Archives du mot-clé corvol

La ferme-fortifiée de Sauzay à Corvol

(Illustration : gravure représentant le vicomte de Toulongeon, dernier seigneur de Sauzay)

Sauzay était un fief de la châtellenie de Corvol-l'Orgueilleux cité dès le XIIIème siècle.

Une maison-forte y était établie, dont les douves s'alimentaient au Sauzay. Elle aurait été détruite par les Anglo-Bourguignons à la fin de la Guerre de Cent Ans, et reconstruite ensuite. Malgré les transformations qu'elle a subi au fil du temps, cet ensemble médiéval conserve de belles traces de ses origines. 

Le site fut affecté par ses titulaires successifs à une activité metallurgique, avec un haut-fourneau, et à une entreprise de "fourniture de bois pour Paris", par flottage, activité qui fit la richesse de la région de Clamecy, grâce au flux de l'Yonne.

Nicolas Bolacre, un riche bourgeois de Clamecy chargé de fonctions publiques, était seigneur de Sauzay à la fin du XVIème siècle. Il contrôlait également d'autres sites dans la région, comme Ferrières, au nord d'Entrains.

Sauzay fut ensuite vendu une première fois vers 1620 aux Girardot, célèbres marchands de bois protestants, puis au marquis d'Azy, qui fit construire un petit château de plaisance face à la maison-forte. Le vicomte de Toulongeon, dernier seigneur de Sauzay, était son héritier.

Voyez ci-dessous une notice présentant l'état de nos connaisssances sur la succession des seigneurs de Sauzay. Elle demande à être complétée pour les premiers siècles, merci de vos contributions.

Sauzay (Corvol)

 

Savigny, à Billy

(Illustration : Billy-sur-Oisy, restes des fortifications)

Le fief de Savigny à Billy-sur-Oisy – siège d'une ancienne châtellenie – a été détenu par les Mullot à partir du XVIIème siècle, puis par une branche de la famille de Courvol.

Un petit chateau (XVIIIè ?) en conserve la trace.

Merci de nous aider à compléter la notice ci-jointe…

Savigny

D enluminé

Saint-Marc-de-Fontenay, abside grandmontaine

(Illustration : l'abside du prieuré Saint-Marc à Fontenay)

Du prieuré Saint-Marc, à Fontenay près de Corvol-l'Orgueilleux,  construit au XIIème siècle sur le modèle rigoureux des établissements de l'Ordre de Grandmont, ne subsiste que l'abside de l'église et un clocher, peut-être plus récent. Elle témoigne par sa pureté architecturale de ce que fut l'ambition de cet ordre fondé en Limousin par Saint Etienne "de Muret", fils du comte de Thiers, qui proposa un nouvel érémitisme proche de celui des Chartreux.

                                                                       06

A 50 m de là, se trouve une fontaine, résurgence d’une rivière souterraine : un culte y était semble-t-il attaché.
 Des débris de terre cuite émaillée qui dateraient du XIIIème siècle y ont été retrouvés. D'après une tradition locale, des fresques représentant une bataille existaient autrefois, mais elles auraient disparu.

La cella de Fontenet a été fondée en 1166-1167 par Guillaume IV, comte de Nevers et d'Auxerre et Ida de Carinthie, son épouse. Ils avaient ajouté à leur don une forêt qui devint la forêt de St Etienne. Ce bois appartenait à l'abbaye de Pontigny, aussi la dédommagèrent-ils. Cette même année, Guillaume partait pour la 2ème Croisade où il contracta la peste et mourût à St-Jean-d'Acre le 24 octobre 1168

C'est en 1177 que Guillaume de Toucy, évêque d'Auxerre, vint à Fontenet pour bénir l'autel des moines. Les comtes de Nevers successifs vinrent constamment en aide aux moines grandmontains : ainsi Pierre de Courtenay et son gendre Hervé de Donzy leur firent plusieurs donations.

En 1295, Fontenet n'hébergeait que cinq clercs ; le prieuré fut donc réuni en 1317 à celui de la Faye de Nevers.


En 1369, Robert, comte de Flandre et de Nevers, permit aux moines de Fontenet d'acquérir des biens sur toutes ses terres, mais ceux-ci devaient verser tous les ans 50 sols à l'évêque d'Auxerre.
 

Il faut ensuite attendre le XVIème siècle pour avoir une trace écrite de Fontenet, et à partir de cette époque, le prieuré entre comme bien d'autres en décadence.


En 1747, Née de la Rochelle écrivait dans son Histoire du Nivernais: 
" La maison de Fontenet était vaste et bien bâtie, mais il n'en reste plus qu'une petite chapelle, que l'on entretient. Les bâtimens sont totalement détruits, et les biens dissipés. Le Prieur ne jouit plus que de quelques héritages qu'il afferme, et de quelques menus cens, qui ne produisent pas un revenu bien considérable".


Le 6 août 1760, le prieuré de Fontenay-St-Marc fut finalement vendu à un particulier comme un simple bien fonds, et sera revendu ensuite. 

Voyez ci-dessous la notice qui fournit des éléments de l'histoire de Fontenay :

Le prieuré Saint Marc de Fontenay

D enluminé