Saint Robert d’Andryes

(Illustration : Saint Benoît de Nursie)

Le prieuré bénédictin Saint Robert d'Andryes, rattaché à l'Abbaye de la Chaise-Dieu au XIIème siècle, avait succédé à un très ancien établissement érémitique établi à Druyes dans une grotte par Saint Romain, compagnon de Saint Benoît de Nursie à Subiaco venu en Bourgogne, qui fut vite transféré en aval sur la rivière.

                                                      Unknown

Mis en commende au début du XVIème siècle, le Prieuré déclina jusqu'à l'abandon de toute vie religieuse à Andryes au XVIIème. Le Prieur, véritable "seigneur d'Andryes" demeurant dans son "château", se limitait à jouir des revenus. Par décision de l'évêque d'Auxerre, approuvée par l'abbé de la Chaise-Dieu, ses biens furent donnés en 1735 à la Chartreuse de Basseville à Pousseaux, pour améliorer l'odinaire des Chartreux.

                                               300px-Chartreuse_de_Basseville02

Le "château" d'Andryes, ancien logis du Prieur, est parvenu jusqu'à nous, mais il reste peu de choses du Prieuré lui-même, jouxtant l'église sur l'éperon rocheux qui domine le village. Celle-ci, devenue paroissiale, avait été abandonnée, s'effondra, et dut être reconstruite au XVIIIème siècle.

Voyez ci-dessous une notice détaillée et aidez-nous à la compléter :

Le prieuré Saint Robert d'Andryes

D enluminé

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.