Archives pour la catégorie 5 – Châtellenie de Cosne

La Roche, face à Sancerre

Le château de la Roche-sur-Loire n'est guère éloigné de celui de Tracy-sur-Loire. Reconstruit aux XVIIIème et XIXème siècles, il fait face aux côteaux de Sancerre depuis la rive droite de la Loire. Il est toujours à la tête d'un domaine viticole de l'appellation "Pouilly-Fumé".

C'est un fief ancien qui avait donné son nom à une lignée féodale, aux confins du Donziais et du comté de Sancerre, dans la mouvance duquel cette terre a peut-être été.

Nous n'avons à ce stade retrouvé sa possession qu'à la fin du XVIème siècle, quand Marguerite de Troussebois l'apporta à Paul de Paris par son mariage. Cette lignée nivernaise – déjà rencontrée à Port-Aubry près de Cosne – le conservera jusqu'à la Révolution.

 

Mais nous aimerions retrouver son histoire ancienne, avec votre aide !

Ci-joint une première notice, qui devra être complétée  :  

La Roche-sur-Loire (Tracy)

 

Share

Le Chevreau de Cosne

Aux portes de Cosne, presque inclus dans la ville, le château de Montchevreau, appelé aussi "le Chevreau" autrefois, a abrité l'enfance du marquis de la Maison-Fort, agent des Princes pendant la Révolution et l'Empire, dont les Mémoires retracent de façon très imagée dans leurs premiers chapitres la vie d'un jeune et riche officier, en Nivernais, à la fin de l'Ancien Régime.

D'une facture très classique (XVII-XVIIIème), ce château a sans doute remplacé un édifice plus ancien, dont quelques traces subsistent.

Ce fief a été associé à celui, voisin, de la Bertauche, dont il est peut-être issu, et tous deux sont proches de Port-Aubry, au sud de Cosne, sur le versant de la Loire. Il sont passés par acquisition dans les mains de riches parlementaires et officiers royaux aux XVIIème et XVIIIème siècles, dont l'un a dû faire construire le château actuel, avant d'être acquis par les du Bois des Cours, de la Maison-Fort.

Voyez ci-dessous l'état actuel de nos connaissances sur la succession des seigneurs de La Bertauche et de Montchevreau, qui demande à être précisée sur plusieurs points, et notamment sur l'identité du bâtisseur du château…

Montchevreau (V3 actualisée le 16/10/17)

D enluminé

 

Share

L’Archiprêtre-brigand

La Guerre de Cent ans a fait des ravages, notamment en Bourgogne et en Nivernais. Elle a eu ses héros et ses brigands. L'un d'eux, qui était à la fois l'un et l'autre, a laissé un souvenir mitigé en Donziais. Son nom est associé à celui de la forteresse de La Motte-Josserand, qu'il occupa.

Arnaud de Cervole, dit "L'Archiprêtre" – car, destiné aux ordres, il avait obtenu le "bénéfice" de l'Archiprêtré de Vélines, en Périgord, quand il était jeune – fut un grand capitaine de Compagnies de Routiers, sorte d'armée supplétive et quelque peu débridée, au service du Roi de France. Lieutenant général du Roi en Nivernais à la fin des années 1350, il s'y livra à un certain nombre d'exactions et fut révoqué. En réaction il occupa quelques places, dont les châteaux de Cosne et La Motte-Josserand en 1359-1360, qu'il dut rapidement rendre.

Il était issu d'une lignée angoumoise, celle des Régnauld, sgr de La Soudière à Saint-Mary. Par ses deux mariages successifs il fut un temps seigneur de Levroux en Berry, et de Châteauvillain, en Champagne.

Il poursuivit une vie militaire aventureuse, toujours au service du roi et des grands chefs de l'époque, dont le fameux Captal de Buch : Jean de Grailly, et les connétables Charles de la Cerda (d'Espagne) ou Bertrand du Guesclin. Présent sur bien des théatres d'opérations, il mourut en 1366 dans la vallée du Rhône, au milieu des désordres causés par l'inoccupation des grandes compagnies.

Voyez ci-dessous une notice qui présente sa biographie et sa famille.

L’Archiprêtre

D enluminé

 

 

Share

Cosne, cité épiscopale et comtale

Cosne – aujourd'hui  "Cosne-Cours-sur-Loire" -, vieille cité gallo-romaine, fut une place forte au Moyen-âge. 

Contrôlée à l'origine par les évêques d'Auxerre, elle passa progressivement sous l'autorité des comtes de Nevers, non sans que les barons de Donzy, alors rivaux, aient tenté au XIIème siècle de s'en emparer. Pour comprendre son histoire il faut donc se rapporter à celles de cet évêché et de ce comté.

