Archives du mot-clé puisaye

Perreuse, charmante baronnie

La petite cité médiévale de Perreuse était le siège d'une seigneurie, devenue baronnie en 1450, relevant de Toucy, puis de Saint-Fargeau. Les seigneurs puis barons de Perreuse furent donc les barons de Toucy puis les seigneurs (et comtes) de Saint-Fargeau (voir page Toucy-St-Fargeau). Elle fut fortifiée et le seigneur y avait son château. Ces constructions médiévales ont presqu'entièrement disparu.

De Perreuse dépendaient de nombreux fiefs plus ou moins importants, comme Treigny, La Bruère, Guerchy, RatillyBoutissaint, ou Test-Milon  (voir ces notices), ou encore Perchin, Montreparé, Fosse-Gilet, les Mées, Sainpuits…etc.

Le village, perché sur une éminence, conserve de nombreuses traces de ce passé glorieux, et notamment une superbe maison ou "hôtel seigneurial" du XVème siècle, dans laquelle résidaient les "capitaines de Perreuse", qui y représentaient le seigneur. Perreuse et Treigny sont aujourd'hui associées.

                                            P1000521

 

D enluminé

Share

Test-Milon, ou Thesmillon

(Illustration : armes de Prie)

Un petit château datant de la fin du XVIIIème siècle a remplacé l’ancienne demeure féodale de Test-Milon à Lain, et fut lui-même reconstruit en 1870. Cette seigneurie est ancienne (1317) et a été constamment détenue par la famille de Prie, d’origine nivernaise, implantée ensuite en Berry et Touraine, et qui avait tenu un temps la baronnie de Toucy.

On ne sait d’où lui vient la possession de Test-Milon (Thesmillon), car elle est assez éloignée de Prye. Elle est en tout cas mentionnée dans leur possession dès Jean VII dit « Paon » de Prie au XIVème siècle.

Voyez ci-dessous la notice consacrée à la succession des seigneurs de Test-Milon, et aidez-nous à la compléter :

Test-Milon  (V2 complétée du 17/11/16)

D enluminé

Share

La Bruère, une maison de verrier

(Illustration : Parc animalier de Boutissaint)

Le fief de la Bruère à Treigny, implantation d’origine des sires de La Bussière venus du Poitou et du Berry en Puisaye, se trouvait dans les bois de Boutissaint (voir cette fiche) ou quelques traces castrales subsistent, près de l’étang dit « de la Bruyère ».

Voyez ci-dessous une notice présentant la généalogie complète de cette famille, ses différentes branches et les fiefs qu'elle a tenus :

Généalogie de La Bussière

Cette famille s’établit ensuite à Guerchy (voir cette fiche), puis à la Bussière (id), mais conserva la seigneurie de la Bruère, où une verrerie avait été implantée.

Ci-dessous la notice présentant la suite des seigneurs de la Bruère :

La Bruère  (V2 complétée du 7/12/16)

D enluminé

Share

Saint-Lazare de Boutissaint

(Illustration : le manoir et le parc animalier de Boutissaint)

Boutissaint, avant d'être une gentilhommière entourée d'un très vaste parc boisé, qui accueille aujourd'hui une réserve animalière, près de Treigny, était un prieuré de Chanoines réguliers de Saint-Augustin.

Son  histoire est peu connue. On avance cependant qu'un prieur commendataire, du XVIème siècle, Jean de Forests, se serait approprié le prieuré à la faveur des troubles occasionnés par les guerres de religion, et l'aurait "légué" à ses héritiers, mettant ainsi fin à toute vie religieuse.

Voyez ci-joint une notice, qui reste largement à compléter :

Boutissaint

D enluminé

Share

Lain

(Illustration : manoir de Lain)

Le petit manoir de Lain, en bordure du village, a remplacé au XVIIIème siècle une construction antérieure, siège d’une seigneurie ancienne, dont le pigeonnier est la trace. On la trouve souvent orthographiée « Lin ».

Le fief était à Erard de Boisjardin (voir cette fiche) au XIVème siècle. Il est passé aux Digoine, puis au grand capitaine Jean de Chevenon, ami du roi Charles VII et l’un des plus riches seigneurs de son temps. Les Corquilleray, du Gâtinais, puis les Pelorde, du Berry, et les Gamaches (originaires de Picardie et du Vexin) en ont successivement hérité, avant qu’il arrive dans les mains d’Antoine d’Assigny au début du XVIIIè. Ses descendants paraissent l’avoir conservé jusqu’à la Révolution

Ces dernières années le manoir est devenu un centre de formation et d’exposition de poteries. Voir son site : Terre Est Ouest (Manoir de Lain).

