premier Chambellan à son tour, devint très vite un ami très proche du roi. Intelligent, actif, modeste et fidèle, il s’affirma comme le premier serviteur de l’Etat, à l’extérieur – il accueillit par exemple l’Empereur Charles IV en 1377 – comme à l’intérieur – il fut compagnon de Bertrand du Guesclin en 1370, puis chef de l’armée en Bretagne en 1379 -. Charles V mourut dans ses bras en 1380. Il avait décidé quelques années auparavant que Bureau serait inhumé à ses côtés.

Critiqué et même écarté par les Grands du royaume, en particulier les oncles du roi, dont Jean de France, duc de Berry, qui entendaient prendre le contrôle du jeune Charles VI, Bureau fut vite rétabli par ce dernier dans ses fonctions et lui fut aussi précieux qu’à son père pendant près de 20 ans. Il fut « ministre d’Etat » en son Conseil, et avec lui les « Marmousets » ( Le Mercier, Montagu) revinrent sur le devant de la scène.

Mais le règne s’enfonçait dans les rivalités, aggravées par la démence du roi. Malgré son soutien épisodique, Bureau dut s’effacer. Il fut privé d’une partie des grands biens dont on lui avait fait don, et mourut en 1400. Il rejoignit alors dans la nécropole de Saint-Denis Bertrand du Guesclin, aux pieds de l’enfeu de Charles V. Charles VI poursuivit sa triste existence jusqu’en 1422. Les troubles qui en découlèrent ne manquèrent pas de relancer la Guerre de Cent ans, qui n’épargna pas le Nivernais.

De sa femme Marguerite, dame d’Auneau et de Rochefort, une personne remarquable qui appartenait à la maison de Dreux, amie de Christine de Pisan, Bureau de la Rivière avait eu cinq enfants, dont Charles, comte de Dammartin.

Jean et Bureau sont inscrits dans la longue tradition des grands serviteurs de l’Etat qui ont fait la France. Depuis leur vallée du Nohain, ils ont porté haut et loin l’écu « de sable à la bande d’argent ».

                                                                                  

Share

Le « Nobiliaire de Nivernois » de Villenaut

Parmi les sources qui permettent d’approcher les seigneurs de l’ancien Donziais, le « Nobiliaire de Nivernois » d’Adolphe de Villenaut (1836-1897), consacré aux « Familles de gentilshommes fixées en Nivernois et y étant en possession de la noblesse avant 1560, avec notices nivernaises de leurs alliances » (chez Vallières à Nevers, 1900) réalisé avec la collaboration de M. de Flamare, archiviste du Département, tient une place essentielle.

                                                      

Son auteur était éminemment donziais, étant issu d’une famille établie au XVème siècle en Puisaye. Le premier échelon connu fut un Regnault Mullot (+ avt. 1522), capitaine de Druyes, à qui la comtesse de Nevers attribua des terres, peut-être à l’occasion de son mariage avec une de ses Dames d’Honneur. Nous avons rencontré cette famille au Colombier (à Etais-la-Sauvin), qu’ils ont toujours détenu, ou à Maupertuis près de Druyes.

Ils portaient « d’azur à la bande d’argent chargée de trois coquilles de gueules, accompagnée de deux étoiles d’argent, l’une en chef, l’autre en pointe ».

                                                                     

Avec le temps le nom de la terre de Villenaut (aujourd’hui Les Villenots, un hameau d’Etais proche du Colombier) prit le pas sur le nom d’origine. Adolphe était le descendant direct à la neuvième génération de Regnault. Il avait eu une formation d’ingénieur des Arts et Manufactures et vécut à la fin de sa vie au château de Vauzelles, aux portes de Nevers.

Généalogiste nobiliaire du Nivernais, très documenté, il fut le digne héritier de l’abbé de Marolles, auquel il se référa constamment.

Il consigna les résultats de ses recherches dans cet ouvrage ambitieux, dont un seul tome, le second, consacré aux familles dont les noms commençaient par les lettres A à N, a été publié peu après sa mort. Un premier volume devait être consacré à un Historique du Pays de Nivernois, qui ne parut jamais.

Ce recueil est composé de notices consacrées à des lignées anciennes du Nivernais, auxquelles sont adjoints des notices plus courtes sur des familles alliées et un riche appareil de notes. Malgré quelques hypothèses que des travaux ultérieurs ont pu remettre en question, cet ouvrage reste la référence pour les généalogies traitées.

