Les deux « Jean d’Armes »

Les sires d’Armes, connus depuis Denis, sgr d’Armes et de La Borde au XIVème siècle, ne sont pas d’origine donziaise puisque la localité dont ils prirent le nom appartenait à la châtellenie de Clamecy. Elle est au bord de l’Yonne en aval, et avait un port dédié au flottage du bois. On n’y voit pas de trace castrale ancienne.

Nous avons toutefois rencontré des membres de cette famille en plusieurs sites qu’ils détenaient par alliance ou par acquisition : La Forêt-sous-Bouhy, Villargeau et Brétignelles, et surtout Vergers, à Suilly-la-Tour.

Arrêtons-nous sur deux Jean successifs, qui ont accompli de brillantes carrières de juristes, à la cour de Nevers pour le premier, et au Parlement de Paris pour le second.

Jean II d’Armes, sgr d’Armes, Trucy-l’Orgueilleux en partie, Vergers et Moussy, était licencié-es-lois, Maître des comptes (1441-69), puis Président de la Chambre des Comptes de Nevers (1468), et Garde du scel de la prévôté (1452-57). Il avait fait hommage au comte pour Trucy (1452) et pour Armes (1469). Il fit édifier une chapelle familiale, dans le style gothique flamboyant, près du portail nord de la cathédrale de Nevers, ce qui confirme son statut élevé.

Sa famille maternelle n’était sans doute pas étrangère à cet établissement brillant : sa mère, Milenon Leclerc, était la fille d’un Secrétaire du roi Charles V, sgr de Saint-Sauveur en Puisaye, et surtout la sœur d’un Chancelier de France (1420) : Jean Leclerc, Maître des requêtes, Conseiller au Grand conseil, sgr de Luzarches et autres lieux, mort à Nevers en 1438.

La Chambre des Comptes de Nevers était une institution importante, créée par Philippe de Bourgogne, comte de Nevers, vers 1405, à l’image de celle qu’avait créé son père le duc Philippe à Dijon en 1385, pour assurer une bonne régulation de leurs recettes et dépenses. L’immeuble gothique qui l’abritait, typique des bâtiments publics de cette époque, a été conservé, ainsi qu’une partie des archives.

                                           

Jean II avait quant à lui épousé une héritière nivernaise dont la famille était implantée dans la région de Corvol-l’Orgueilleux : Jeannette du Bois, qui lui apporta des terres importantes, dont le château de Trucy, et peut-être Vergers qui lui serait venu de sa mère Mahaut de Varigny.

Son fils Jean III d’Armes, écuyer, docteur-ès-lois, sgr d’Armes, la Jarrie, Trucy-l’Orgueilleux, Vergers, Varennes-les-Narcy en pie (La Charité), la Motte-des-Bois (Donzy) fut après lui Président de la Chambre des comptes de Nevers (1470-71) ; conseiller puis quatrième Président à mortier au Parlement de Paris (1482-1488) ; exécuteur testamentaire de Jean de Bourgogne, Comte de Nevers (1479). Exempté du ban à Nevers en 1478 ; il fit hommage pour Vergers en 1466 et 1481, Varennes-les-Narcy en 1485, Villargeau et Brétignelles en 1508. Il aurait relevé l’ancien château de Vergers en cette fin du XVème siècle.

« Dès sa plus tendre jeunesse, écrit F. Blanchard, il appliqua si soigneusement son esprit à l’étude des bonnes lettres et particulièrement à la jurisprudence, qu’il se rendit enfin capable de l’enseigner et parut de telle sorte entre les avocats suivants alors le Barreau du Parlement, qu’il fut tenu pour un des plus grands jurisconsultes de son temps, même mérita cet honorable titre de docteur ès-lois. Le 9 juillet 1461, il épousa Jeanne Lamoignon, fille de Guy, seigneur de Vielmanay, et d’Alixand de Maison-Comte. Vingt et un ans après, il fut élu à la charge de quatrième Président au Parlement, vacante par la promotion de Jean de la Vacquerie à celle de premier. Il exerça cette charge jusqu’en 1490, année pendant laquelle il la résigna à Jean de Ganay. Il mourut à Paris, en 1495, et fut inhumé en l’église Saint-André-des- Arts. »

                                                                  

 Cette église Saint-André-des-Arts, avait été construite au début du XIIIème siècle à l’intérieur de l’enceinte de Philippe Auguste, sur l’actuelle place de ce nom au Quartier Latin. Elle dépendait de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés. Elle fut entièrement reconstruite en 1660 ; Temple de la Raison et Club révolutionnaire en 1790, elle fut détruite en 1807. De nombreuses personnalités du monde parlementaire et médical y avaient été inhumées au fil des siècles, dont plusieurs membres de la famille du Chancelier Leclerc. Voltaire y avait été baptisé en 1694.

Les sires d’Armes portaient : « de gueules, à deux épées d’argent appointées en pile vers la pointe de l’écu, les gardes d’or et une rose de même entre les gardes ». Ce sont là des armes « parlantes », qui suggèrent une adoption tardive et une origine bourgeoise, confirmée par la formation juridique des deux Jean (cf. supra). Reproduites dans les « Armoiries des conseillers et présidents du parlement de Paris depuis le XIVème siècle (1721) » (Bibl. Mazarine) celles de Jean III sont complétées par une « bordure engrêlée aussi d’or », qui est une « brisure » de cadet.

Deux brillants serviteurs du comté et du royaume !

Nous proposons par ailleurs une généalogie complète de cette famille fameuse en Nivernais : Famille d’Armes

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.