Au débouché du Nohain dans la Loire et au carrefour de grandes routes, elle a représenté à ces époques reculées un enjeu de pouvoir qu'il est difficile de concevoir aujourd'hui, tant le déclin a frappé la cité, où les traces architecturales anciennes sont assez ténues.

Cosne, cité épiscopale où résidaient occasionnellement les évêques, fut pourtant dotée au XIIème siècle d'un petit palais épiscopal qui subsiste et présente une réelle parenté avec celui d'Auxerre. Un château et une enceinte y avaient été établis antérieurement par les évêques, notamment pour se défendre des incursions normandes. Ils disposèrent également du château de Villechaud, au sud de la ville.

Cosne, cité comtale, eut aux XIIème et XIIIème siècle une enceinte renforcée et un château reconstruit par les comtes, pour assurer la défense de ce site stratégique. Ce monument, dont des restes importants subsistent malgré l'outrage du temps, se cache au milieu de la vieille ville et ne protège plus qu'un….parking.

Le développement de l'industrie métallurgique à Cosne du XVIIème au XIXème siècles, grâce à la force motrice du Nohain qui y est à son maximum, avec une belle chute dans la Loire, a bouleversé l'architecture ancienne de la ville qui se concentrait précisément à ce confluent.

                                                   photo-2

Seul l'ancien Prieuré Saint-Agnan, qui domine le site au sud, a conservé sa magnificence ancienne.

Voyez ci-dessous une notice qui précise ces différents points

Cosne (V1 du 5 avril 2016)

D enluminé

Share

Port-Aubry ou Port-au-Berry ?

(Illustration : extrait d'un relevé cartographique de 1727-1730)

Le fief de Port-Aubry, au bord de la Loire en amont de Cosne, sur la paroisse de Saint Agnan (voir cette notice), est identifié dès le XIVème siècle. Le nom est parfois orthographié Port-Obry. Certains sources l’appellent Port-au-Berry ou Port-au-Bry : un bac aurait-il existé à cet endroit ? On ne sait si la maison-forte figurée sur un ancien plan de Cosne correspond au relevé présenté ci-dessus, et se trouvait à l’emplacement de la petite maison de maître d’aujourd’hui.

De premiers hommages sont rendus pour Port-Obry dès 1335 par des membres de la famille du Pont.

Les premiers seigneurs dont la succession est clairement identifiée sont les Pernay, par ailleurs seigneurs de Nannay, de Suilly et du Magny (voir cette notice).

La succession des familles détentrices du fief (Bussy, Paris…) est malaisée à suivre, d'autant qu'une partie paraît en avoir été séparée et aurait été détenue par le duc de Nevers, qui la vend en 1710 à l’horloger, ingénieur et maître de forge Claude Grégoire.

De nos jours, la Ferme du Port-Aubry est connue pour ses fromages de chèvres…

La base Gertrude (Pätrimoine de la Région Centre) fournit d'intéressantes indications et de superbes plans sur les aménagements portuaires anciens de Cosne.

Voyez ci-dessous la notice correspondante – établie et mise à jour (16/12/16) grâce à plusieurs informations importantes fournies par un contributeur du site, merci à lui ! -, qu'il faudra encore préciser et compléter, car certaines phases demeurent obscures.

Port-Aubry (Cosne)

 

D enluminé

 

Share

Villechaud, résidence épiscopale

(Illustration : crue de la Loire à Cosne – 1856)

La tour acccolée à la chapelle Sainte-Brigitte de Villechaud, au sud de Cosne, est l'ultime trace du château que les évêques d'Auxerre y avaient fait construire au XIIIème siècle, et qui fut, à l'instar de Régennes, au bord de l'Yonne en aval d'Auxerre, ou de Varzy, une de leurs résidences habituelles. Ils marquaient là un souci d'occupation et de défense de leur territoire, qui faisait d'eux des seigneurs temporels autant que des chefs spirituels.

Voyez ci-dessous la courte notice consacrée à ce site dont la structure complète nous restera inconnue. Nous aimerions pouvoir la compléter de nouvelles indications.

Villechaud

D enluminé

Share

Prieuré-Cure de Cours

(Illustration : l'église de Cours)

L’ancien Prieuré de Cours forme avec la belle église gothique un bel ensemble architectural. 

Il remonte à une époque reculée ; en effet, au début du XIIème siècle, l’évêque d’Auxerre Humbaud ayant abandonné ses droits sur la paroisse au profit de l’abbaye de Saint-Laurent (voir cette page) des Chanoines réguliers de Saint-Augustin, un prieuré y fut construit, afin de permettre à un moine de Saint-Laurent de desservir la paroisse et de toucher les dîmes qui y étaient attachées.