Le choix des notices principales peut paraître hétérogène. Ainsi on y trouve mis sur le même pied les Lamoignon et les sires de Mello ; les fameux Chabannes ou les anciens seigneurs de Lormes, sont présentés en note. Mais cette noblesse était effectivement diverse, et la vision de l’auteur était celle d’un érudit de la fin du XIXème siècle, influencé par ses contemporains malgré une quête évidente de vérité.

Un beau décor dans le goût de 1900, et une mise en page grand format, donnent à cet ouvrage un charme particulier. Il est aujourd’hui presque introuvable, mais il a été numérisé et on peut se procurer facilement une réimpression. Il est accessible en ligne sur Gallica : Nobiliaire de Nivernois.

                                            

 

Villenaut présente les générations, les mariages, les fratries, les titres et les fiefs, relie les lignées entre elles et renvoie de l’une à l’autre. Il déroule une sarabande de familles, survolant les vallons du Nivernais et les siècles. Cette cohorte nous devient familière malgré le nombre, et son travail imprègne nos articles.

Share

Duc de Donzy ?

Lu dans les Mémoires de Saint-Simon « M. de Donzi, hors d'espérance d'être duc, avait cherché à y suppléer par un mariage. Il le trouva dans la fille aînée de J.-B. Spinola, gouverneur d'Ath et lieutenant général des armées de Charles II, roi d'Espagne, qui en 1677 le fit faire prince de l'empire et le fit enfin grand d'Espagne, de la première classe pour un gros argent qu'il paya. Il n'eut point de fils, il n'eut que deux filles dont l'aînée eut sa grandesse après lui, et que Donzi épousa, et prit d'elle, en se mariant, le nom de prince de Vergagne. Il fallait craindre, à la vie qu'il menait, de se méprendre et de dire Vergogne… »

Qui pouvait bien être ce sulfureux M. de Donzi, alors que la lignée de ce nom s’était fondue dans celle de Nevers en 1199 ? C’est une longue histoire.

Comme nous l’indiquons dans les pages consacrées à l’histoire de la baronnie de Donzy, ce fief ne disparut que dans la nuit du 4 aout 1789. Certes, depuis le mariage d’Hervé IV et de Mahaut de Courtenay, Donzy n’était plus le titre principal de ses descendants. Mais Nivernais et Donziais subsistaient côte à côte comme des grands fiefs distincts.

Les comtes successifs de Nevers, bien qu’appartenant à des maisons princières (Bourbon, Bourgogne, Flandre, Clèves) conservèrent précieusement le titre de « baron de Donzy ». Il existait bel et bien, et marquait le contrôle d’un territoire connu de temps immémoriaux sous ce nom, entre Nevers et Auxerre. Au-delà des revenus qu’assurait cette baronnie, on puisait alors sa légitimité dans ces références anciennes, qui faisaient courir les plumes des notaires.

Le partage de la succession de Jean de Bourgogne (1415-1491), duc de Brabant et comte de Nevers – petit-fils de Philippe Le Hardi – avait même séparé Donzy de Nevers pendant quelques décennies au début du XVIème siècle, confirmant sa singularité préservée.

François Ier de Clèves (1516-1562) fut le premier duc de Nevers (1539). Ses succès militaires et la faveur royale lui avaient permis d’obtenir cette dignité et celle de Pair de France. Il obtint ensuite l’incorporation de Donzy à son duché-pairie (1549-1553), lorsque la baronnie lui revint. Il fut dès lors, et ses successeurs après lui « duc de Nevers et de Donzy ».

                                                         

Donzy entrait avec Nevers dans sa période "italienne". Son gendre et successeur, Louis de Gonzague, Pce de Mantoue (1539-1595) et les descendants de ce dernier, furent appelés « ducs de Nivernois et de Donziois ».

Charles II de Gonzague (1629-1665) vendit le duché au Cardinal Mazarin en 1659. Celui-ci en fit aussitôt (1660) don à son neveu Philippe Mancini (1641-1707), capitaine des Mousquetaires du Roi, qui fut Gouverneur et Lieutenant général du Nivernais pour le Roi, alors que le Parlement, trouvant sans doute cette intégration un peu rapide, refusait d’enregistrer son duché. Il était le frère de la belle Marie Mancini dont le jeune Louis XIV s'était épris. Il avait épousé une héritière nivernaise, Diane Damas de Thianges, nièce de Mme de Montespan.

