Archives par mot-clé : chevenon

Les tours de Passy

Un internaute ami regrette que nous n’évoquions pas sur ce blog le magnifique site de Passy-les-Tours, à Varennes-les-Narcy…

Mythique en effet par l’atmosphère romantique qui se dégage des ruines de la forteresse médiévale ; mais aussi en raison de son occupation par le fameux capitaine de routiers Perrinet Gressart, capitaine de la Charité du parti anglo-bourguignon à la fin de la Guerre de Cent Ans. Sa veuve, Huguette de Courvol demeura d’ailleurs à Passy jusqu’à sa mort.

Si nous ne l’évoquons pas, c’est que Passy, situé dans l’environnement immédiat du grand Prieuré clunisien de la Charité, auquel le fief a sans doute appartenu, n’était pas en Donziais. La paroisse de Varennes-les-Narcy relevait du diocèse d’Auxerre, mais elle fut rattachée avec Passy à la châtellenie de La Marche, et donc au comté de Nevers.

Passy est cependant proche, à bien des égards, du Donziais : géographiquement et féodalement, car il fut détenu par des familles qu’on rencontre ailleurs sur le territoire de l’ancienne baronnie. C’est pourquoi nous proposons ci-dessous, une notice sur la succession des seigneurs de Passy des origines à la Révolution, qui permettra d’établir les liens.

Pour la description du château et de son histoire, pour la galerie de photos et pour les activités qui s’y déroulent, l’excellent site Internet de l’Association « Les Tours de Passy » répondra à toutes vos attentes : passylestours.fr

La notice ci-dessous apporte donc simplement des précisions généalogiques, qui confirment la proximité de ce fief avec le Donziais.

Passy-les-Tours  (V1 du 22/11/18)

Share

Lain

(Illustration : manoir de Lain)

Le petit manoir de Lain, en bordure du village, a remplacé au XVIIIème siècle une construction antérieure, siège d’une seigneurie ancienne, dont le pigeonnier est la trace. On la trouve souvent orthographiée « Lin ».

Le fief était à Erard de Boisjardin (voir cette fiche) au XIVème siècle. Il est passé aux Digoine, puis au grand capitaine Jean de Chevenon, ami du roi Charles VII et l’un des plus riches seigneurs de son temps. Les Corquilleray, du Gâtinais, puis les Pelorde, du Berry, et les Gamaches (originaires de Picardie et du Vexin) en ont successivement hérité, avant qu’il arrive dans les mains d’Antoine d’Assigny au début du XVIIIè. Ses descendants paraissent l’avoir conservé jusqu’à la Révolution

Ces dernières années le manoir est devenu un centre de formation et d’exposition de poteries. Voir son site : Terre Est Ouest (Manoir de Lain).

Comme vous le constaterez en lisant la notice ci-jointe, la succession des seigneurs de Lain que nous proposons, contient encore bien des manques. Merci de votre aide !

Lain (V4 du 1/10/18)

D enluminé

Share