Champlemy

(Illustration : armes de La Rivière)

Le fief de Champlemy, relevant de l'évêché d’Auxerre, fut détenu par Hugues de Thil, fondateur avec sa femme Alix de Montenoison de l'abbaye de Bourras (1119), puis par une famille éponyme, dont on sait peu de choses. Il était aux mains de Marguerite de Fontenay, femme de Guy de Thianges, en 1364, qui fit sans doute construire le château féodal dont on voit aujourd'hui les ruines.

A la fin du XIVe siècle, cette terre passa par alliance à Bureau de La Rivière, Gouverneur du Donziais et du Nivernais, Chambellan de Charles VI, neveu du célèbre  Bureau de La Rivière, conseiller et ami de Charles V, inhumé à Saint-Denis. Une branche de cette lignée éminemment donziaise tint le fief jusqu'au XVIIe siècle, époque à laquelle il fut vendu par Léonor de Rabutin (le père du fameux Bussy-Rabutin), qui en avait hérité, à Anne de La Guiche, femme du maréchal de Schomberg, puis à ses descendants, jusqu’à la Révolution

C'est dans le parc du château – aujourd’hui presque complètement en ruine – que naît la Nièvre de Champlemy qui rejoint à Guérigny la Nièvre d'Arzembouy. On est ici aux limites méridionales de l’ancien Donziais.

Ci-dessous une notice sur la succession des seigneurs de Champlemy. Il serait utile d'y ajouter des indications plus précises sur la famille "de Champlemy". Merci de votre concours…

Champlemy  (V3 modifiée à la suite du commentaire ci-dessous)

D enluminé

Share

2 réflexions au sujet de « Champlemy »

  1. Bonjour. À propos de Louise Raguier, femme d'Adrien de la Rivière (1510-1569), sgr de Champlemy et de Cheny, vous dites que sa famille est venue d'Allemagne avec la reine Isabelle de Bavière. C'est une erreur, déjà constatée par l'abbé Jean Le Laboureur, dans ses Additions aux Mémoires de Michel de Castelnau (Lib. Léonard — Bruxelles, 1731), qui déclare (tome I, p. 773) : "Cette Maison des Raguiers… estoit établie dans Paris dès le règne du Roy Charles V, et par conséquent ceux qui la veulent faire venir d'un Allemand Officier d'Elisabeth de Bavière, Reine de France, qui la suivit en France, sont malfondez en leurs opinions"… Jean Blanchard, dans ses Généalogies des Maistres des Requestes ordinaires de l'Hostel du Roy (Paris, 1670) rappelle que Raymon Raguier († Bourges, 1421) était maître de la Chambre aux deniers du roi Charles VI en 1380 — soit 5 ans avant son mariage avec Isabeau de Bavière ! Il était en outre notaire et secrétaire du roi (1389) et devint maître des comptes (1417). On ne confie pas de telles charges à un étranger ! Enfin, d'après Sauval, lui et son frère Hémon possédaient des maisons (rue de la Heaumerie et rue des Blancs-Manteaux) bien avant l'arrivée d'Isabeau en France. Vous remerciant de bien vouloir en tenir compte, meilleures salutations.

    1. Bonjour,

      Merci pour ces précisions et pour votre intérêt pour le site.

      Je vais les prendre en compte, bien entendu.

      Bien cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.