                            

François Mancini-Mazarini (1676-1768) son fils, d’abord titré marquis de Donzy, suivant un usage du temps, fut Prince de Vergagne et du Saint-Empire, Grand d’Espagne de première classe, puis duc de Nevers et de Donzy quand il put enfin faire enregistrer par le Parlement de Paris le duché que lui avait légué son père (1720). C’est le fameux « M. de Donzi » de Saint-Simon.

Son fils Louis-Jules (1716-1798), dernier duc de Nivernais et de Donziais – dès 1730 par démission de son père – fut un personnage remarquable des règnes de Louis XV et de Louis XVI, qu’il servit comme ambassadeur à Rome, Berlin et Londres. Il était le gendre de Pontchartrain, ministre de Louis XIV. Ecrivain et poète, il fut aussi membre de l’Académie Française.

                                                                

Ainsi Donzy, revenu sur le devant de la scène des grands titres nobiliaires, terminait sa longue carrière féodale en beauté.

 

 

Share

Donzy et Saint Germain d’Auxerre

(illustration : tombeau de Saint Germain, à Auxerre)

L’ombre tutélaire de Saint Germain (380–448), haut dignitaire de l’Empire, puis 7ème évêque d’Auxerre à partir de 418, plane sur le Donziais où sa famille possédait, dit-on, de grands biens dont il fit don à son église.

Il était contemporain de Saint Augustin et de Saint Jean Chrysostome, mais aussi, plus proches de nous, de Saint Aignan d'Orléans et de Saint Martin de Tours. Il rencontra à deux reprises Sainte Geneviève, à Nanterre (430), où sa famille – de statut comparable à la sienne – résidait, puis à Lutèce (447), dont elle incarna la défense contre les Huns.

Ses parents, Rusticus et Germanilla, appartenaient à l’aristocratie gallo-romaine du pagus auxerrois, et résidaient dans leur villa d’Appoigny, où il naquit. Il fit des études poussées, sans doute à Autun, et devint un juriste réputé, ce qui lui valut d’être nommé gouverneur de plusieurs provinces romaines, dont celle des Senons. Il s’y comporta alors comme un puissant seigneur de son temps, choquant l’évêque Amâtre par ses violences de chasseur notamment.

Pourtant il s’imposa comme son successeur, fut ordonné par lui, puis sacré évêque en 418, renonçant alors à ses habitudes anciennes. Sa femme, Eustachie, qui appartenait elle-aussi à une riche famille, devint dès lors « sa sœur » suivant l’expression limpide de Constance de Lyon, lettré gallo-romain ami de Sidoine Appolinaire, qui fut son premier biographe (480).

Outre son action à la tête de son diocèse et ses nombreuses fondations, Germain est surtout connu pour les deux missions qu’il effectua en « Bretagne » (Angleterre) à la demande du pape pour lutter contre l’hérésie pélagienne et rétablir la paix, avec Saint Loup, évêque de Troyes en 430, puis avec Saint Sevère, évêque de Trèves, en 448. Il s’arrêta à chaque fois au bord de la Seine sur son trajet, où il rencontra Geneviève.

Il mourut à Ravenne, capitale de l’empire romain d’occident finissant, où il était allé rencontrer Aétius, généralissime sous Valentinien III, en 448.

                                        

                                        Ravenne, mosaïque du Mausolée de Galla Placidia 

Son corps fut ramené en grande pompe à Auxerre, accompagné de cinq jeunes vierges : Pallade, Magnance, Porcaire, Camille et Maxime, qui ont laissé leurs noms à des villages des environs. Germain fut inhumé sur le Mons Autricus, où il avait fondé un oratoire dédié à Saint Maurice, et où s’éleva plus tard la grande abbaye bénédictine qui porte son nom. Son tombeau y est toujours visible dans la crypte du IXème siècle, haut lieu symbolique de l’histoire de l’église d’Auxerre.

Voyez dans le fichier ci-joint une biographie plus complète :

                                                       Vie de Saint Germain d'Auxerre

On peut aussi lire :

– La « Vie de Saint Germain d’Auxerre » de Constance de Lyon (éd. et trad. par René Borius, au Cerf, 1965, réédité par Sources Chrétiennes)

– « Les Gestes des Evêques d’Auxerre » sous la direction de Michel Sot (Tome 1, Les Belles Lettres, Paris 2006).

