Tous les articles par Administrateur

Villette-les-Corvol

(Illustration : le pont sur le Sauzay à Corvol)

Le fief de Villette, ou « Villette-les-Corvol » ou parfois « La Villette », est cité plusieurs fois dans l’Inventaire des Titres de Nevers, mais la succession de ses titulaires reste difficile à établir complètement.

Le château actuel, au bord du Sauzay, en impose par sa taille à l’entrée de Corvol-l’Orgueilleux.  Il date du début du XIXème siècle et a dû remplacer une construction plus ancienne dont il n’y a plus aucune trace. A l’origine Villette avait des fossés alimentés par la rivière.

Le premier seigneur nommé par les sources disponibles : Antoine de Gayot, aurait acquis le fief au début du XVIème, selon Villenaut, qui ne cite pas sa source.

Villette a sans doute fait l’objet ensuite de plusieurs cessions, car on ne peut à ce stade relier les différents titulaires.

A la fin du XVIIème siècle, le fief se serait ajouté aux grands biens qu’avait acquis Léonard Le Breton, cité comme seigneur de Corbelin, Croisy et Villette, Receveur des Tailles à Vézelay après avoir été « Contrôleur des guerres », mais on perd sa trace chez ses descendants.

La notice ci-dessous devra donc être complétée et précisée…avec votre aide :

Villette (V1 du 27 mars 2020)

Share

Une dépendance de Bourras : Chevigny

(Illustration : Bourras, le logis abbatial)

Chevigny, un hameau d’Etais-la-Sauvin dans l’Yonne, était un fief de cette châtellenie. Il appartenait depuis le XIIème siècle (1124) à l’abbaye cistercienne N.D. de Bourras à Saint-Malo-en-Donziais, fondée en 1116 par des moines venus de Pontigny, et dont nous avons souvent parlé.

À l’époque gallo-romaine, Chevigny était déjà un site connu qu’on appelait la « villa Capitinarius in pago Autissiodorensis », donnée à l’abbaye Saint Marien d’Auxerre par saint Germain au Vème siècle. Plus tard ce lieu s’appela « Cavanniacum », c’est-à-dire le « domaine du hibou », symbole de la sagesse suivant la tradition romaine, qui fait peut-être référence à celle du maître de cette villa, et devint Chevigny.

Des fouilles archéologiques effectuées en 1935 par Robert Dauvergne et René Louis – connus comme co-inventeurs du site gallo-romain des « Fontaines salées » près de Saint-Père-sous-Vézelay – ont révélé la présence de nombreux sarcophages en pierre venant d’un cimetière mérovingien près de Chevigny en allant vers Sainpuits, qu’ils avaient détecté.

                                                                     

La mise en exploitation d’une carrière au début de la période carolingienne au lieu-dit « Le Cercueil » où se trouvait la nécropole mérovingienne a malheureusement entraîné la destruction des vestiges. Cette carrière avait été exploitée par les Romains pour réaliser des sarcophages ornés puis elle a servi à tous les usages.

Les produits des fouilles sont visibles au musée d’Entrains-sur-Nohain et dans l’église St-Pierre-aux-Liens d’Etais-la-Sauvin. Il y a donc eu une continuité d’occupation significative du site, de l’antiquité à nos jours.

Au milieu du village, une charmante chapelle attire le regard. Il aurait été étonnant que les évêques d’Auxerre n’implantent pas un lieu de culte à Cavanniacum, tant il est vrai que l’Eglise inscrivait naturellement son action dans les sites préexistants habités par des communautés humaines structurées.

                            

Elle date du XIIème siècle mais elle a été largement restaurée aux XVIIème, avec son portail classique, et au XIXème siècles. Elle est dédiée à Sainte Camille, d’Escolives. Le « bénéfice » ecclésiastique de Chevigny était à la « collation » de l’abbé de Bourras, seigneur spirituel et temporel du lieu. On peut imaginer que ses desservants successifs restèrent de pauvres prêtres car ils ne jouissaient que d’une « portion congrue » après que l’abbaye-mère ait prélevé son dû.

Des frères convers résidaient à Chevigny, entretenant des troupeaux et cultivant les terres, comme autour de l’abbaye-mère dans la haute vallée de la Nièvre de Champlemy. Les cisterciens de Bourras passaient pour de grands innovateurs ; le paysage agricole autour de leurs implantations a été soigneusement modelé par eux.

Dans la chapelle de Chevigny, à droite de l’autel, un blason est sculpté en bas relief dans le mur : au centre un bouquet de lys encadré à droite par l’étoile de Bethléem et à gauche par la coquille des pèlerins de Saint-Jacques. On peut lire sous le vase une date : 1116 ; sans doute l’année d’édification de la chapelle par les cisterciens.

L’autel est surmonté d’une niche dans laquelle trône une statue en pierre de sainte Camille.