Comme vous le constaterez en lisant la notice ci-jointe, la succession des seigneurs de Lain que nous proposons, contient encore bien des approximations et des manques. Merci de votre aide !

Lain

D enluminé

Share

Saint-Sauveur, tour sarrasine

L'importante seigneurie et l'ancien château de Saint-Sauveur-en-Puisaye – dont l'impressionnante "Tour Sarrasine" marque le visiteur – relevaient de l'évêque d'Auxerre, mais ils appartinrent dès l'origine aux comtes de Nevers.

Après l'union du comté à la baronnie de Donzy, Saint-Sauveur fut rattaché à cette dernière, à l'instar de Druyes (voir cette page). Les comtes de Nevers, barons de Donzy la conservèrent. Louis de Flandre en fit même don en 1324 à son ami Alfonso de La Cerda, fils de l'infant de Castille (et petit-fils d'Alphonse X), qui lui avait rendu de grands services à la guerre.

On trouve aux XIVème et XVème siècle des officiers royaux anoblis, les Le Clerc, comme seigneurs de Saint-Sauveur, dans des circonstances et suivant des modalités qui restent à élucider. Le fief fit retour aux comtes puis ducs de Nevers ensuite, et c'est Henriette de Clèves qui le cèda en 1600 à François d'Agès, un seigneur bordelais établi en Donziais. Saint-Sauveur sera ensuite saisi et vendu judiciairement à Pierre Nigot, entrepreneur enrichi par l'exploitation des coches d'eau sur l'Yonne et la Seine, en 1686. 

En 1794, la seigneurie est achetée par les Vathaire de Guerchy (voir article Guerchy).

Le château de Saint-Sauveur, remanié au fil des siècles, abrite aujourd'hui le Musée Colette.

                                                     3067475703_1_3_HM0jC2HW

Voyez la suite des seigneurs de Saint-Sauveur dans la notice ci-jointe, et aidez-nous à préciser les points encore obscurs…. 

Saint-Sauveur (V. complétée le 21/11/16)

D enluminé

Share

Beauvais et Lainsecq

(Illustration : château de Beauvais)

L’histoire de la seigneurie de Beauvais, associée à celle de Lainsecq (châtellenie de Saint-Sauveur), est très liée à celle de la baronnie de Toucy. Le fief échut au XVIème siècle à la famille nivernaise de La Ferté-Meung (sur cette famille voir : "la famille de Meung et ses alliances", par Jean Mesqui), via les sires de Savoisy et ceux de La Rivière. Un petit château XIXème a remplacé l’ancienne demeure féodale. Le parc, remarquable, est inscrit à l’Inventaire du patrimoine.

La terre de Lainsecq-Beauvais aurait pu être apportée aux Savoisy par le mariage de Charles de Savoisy (1368-1420), sgr de Seignelay – un personnage important de la Cour de Charles VI, dont il était le Chambellan et l'ami – avec Yolande de Rodemachern, héritière des comtes de Bar-Toucy (voyez leur généalogie complète sur Racineshistoire).

François de La Ferté-Meung, premier nommé « sgr de Beauvais », fils d’Anne de La Rivière, a sans doute hérité de ces terres par l’échange que fit le père d’Anne avec son cousin Savoisy, puisque les enfants du bâtard Henri de Savoisy, à qui elles avaient été données, n’eurent pas de postérité. Ce François pourrait être le constructeur du premier château.

Elle échut enfin par alliance en 1644 aux Le Caruyer, d'origine normande, (ou "Le Caruyer de Beauvais") dont les descendants l'ont conservée.

Voyez la liste des seigneurs dans la notice ci-dessous (V2 augmentée, 5/9/16), que vous pourrez nous aider à préciser

Beauvais

D enluminé

Share

Chauminet

(Illustration : armes de La Rivière)

Aucune trace visible à Chauminet, hameau de Sougères-en-Puisaye, d’un ancien château. Pourtant, cette seigneurie est citée de façon autonome dès la fin du XVème siècle. Elle aurait appartenu aux La Rivière, seigneurs de la Borde (à Leugny, en Auxerrois), issus de Guillaume, un bâtard de La Rivière en Donziais.

Elle fut rattachée à celle de Pesselières voisine (voir cette fiche) en 1738, lors de son rachat par Marguerite de Grivel de Groussouvre.

Voyez ci-dessous la notice consacrée à la suite des seigneurs de Chauminet, qu'il conviendra de compléter sur certains points…

Chauminet  (V2 corrigée et complétée le 10/9/16)

D enluminé

 

Share