Archives par mot-clé : bonnay

Presle, détaché de Suilly-Magny

La petite terre de Presle, à Suilly-la-Tour, qui ne conserve qu’une modeste trace castrale dans un domaine agricole, aurait été détachée au XVIIème siècle du fief de Suilly et Magny.

Elle est alors détenue par Henry de Bonnay, issu d’une vieille famille bourbonnaise, mais ruiné, et son épouse Marie Lucquet – peut-être par acquisition du père de cette dernière : Antoine Lucquet, sgr de Grangeboeuf et de Presle (à Cours) -.

Le marquis de Bonnay, dernier seigneur en titre de Presle – mais titulaire de bien d’autres fiefs beaucoup plus importants – fut Président de l’Assemblée Constituante.

Le fief aurait été réuni à celui des Granges peu avant la Révolution par acquisition : le domaine fit partie intégrante de cette grande propriété ensuite.

Cet article remplace une édition précédente qui recelait des erreurs ou imprécisions. Merci de vos commentaires éventuels…

Presle (Suilly)(V6 du 10/4/20)

Share

Le Jarrier, au bord de la Loire

(Illustration : la Loire à La Celle)

Le Jarrier, à La Celle-sur-Loire, petit fief ancien, relevait à l’origine de Saint-Verain comme toute la contrée. Une branche cadette des barons de Saint-Verain s’était d’ailleurs établie à La Celle.

Il ne doit pas être confondu avec une importante terre du même nom en Sancerrois…

Le fief passa en plusieurs mains, plutôt bourgeoises, dont celles des Petot, marchands de Cosne au XVème siècle, puis des (La) Buxière, qu’on retrouve en d’autres sites. On perd sa trace pendant près de deux siècles – à l’époque précisément à laquelle la maison a été construite – et on la retrouve aux mains des Bouchet, d'Henrichemont, puis par alliance des Lecourieux, bourgeois et maires de Cosne au XVIIIème siècle.

A la veille de la Révolution, la gentilhommière appartient aux Grangier de la Marinière, leurs descendants, et restera dans cette famille.

Autrefois il n’y avait au Jarrier qu’un pavillon de chasse datant d’Henri IV, peut-être construit par les héritiers de Gilbert de Bonnay. Ce pavillon avec son haut toit pentu, hérissé de deux élégantes girouettes, constitue le cœur de la maison. Les deux ailes basses qui le prolongent ont été ajoutées par la suite. L’ensemble est harmonieux. Les deux grands communs qui encadrent la cour ont été édifiés aux XVIIIè et XIXè siècles. Certaines de leurs baies, en demi-lune, cernées de briques rose et bleu, sont typiques de cette région proche de la Puisaye. 

Ci-dessous une notice présentant la succession des seigneurs, ou propriétaires, du Jarrier. Un vide de près de deux siècles reste à combler…merci de votre aide !

Le Jarrier (La Celle)  (V1 du 28 sept 2018)

Share