Archives du mot-clé magny

La Rippe, à Merry-sur-Yonne

Le petit fief de la Rippe, sur les hauteurs dominant le cours sinueux de l’Yonne à Merry, était associé à son origine à celui de Magny, dont il était peut-être un démembrement.

On est là plutôt en Auxerrois, mais la proximité géographique et féodale de Chatel-Censoir nous suggère d'évoquer ce site.

La Rippe se sépare de Magny lors de l’alliance de Judith de la Borde avec Adam de Cockborne et reste dans cette famille d’origine écossaise, qui paraît détenir simultanément une partie de Magny.

Divisé à son tour, le fief est détenu en partie par une branche des sires de la Bussière, issue de celle de Vaudoisy, à la suite d'une alliance.

Voyez ci-dessous la notice consacrée à

La Rippe  (V1 du 28/10/18)

…merci de vos commentaires !

 

Share

Magny, aux méandres de l’Yonne

(Illustration : la vallée de l'Yonne au Saussois)

Le hameau de Magny à Merry-sur-Yonne était un ancien fief.

La gentilhommière reconstruite au XIXème siècle, paraît receler des éléments plus anciens.

Magny a été longtemps détenu par une famille auxerroise, les sires de La Borde, implantée dans les régions de Druyes-les-Belles-Fontaines et Entrains (58), ainsi que dans la châtellenie de Chatel-Censoir, proche du Donziais.

Les premiers seigneurs de Magny connus sont MM. de La Chasse, d'une famille bourgeoise de Vézelay.

Ce fief proche de Merry et de Chatel-Censoir appartenait sans doute plutôt à l'Auxerrois.

Voyez ci-dessous une première version de la notice présentant la succession des seigneurs de Magny. Merci de votre concours pour la corriger le cas échéant et pour la compléter !

Magny (Merry-sur-Yonne)

 

Share

Nannay et Pernay

(Illustration : armes de Pernay)

Pernay était un fief situé près de Nannay, qui a donné son nom à une famille qu’on suit jusqu’au XVIIème siècle en Donziais (cf. not. les notices Le Magny et Port-Aubry).

La première mention du nom remonte à 1330, mais la succession dans ce fief n’est pas bien établie.

Nannay a été un fief des Lamoignon (voir cet article) au XIVème siècle, et serait revenu par alliance aux Pernay, au début du XVème, unissant ainsi semble-t-il ces deux terres voisines.

Mais des actes indiquent que le fief aurait été détenu, au moins en partie, par la Couronne à certaines époques et donné à de hauts personnages comme Jean de Luxembourg, roi de Bohême, et Jean de La Personne, chambellan, qui le vendit à Bureau de la Rivière, qu'on retrouve ici encore.

On ne sait comment ensuite ces fiefs passèrent aux sires de Tespes.

Les Tridon, magistrats originaires du Morvan, les détinrent au XVIIIème siècle à la suite de successions entre frères et sœurs et de remariages.

Voyez ci-dessous la notice consacrée à ces fiefs, qui devra être précisée et complétée grâce à votre aide…

Nannay et Pernay (V6 du 7/5/17)

D enluminé

Share

La Fillouse

(Illustration : l'église de Suilly-la-Tour)

La Fillouse était un petit fief de la paroisse de Suilly, associé à celui de la Buffière et finalement aux fiefs voisins du Magny et de Suilly.

Son histoire reste obscure. Des actes cités par Marolles attestent qu'elle fut détenue par de grandes familles : les sires des Barres, les Pioche, sgr d’Aunay, et les Girard, sgr de Passy.

Dans des conditions encore inexpliquées, mais sans doute par acquisition, La Fillouse passa finalement aux Pernay, sgrs de Suilly et du Magny, et resta sans doute associée à ces fiefs jusqu’à la Révolution.

Un petit manoir (XVIIIè ? ), entouré d’un parc, occupe certainement la place de l’ancienne demeure féodale.

La notice ci-dessous reste donc largement à compléter, merci de votre aide…

La Fillouse

D enluminé

Share

Presles, au coeur de Suilly

(Illustration : un lavoir à Suilly)

La petite seigneurie de Presle, à Suilly-la-Tour, où une modeste trace castrale subsiste sur un domaine agricole du bourg, a sans doute été détachée de l’un des grands fiefs de la paroisse : celui du Magny (id.).

                                                   DSCN0846

Elle apparaît en tant que telle au XVIème siècle, détenue par les Pernay, sgr de Suilly et du Magny, puis par les Lucquet, de Donzy, et passe alors par alliance aux Bonnay, vieille famille bourbonnaise. Le dernier seigneur en titre de Presle, qui possédait bien d'autres terres en Nivernais, le marquis de Bonnay, fut Président de l’Assemblée Constituante.

                                                                  220px-Marquis_de_bonnay

Voyez ci-dessous la notice présentant la suite des seigneurs de Presles :

Presles (Suilly)

D enluminé

Share