Née à Civitavecchia en Italie, près de Rome, Camille a vécu dans la première moitié du Vème siècle. Elle s’était établie à Ravenne, ultime siège de l’Empire romain d’occident finissant – qui recèle des mosaïques exceptionnelles dans ses basiliques de cette époque  – et était devenue avec plusieurs compagnes disciple de saint Germain d’Auxerre qui y était en mission.

À la mort de l’évêque en 448 à Ravenne, cinq d’entre elles se portèrent volontaires pour accompagner son corps jusqu’à Auxerre : Pallaye, Magnance, Procaire, Camille et Maxime. Éprouvées par le voyage, elles moururent avant d’avoir atteint leur objectif. Trois communes de l’Yonne les honorent : Sainte-Pallaye, Sainte-Magnance et Escolives-Sainte-Camille, où une église du XIème siècle à plan basilical et porche roman perpétue son souvenir. Ses reliques ont par contre été dispersées au moment des guerres de religion.

                                                             

De Pontigny à Bourras, en passant par Auxerre et Etais-la-Sauvin, la chapelle de Chevigny est donc une trace discrète mais émouvante d’un riche passé lointain.

Share

Sembrèves, papeterie sur le Sauzay

(Illustration : un moulin à papier)

Le cours du Sauzay, assez abondant, était utilisé pour le flottage du bois vers Clamecy et l’Yonne, mais il actionnait aussi des moulins à vocation industrielle. Nous avons déjà évoqué certains d’entre eux  : Croisy, le Grand-Sauzay, Le Mée.

Celui de Sembrèves, aux portes de Clamecy, était exploité en papeterie. Il relevait d’un fief de ce nom, paroisse d’Oisy, (chât. de Billy), associé à celui de Moulot (relevant de Clamecy), et à la terre de la Breuille à Lainsecq, pourtant assez éloignée. Ils constituaient ensemble le patrimoine d’une même famille. Il y aurait eu un château ou un manoir à Sembrèves, détruit au XVIIème siècle.

Le premier seigneur connu est Olivier de Champfremeux, sgr de la Breuille, avec son frère Adrien (1523). Paul de Longueville fait hommage en 1575, mais on n’a pu établir le lien avec les Champfremeux. En 1603, la terre fut saisie sur la veuve et les enfants de Jean de La Bussière, sgr du Vaudoisy, qui en étaient sans doute co-seigneurs par héritage de Nicole Madeleine de Champfremeux.

Sembrèves est alors adjugé, dans des conditions qui restent à établir mais sans doute liées aux conflits religieux, à Raymond de Gentil – déjà rencontré au Boulay et à la Breuille. Ses descendants conserveront ces terres jusqu’après la Révolution.

La papeterie établie au moulin de Sembrèves, mentionnée au milieu du XVIIème siècle, était sans doute bien antérieure. La rivière fournissait l’eau et la force. Son utilisation principale étant le flottage du bois, l’eau et donc le papier produit étaient d’une qualité médiocre. La roue du moulin actionnait des martinets qui broyaient les matériaux et formaient la pâte.

Cette petite industrie, affermée par les seigneurs de Sembrèves à des exploitants papetiers, dura jusqu’au début du XIXème siècle (cf. infra, note à ce sujet).

Voyez ci-dessous une notice présentant la succession des seigneurs de Sembrèves. Elle est tout à fait parallèle à celle de La Breuille. Des points restent à éclaircir et nous vous serons reconnaissants de vos contributions.

Sembrèves (V1 du 23 mars 2020)

 

 

Share

Les deux « Jean d’Armes »

Les sires d’Armes, connus depuis Denis, sgr d’Armes et de La Borde au XIVème siècle, ne sont pas d’origine donziaise puisque la localité dont ils prirent le nom appartenait à la châtellenie de Clamecy. Elle est au bord de l’Yonne en aval, et avait un port dédié au flottage du bois. On n’y voit pas de trace castrale ancienne.

Nous avons toutefois rencontré des membres de cette famille en plusieurs sites qu’ils détenaient par alliance ou par acquisition : La Forêt-sous-Bouhy, Villargeau et Brétignelles, et surtout Vergers, à Suilly-la-Tour.

Arrêtons-nous sur deux Jean successifs, qui ont accompli de brillantes carrières de juristes, à la cour de Nevers pour le premier, et au Parlement de Paris pour le second.

Jean II d’Armes, sgr d’Armes, Trucy-l’Orgueilleux en partie, Vergers et Moussy, était licencié-es-lois, Maître des comptes (1441-69), puis Président de la Chambre des Comptes de Nevers (1468), et Garde du scel de la prévôté (1452-57). Il avait fait hommage au comte pour Trucy (1452) et pour Armes (1469). Il fit édifier une chapelle familiale, dans le style gothique flamboyant, près du portail nord de la cathédrale de Nevers, ce qui confirme son statut élevé.