– En bibliothèque historique : « La vie, les vertus et les miracles du grand Saint Germain, évêque d’Aucerre » par Dom Georges Viole, religieux bénédictin de Saint-Maur (chez Gilles Bouquet, à Aucerre, 1656)

– En ligne sur Gallica, le passage qui lui est consacré par l’abbé Lebeuf dans ses « Mémoires concernant l’histoire civile et ecclésiastique d’Auxerre et de son ancien diocèse » (pp. 31 à 109)

– « Saint Germain d’Auxerre » par Jean-Pierre Soisson (Rocher – Desclée de Brouwer, Paris 2011)

___________

De nombreux liens unissent ce grand saint à Donzy, que nous avons évoqués au fil de nos articles, directement ou indirectement.

Se référant à sa biographie, on considère que la terre de Vergers (com. de Suilly-la-Tour), en aval de Donzy, appartenait à sa famille et qu’il en fit don à son église. Ce point est discuté : certains auteurs estiment que le Vercisum de la Geste, correspond plutôt à Varzy, grande terre et château des évêques d’Auxerre en Nivernais, apportée par Germain. Mais Varzy est aussi expressément nommée.

Quoiqu’il en soit, une église primitive en l'honneur de Saint Germain fut construite par Saint Pallade, évêque d'Auxerre (+ 658) à Vergers dès le VIIème siècle. Remplacée par un édifice de la fin du gothique, elle fut longtemps l’église paroissiale de Suilly-Vergers. On peut toujours la voir, un peu transformée, dans le parc du château.

Cette tradition galllo-romaine, la présence de cette église, et les solides fondations de l’ancien château-fort de Vergers, encore visibles, confèrent à ce site une aura historique unique en Donziais, malgré la reconstruction néogothique.

_________

Mais ce sont surtout les dépendances de l’abbaye bénédictine Saint-Germain d’Auxerre, dont l'essor fut remarquable, qui retiennent l’attention. Le Donziais appartient incontestablement à l’aire d’influence de ce grand monastère qui marqua de son empreinte la vieille cité, capitale jusqu’à la Révolution de toute cette région septentrionale du Nivernais.

Le monastère primitif de Cessy-les-Bois, tout proche de Donzy, dédié à Saint Baudèle (ou Baudile) de Nîmes, a été rattaché de façon précoce à l’abbaye, qui imposa très tôt son influence. Il conserva cependant un statut assez autonome, avec un abbé et non un prieur. A ce point de vue, Saint-Germain d’Auxerre n’eut jamais l’ambition unificatrice de Cluny, et n’accepta d’ailleurs pas complètement, le moment venu, de s’y soumettre elle-même. Haymon d’Auxerre (+ 865), moine lettré, maître de l'école de Saint Germain, fut abbé de Cessy.

Le prieuré de Moutiers-en-Puisaye, de très ancienne fondation, étape sur le chemin de Rome pour les pèlerins bretons, en relevait également. Ces deux monastères ont presqu’intégralement disparu sous l’assaut des troupes protestantes vers 1560-1570, et avaient perdu toute activité religieuse bien avant la Révolution.

A Donzy même, le prieuré de Notre-Dame du Pré, fondé au tout début du XIIème siècle – là-même où une église du VIIème siècle fut à l'origine de Donzy (Donzy-le-Vieux) – était initialement rattaché à Saint-Germain d'Auxerre. Mais ce statut évolua quand le baron Hervé II décida, quelques années plus tard, de le donner à Cluny qui connaissait alors un développement extraodinaire et entendait imposer sa réforme monastique à l'ensemble des monastères bénédictins. Encore faut-il rappeler les liens de famille qui unissait les sires de Donzy à la grande abbaye bourguignonne : son prestigieux abbé Saint Hugues (1024-1109), qui y régna pendant 50 ans, appartenait à la branche aînée des sires de Semur, très engagée dans l'essor monastique bénédictin en Bourgogne.

L’église romane du prieuré bénédictin de Saint-Verain, parvenue presqu'intacte jusqu'à nous, était aussi dans la dépendance d’Auxerre. Elle accompagna l’essor d'une grande dynastie baronniale de ce nom au nord-ouest de l'ancien diocèse.

Ne l'oublions pas : le Donziais appartenait à l'espace Auxerrois et à celui de Germain, dont le nom fut d'ailleurs largement utilisé dans la contrée.

Merci d'apporter vos contributions à l'évocation de ces liens.

 

Share