Il connut toutes les vicissitudes de l'histoire, fut reconstruit au XVIè siècle et devint ensuite le presbytère de la paroisse. Il a été heureusement restauré. 

Voyez ci-joint une courte notice, car on dispose de peu d'éléments sur la vie de ce prieuré :

Le prieuré de Cours

D enluminé

Share

Saint Agnan, fille de La Charité

(Illustration : l'abside romane de Saint Agnan)

Le prieuré Saint-Agnan de Cosne et son église furent élevés sur l’emplacement d’un oratoire du VIe siècle dédié à Saint Front, sous l’impulsion d’Hugues, abbé de Cluny. Il fut terminé au début du XIIème siècle et placé sous la dépendance de La Charité-sur-Loire toute proche, l'une des filles aînées de Cluny. De cette époque restent le portail roman de l'église, bien conservé grâce au clocher-porche, l’abside, le chevet et quelques éléments de murs. Un bâtiment prieural du XVIIème siècle a été également conservé.

L'histoire de cet établissement religieux n'est guère connue. Incendie et effondrements détruisirent une partie de l’église qui fut refaite au XVIIIe siècle. Après la 2e guerre mondiale, des vitraux modernes furent installés.

Voyez ci-dessous une notice complémentaire, et le site touristique du prieuré :

Le prieuré Saint Agnan

Site touristique du "Prieuré Saint Agnan(Maison d'hôtes)

D enluminé

Share

Les Granges, des Vieilbourg

Le petit château des Granges, près de Cours (Cosne-Cours-sur-Loire) a été construit vers 1500 par les Ravan de Vieilbourg, qui détenaient le fief voisin de Myennes (voir cette page). La possession simultanée des deux fiefs paraît avoir été constante, ainsi que leur transmission aux Hinselin.

 

                                                   DSCN0802

 

D enluminé

 

Share

Tracy, au coeur du vignoble

(Illustration : château et vignoble de Tracy)

Prolongeant vers le nord les coteaux du vignoble de Pouilly-sur-Loire, ceux de Tracy descendent vers le fleuve. Mais du château féodal qui, entre les tours de Cosne et celles de La Charité, gardait les rives de la Loire, il ne reste que les souterrains. Le comportement de son seigneur n’est sûrement pas étranger à sa disparition : il avait pactisé avec les anglais au début de la Guerre de Cent Ans.

Le fief de Tracy, comme celui de Sancerre sur l’autre rive de la Loire, a été, sinon l’enjeu, du moins le cadre des chevauchées et des combats qui n’ont cessé de se dérouler dans cette région pendant cette guerre. Ne voit-on pas en effet se succéder entre Puisaye, Donziais et Berry les hommes d’Arnaud de Cervole, mandé par le Dauphin pour combattre les anglais ; ceux de Robert Knolles et, lors de la lutte menée par le Duc de Bourgogne contre le roi de France, les anglais, puis Perrinet Gressart en 1424, et Charles le Téméraire enfin, qui s’empare de Cosne en 1463. Il semble que le calme ne revint dans la région qu’aux environs de 1470.

Le fief de Tracy est alors aux mains des Corguilleray dont un représentant, Guillaume, est Prévôt des maréchaux en 1489. Au siècle suivant, sa fille l’apporte en mariage à Michel des Rivauldes qui, en 1571, est l’un des cent gentilshommes de la maison du roi Henri III. Aux environs de 1580, Tracy passe à Françoise de Bar (sur cette famille voir "Histoire du Berry" de La Thaumassière), dont le père, seigneur de Buranlure, en Sancerrois, était gouverneur et maître des eaux et forêts du comté de Sancerre. Devenue veuve, elle choisit son second mari, François Stutt, parmi les gentilshommes de la garde du roi ; successivement attaché aux rois Henri III puis Henri IV.

Par ce mariage le fief de Tracy passa aux mains de cette famille écossaise dont les ancêtres, apparentés à la famille royale d’Ecosse, suivirent les Stuart lorsqu’ils vinrent au secours du dauphin pour bouter hors les anglais. Walter Stutt en 1419, puis en 1427 ses quatre fils combattirent sous les ordres de John Stuart, Connétable de France. Ils appartenaient aux vingt-cinq archers de la garde écossaise du corps du roi, réputés pour leurs costumes et leurs parures qui étaient d’une telle richesse qu’on les appelait les Orfavriers.