Sa famille maternelle n’était sans doute pas étrangère à cet établissement brillant : sa mère, Milenon Leclerc, était la fille d’un Secrétaire du roi Charles V, sgr de Saint-Sauveur en Puisaye, et surtout la sœur d’un Chancelier de France (1420) : Jean Leclerc, Maître des requêtes, Conseiller au Grand conseil, sgr de Luzarches et autres lieux, mort à Nevers en 1438.

La Chambre des Comptes de Nevers était une institution importante, créée par Philippe de Bourgogne, comte de Nevers, vers 1405, à l’image de celle qu’avait créé son père le duc Philippe à Dijon en 1385, pour assurer une bonne régulation de leurs recettes et dépenses. L’immeuble gothique qui l’abritait, typique des bâtiments publics de cette époque, a été conservé, ainsi qu’une partie des archives.

                                           

Jean II avait quant à lui épousé une héritière nivernaise dont la famille était implantée dans la région de Corvol-l’Orgueilleux : Jeannette du Bois, qui lui apporta des terres importantes, dont le château de Trucy, et peut-être Vergers qui lui serait venu de sa mère Mahaut de Varigny.

Son fils Jean III d’Armes, écuyer, docteur-ès-lois, sgr d’Armes, la Jarrie, Trucy-l’Orgueilleux, Vergers, Varennes-les-Narcy en pie (La Charité), la Motte-des-Bois (Donzy) fut après lui Président de la Chambre des comptes de Nevers (1470-71) ; conseiller puis quatrième Président à mortier au Parlement de Paris (1482-1488) ; exécuteur testamentaire de Jean de Bourgogne, Comte de Nevers (1479). Exempté du ban à Nevers en 1478 ; il fit hommage pour Vergers en 1466 et 1481, Varennes-les-Narcy en 1485, Villargeau et Brétignelles en 1508. Il aurait relevé l’ancien château de Vergers en cette fin du XVème siècle.

« Dès sa plus tendre jeunesse, écrit F. Blanchard, il appliqua si soigneusement son esprit à l’étude des bonnes lettres et particulièrement à la jurisprudence, qu’il se rendit enfin capable de l’enseigner et parut de telle sorte entre les avocats suivants alors le Barreau du Parlement, qu’il fut tenu pour un des plus grands jurisconsultes de son temps, même mérita cet honorable titre de docteur ès-lois. Le 9 juillet 1461, il épousa Jeanne Lamoignon, fille de Guy, seigneur de Vielmanay, et d’Alixand de Maison-Comte. Vingt et un ans après, il fut élu à la charge de quatrième Président au Parlement, vacante par la promotion de Jean de la Vacquerie à celle de premier. Il exerça cette charge jusqu’en 1490, année pendant laquelle il la résigna à Jean de Ganay. Il mourut à Paris, en 1495, et fut inhumé en l’église Saint-André-des- Arts. »

                                                                  

 Cette église Saint-André-des-Arts, avait été construite au début du XIIIème siècle à l’intérieur de l’enceinte de Philippe Auguste, sur l’actuelle place de ce nom au Quartier Latin. Elle dépendait de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés. Elle fut entièrement reconstruite en 1660 ; Temple de la Raison et Club révolutionnaire en 1790, elle fut détruite en 1807. De nombreuses personnalités du monde parlementaire et médical y avaient été inhumées au fil des siècles, dont plusieurs membres de la famille du Chancelier Leclerc. Voltaire y avait été baptisé en 1694.

Les sires d’Armes portaient : « de gueules, à deux épées d’argent appointées en pile vers la pointe de l’écu, les gardes d’or et une rose de même entre les gardes ». Ce sont là des armes « parlantes », qui suggèrent une adoption tardive et une origine bourgeoise, confirmée par la formation juridique des deux Jean (cf. supra). Reproduites dans les « Armoiries des conseillers et présidents du parlement de Paris depuis le XIVème siècle (1721) » (Bibl. Mazarine) celles de Jean III sont complétées par une « bordure engrêlée aussi d’or », qui est une « brisure » de cadet.

Deux brillants serviteurs du comté et du royaume !

Nous proposons par ailleurs une généalogie complète de cette famille fameuse en Nivernais : Famille d’Armes

Share

La « tour » de Suilly

Un internaute moins familier de ce village que l’auteur de ce site s’interroge : où est cette tour qui a donné son nom à Suilly-la-Tour ?

Ce n’est pas comme à l’accoutumée le donjon d’un vieux château, mais le clocher de l’église Saint-Symphorien, qui impose sa forme massive dans le paysage que découvre le voyageur arrivant de Donzy.

Bien que d’apparence médiévale, avec ses murs fortifiés et ses capacités défensives, cette tour est d’époque Renaissance. Elle a été juxtaposée à l’église de style gothique flamboyant, quelques dizaines d’années plus tard.

