Archives de catégorie : 3 – Châtellenie d’Entrains

Les Blanchefort, fidèles entre les fidèles

(Illustration : le pont d’Asnois sur l’Yonne)

Nous évoquons souvent ici les ravages que fit la Guerre de Cent ans, et les exactions des huguenots pendant les Guerres de Religion. Mais l’épisode de la Ligue qui suivit ne fut pas moins dramatique. Une querelle dynastique sur fond d’intolérance religieuse mettait le royaume à feu et à sang : le duc de Guise mobilisait pour contraindre par la force le dernier Valois à « bouter les hérétiques hors du royaume », puis s’opposer à l’accession au trône d’Henri de Navarre.

Notre petite région, dont les élites avaient largement adhéré à la Réforme, ne resta malheureusement pas à l’écart de ce nouvel épisode sanglant.

Née de La Rochelle, dans ses « Mémoires sur le Département de la Nièvre » (Bourges, Paris, 1827, tome III) propose une belle série d’hommes illustres. Parmi eux : Pierre de Blanchefort (v. 1520 – 1591) et son fils Adrien, des seigneurs donziais qui s’illustrèrent par leur fidélité à la Couronne pendant cette période difficile.

Pierre appartenait à une illustre lignée du Limousin, sortie des anciens vicomtes de Comborn et alliée à la plus haute noblesse de la grande Aquitaine, qui portait : « d’or à deux lions passant de gueules », des armes qui fleurent bon le premier moyen-âge.

                                                                                 

Son père : Guy de Blanchefort, fils du seigneur de St-Clément, Bois-Lamy et Nouzerolles en Rouergue où la famille s’était établie au XIVème siècle, s’était marié en Donziais. Françoise de Blanchefort, demi-sœur de Guy, avait épousé Jean de Chabannes, l’aïeul du seigneur futur de Vergers.

Nous avons rencontré les Blanchefort à Château-du-Bois, vieux fief de la châtellenie d’Entrains, que Pierre tenait de sa mère : Perrette du Pont, ainsi que Villenaut – aujourd’hui « les Villenots » à Etais, un fief qui donna son nom au généalogiste nivernais Adolphe de Villenaut – et Fondelin (à Corvol), aux confins de la Nièvre et de l’Yonne. On voit toujours au village de Château-du-Bois les restes imposants d’une maison-forte.

Pierre avait quant à lui épousé en 1551 Léonarde de Clèves, dame d’Asnois-le-Bourg, fille du bâtard Hermann von Kleve, et de Léonarde Perreau. Elle était la nièce « par la main gauche » d’Engilbert de Clèves, comte de Nevers –. Cette alliance apporta à Pierre une partie de la terre d’Asnois, venue des sires de Saint-Verain, dont le site domine la haute vallée de l’Yonne. Son fils réunit les deux fiefs en épousant Henriette de Salazar, dame d’Asnois-le-Château. Ils étaient donc solidement établis et alliés à de grandes familles du pays.

                                                         

Née nous conte leurs exploits. Pierre servit d’abord sous le Maréchal de Bourdillon (1554) – Imbert de La Platière, dont nous avons croisé la famille à Chevroux – et se trouva à la bataille de Saint-Quentin (1557) ; il devint ensuite Enseigne de Cinquante hommes d’armes des Ordonnances du Roi, dans la compagnie du marquis de Nesle (1568). Il fut nommé « maître de camp » par brevet du roi Henri III en 1575.

Il fit détruire le pont d’Asnois (cf. le pont actuel en illustration…) pour empêcher la jonction des troupes de la Ligue. Il démontra sa fidélité et son légitimisme lors des Etats Généraux de Blois (1576), où il siégeait comme député de la noblesse du Nivernais-Donziais, en refusant malgré les pressions l’exclusion des princes de la Maison de Bourbon de la succession au trône de France, que voulaient imposer les princes ligués. Ayant levé une troupe importante il put maintenir le contrôle du roi sur le Nivernais, y compris lors des troubles de 1585, sans hésiter à occuper Nevers, pour préserver la ville des menées des ligueurs.

« Il se donna tant de soins, de peines et de fatigues, pour la défense de ses rois légitimes, qu’il ne put jouir des belles années du roi Henri IV » écrit Née. Il mourut à Asnois en 1591, et y fut inhumé dans la belle église Saint-Loup.

Son fils Adrien de Blanchefort, fait « baron d’Asnois » en 1606, assura brillamment la succession paternelle en servant dès l’âge de 17 ans, en particulier lors de la guerre des Pays-Bas (1582) : en prenant Dendermonde il fournit un abri au duc d’Alençon, dont il fut le chambellan jusqu’à sa mort. Suivant l’exemple de son père, il resta constamment fidèle aux rois Henri III et Henri IV, avec lui aussi le grade de « maître de camp ». Ce roi lui confia le Gouvernement de St-Jean-de-Losne qu’il défendit contre la Ligue. Il reprit aux factieux Avallon et plusieurs places en Bourgogne et en Nivernais où il commanda. Il en fut le député aux Etats-Généraux de 1614, et jusqu’à sa mort en 1625 il fut le chef des troupes royales dans la province.