En récompense de ses services et de sa fidélité, Charles VII avait fait don en 1445 à Walter Stutt du fief d’Assay (à Beaulieu-sur-Loire). Pour sa part Louis XI accorda une "charte de naturalité" à Thomas Stutt, dont François était le descendant. Les droits des Stutt ayant été contestés, la paix revenue, ils furent confirmés par un arrêt du Grand Conseil tenu à Bourges en 1489. A la suite de  cette décision, les Stutt prirent la devise : « Don bien acquis », qui figure encore sur le porche du château.

Depuis cette époque, Tracy est toujours demeuré dans cette famille (voir l'article "Stutt" du "Dictionnaire" d'Aubert de La Chesnaye).

Suivant la tradition leurs représentants firent carrière dans les armes et plusieurs d’entre eux connurent une certaine célébrité, et notamment Antoine d'Estutt de Tracy, qui débuta dans les mousquetaires en 1770 et devint maréchal de camp en 1792. Député de la noblesse de la sénéchaussée du Bourbonnais aux Etats généraux de 1789, acquis aux idées libérales, il fut du nombre des gentilshommes qui se réunirent aux représentants du tiers-état. Arrêté sous la Terreur en 1793, emprisonné aux Carmes, il fut libéré à Thermidor. Disciple de Buffon et de Lavoisier, il fut ensuite celui de Condillac ; on lui doit un « Essai sur le génie et les ouvrages de Montesquieu ». Entré à l’Académie française en 1808, membre du Sénat sous Napoléon Ier, puis de la Chambre des Pairs en 1815, il fut unanimement aimé pour sa générosité et l’élévation de son esprit.

Son fils Victor d'Estutt de Tracy, après avoir participé aux campagnes napoléonniennes, lui aussi d’esprit libéral, ministre de la Marine en 1848, avait épousé, en 1816 Sarah Newton, petite-nièce du célèbre physicien, à laquelle on doit également une œuvre littéraire.

                                                  1327169825historique

                                                             Sarah Newton, ctesse d'Estutt de Tracy

Le château de Tracy a été construit au XVème siècle près de l’emplacement d’une demeure plus ancienne dont il ne reste que les souterrains. Remanié au XVIème siècle, ce nouveau château a été en partie reconstruit au XIXème. Il est toujours à la tête d'un prestigieux vignoble (voyez le site du Chateau de Tracy)

Voyez ci-dessous la suite des seigneurs connus de Tracy, à partir du XVè siècle, et aidez-nous à la compléter…

Tracy

D enluminé

 

 

Share

Saint-Père, le château du Fauconnier

(Illustration : château de Saint-Père)

Le joli château de Saint-Père – autrefois Nuzy ou St-Père de Nuzy – date du début du XVème siècle et a été aggrandi et modernisé au XVIIè et au XIXè siècles.

Il est passé de mains en mains par successions et alliances, des Vignier, premiers seigneurs connus, aux Stutt (ou d'Estutt), une famille écossaise établie dans le val de Loire par la faveur du roi Charles VII (château d'Assay à Beaulieu-sur-Loire) à Tracy (voir cette fiche).

Le fief est vendu en 1712 à Louis Rameau, "Fauconnier du Roy", marié à une donziaise, Marie-Anne Frappier, de Montbenoît à Pougny, tout proche.

Edme Rameau de Saint-Père (1820-1889), historien et sociologue du Canada français, en était issu.

Le fief d'Insèches à Alligny lui a été associé, puis s'en est détaché.

Ci-dessous la notice consacrée à la succession des seigneurs de Saint-Père :

Saint-Père (Nuzy)

D enluminé

Share

Myennes

(Illustration : la Loire à Myennes)

La première mention du nom de Myennes remonte à 1308.  La terre de Myennes, venant des sires de Saint-Verain dont c'était l'un des nombreux fiefs, fut longtemps indivise du fait des avatars de succession de leurs différentes branches. Une part revint aux comtes de Nevers, qui fut revendue par Henriette de Clèves. Au XVIème siècle, les Vieilbourg (voyez l'article qu'Aubert de la Chesnaye leur consacre dans son Dictionnaire…) réunifièrent cette terre, et en 1661, Myennes fut érigée en marquisat en faveur de René de Vieilbourg, seigneur du lieu.

 

                                                          de_Vieilbourg_Rene

 

Le château actuel date pour l’essentiel du XVIIIè siècle. Il est établi en terrasse sur la rive droite de la Loire et jouit de ce coté d'un paysage splendide, mais le passage de la voie ferrée de Paris à Clermont-Ferrand (1858), qui transperça son parc à quelques dizaines de mètres du château, lui a été funeste.

L'ancienne abbaye cistercienne de Roches, est située non loin, en pleine campagne.

Voyez ci-dessous la notice présentant la succession des seigneurs de Myennes, rendue complexe par une indivision prolongée :

Myennes (version 3 augmentée du 17/9/16)

D enluminé

Share