                                                             

Sans doute le curé et les seigneurs protecteurs de la paroisse, les sires d’Armes à Vergers, et les Pernay du Magny, dont les armes figurent aux clefs de voute, avaient-ils des raisons de craindre pour la sécurité de l’édifice en cette période troublée du XVIème siècle. Les huguenots avaient des bases importantes dans les environs – comme Vieux-Moulin à Vielmanay, et la forge de Chailloy toute proche, fondée par la famille de Théodore de Bèze – , d’où ils lançaient des expéditions vengeresses.

                                                                                                              

L’édifice est décrit par Soultrait dans son « Répertoire archéologique du département de la Nièvre » (Imprimerie nationale, Paris, 1875) : « Eglise paroissiale Saint-Symphorien, en partie ruinée, de trois époques distinctes : trois travées de la nef, en ruines, du XIIème siècle, une travée de la nef avec bas-côtés, transept et chevet à pans des premières années du XVIème siècle, et grosse et belle tour occidentale, commencée en 1545, offrant tous les caractères de la Renaissance…. ». « Le haut de la tour n’a jamais été achevé ; une corniche porte le toit d’ardoises, au centre de laquelle s’élève une petite flèche. Contre-forts très saillants à retraites, et gargouilles de forme élégantes aux constructions du XVIème siècle.. »

La paroisse de Suilly est ancienne, comme le rappelle Chantal Arnaud dans son inventaire très documenté « Les églises de l’ancien diocèse d’Auxerre, du milieu de XIème siècle au début du XIIIème siècle » (SSHNY, Auxerre, 2009).

Elle est en effet mentionnée sous le nom de Soliacus par les Règlements liturgiques des évêques Aunaire (561-604) et Trétice (692-707), repris par les « Gestes des évêques d’Auxerre » (publié par Michel Sot, Les Belles Lettres, Paris, 2002-2006). Elle s’inscrit dans la première armature de 37 paroisses du pagus auxerrois, christianisé depuis le tout début du IVème siècle. Des traces de voies et de bâtiments gallo-romains ont d’ailleurs été repérées dans les environs et des sarcophages mis au jour.

Au XIIème siècle, l’église fut donnée – avec beaucoup d’autres dans les diocèses d’Auxerre, Nevers, Bourges et Autun – au grand Prieuré clunisien de La Charité-sur-Loire ; donation confirmée par la bulle du Pape Luce II du 14 avril 1144, qui figure dans le Cartulaire édité par René de Lespinasse. Sans doute l’église romane dont quelques traces subsistent fut-elle édifiée à cette époque en lieu et place de l’édifice primitif.

Comme bien d’autres en France, cette église avait été dès l’origine dédiée à Saint Symphorien, le martyr d’Autun, considéré à l’époque mérovingienne comme un « saint national » à l’égal de Saint Denis. Il est fêté le 21 aout.

Une dédicace très bourguignonne. Le chanoine Grivot, historien contemporain de la ville (« Autun », chez Lescuyer à Lyon, 1967), après avoir rappelé que les vitae des saints sont « des œuvres littéraires écrites dans un but d’édification, sans aucun souci d’exactitude historique » et que la datation de ce martyr reste incertaine, donne pour couramment admises les indications suivantes : « Le jeune Symphorien appartenait donc à une famille estimée de la cité ; il était chrétien, ainsi que ses parents Fauste et Augusta, qui reçurent lors de leur passage Bénigne, de Dijon,  Andoche, de Saulieu, et Thyrse, le diacre, apôtres de la Bourgogne ; Bénigne baptisa Symphorien et Andoche fut le parrain. A Autun on vénérait particulièrement Cybèle, Apollon et Diane ; on faisait même des processions en leur honneur ; c’est ainsi qu’un jour Symphorien croisa la procession en faveur de Cybèle dont on transportait la statue ; il se permit de ricaner et de manifester hautement ses sentiments ; on l’arrêta sur le champ et on le conduisit au préfet Héraclius ; après un premier interrogatoire, Symphorien fut mis en prison ; quelques jours plus tard le jeune chrétien fut de nouveau interrogé ; et comme il restait ferme dans sa foi et qu’il continuait d’insulter les dieux païens, on le conduisit au supplice. C’est alors que sa mère l’encouragea à supporter la mort : du haut du rempart de la ville elle lui prodigua ses encouragements : « A cette heure la vie n’est pas perdue, mais elle est changée ». Et Symphorien eut la tête tranchée à quelque distance de la Porte ».

                               

Ce martyr a été représenté par Ingres (1834) sur une grande toile qui orne la cathédrale Saint-Lazare d’Autun, où son conservées les reliques.

Suilly et sa tour sont dont reliés à cette page dramatique des tout débuts de la christianisation en Bourgogne.

Share