Dans la descendance de Pierre et Adrien on trouve le fameux Roger de Gaignières (1642-1715), historien, généalogiste et infatigable collectionneur. Il fit réaliser des dessins d’objets anciens – dont des pierres tombales (ci-dessous celle de Jean d’Angerant, évêque de Beauvais, oncle de Bureau de La Rivière) -, qui restent les seules images d’innombrables monuments disparus pendant la Révolution. Il avait fait don de l’ensemble au roi Louis XIV, et sa collection se trouve pour l’essentiel à la BNF.

                                                                      

Les Blanchefort, père et fils, avaient donc mérité la reconnaissance de leur patrie d’adoption. Voyez ci-dessous la notice généalogique consacrée à cette famille :

Famille de Blanchefort

Share

Des vicomtes à Entrains ?

Les barons de Donzy étaient seigneurs d’Entrains, où ils tenaient un château qui eut le statut comtal après l'union au comté de Nevers.

Nous évoquons cette ancienne cité gallo-romaine dans l'article spécifique qui lui est consacré : Entrains.

Un titre de « vicomte d’Entrains », paraît s’être transmis dans des familles de la région, à partir de Guyot du Chesnoy – voir l'article sur Le Chesnoy et Ferrières – au XIIIème siècle. On pouvait autrefois voir en ville une maison dite « de la vicomté ». On peut supposer que ces vicomtes – historiquement des délégués du comte  – s'étaient constitué une seigneurie particulière, comme ce fut le cas à Druyes.

Cette vicomté, que Marolles ne cite pas comme un fief, reste énigmatique, mais elle avait des dépendances dans la contrée, et fut en tout cas vendue au duc de Nevers en 1779.

Nous avons tenté de reconstituer dans la notice ci-dessous la succession des vicomtes, des origines aux Saint-Phalle et Grivel de Grossouvre du XVIIème siècle, qui sont connus pour avoir porté ce titre et possédé ces terres.

Mais ce n'est qu'une hypothèse et nous aimerions disposer de données complémentaires pour la confirmer ou l'infirmer.

Vicomtes d’Entrains (V1 27-10-17)

Share

La Roussille, aux sources du Nohain

(Illustration : le Nohain près de sa source, aux pieds de la Roussille)

Le fief de la Roussille, qui aurait donné son nom à une famille oubliée, eut un destin associé à ceux des autres fiefs voisins d'Entrains : Miniers et St-Cyr, Réveillon, Château-du-Bois

Un manoir y subsiste, qui domine les sources du Nohain, en amont d'Entrains.

Cette terre a changé plusieurs fois de mains au XVIIIème siècle. L'un de ses propriétaires, Jean-Baptiste Amelot, connut une certaine notoriété en concevant le projet de Canal de la Loire à l'Yonne, qui serait passé précisément aux pieds de la Roussille (voir l'article précédent : Donzy, port fluvial ?).

Nous sommes évidemment intéressés par des informations complémentaires qui permettraient d'étoffer et de préciser la notice ci-dessous qui présente l'état actuel de nos connaissances sur la suite des seigneurs de :

La Roussille

 

Share

Le Chesnoy et Ferrières, à Entrains

(Illustration : minerai de fer)

Les environs d’Entrains, vieille cité romaine qui dominait la contrée avant l’avènement de Donzy, sont riches de sites castraux.

Au sud : Réveillon, dont le grand château néo-Louis XIII actuel rappelle l’importance passée du fief ; au nord-est Miniers et Saint-Cyr, disparus dans les bois, et plus loin Château-du-Bois et Les Barres (à Sainpuits), deux seigneuries considérables.

Au nord, au long de l’ancienne voie romaine reliant Interanum (Entrains) à Autessiodurum (Auxerre), le Chesnoy et Ferrières – à ne pas confondre avec le fief homonyme de Ferrières à Andrye – sont deux fiefs anciens souvent associés et dont l’histoire rejoint en partie celle de Réveillon.

Le Chesnoy (ou Le Chesnoy-les-Entrains), formait une seigneurie en toute justice relevant de la châtellenie d’Entrains. Malgré l'ancien nom de "Maison-forte du Chesnoy", on ne voit plus sur place de véritable trace castrale, mais un grand domaine agricole.

La famille du Chesnoy (plus tard « du Chesnay ») s’est prolongée jusqu’au XVIIème siècle notamment à Neuvy-sur-Loire. Le fief d’origine est passé au moins en partie, aux seigneurs de Réveillon, dont des descendants paraissent l’avoir conservé.

Un démembrement, sous le nom de « Chesnoy-le-Pré », par opposition à « la Maison-forte du Chesnoy », a été détenu par des bourgeois d’Entrains.

Ferrières tire son nom d’anciennes exploitations de minerai de fer. Ce fief était, selon Marolles et Baudiau, dans la mouvance du Chesnoy. L’ancien manoir, aujourd’hui une ferme, y est toujours visible (tour, pigeonnier), qu’on peut dater du XVIème siècle.

Le suite de ses seigneurs est malaisée à établir en l’état actuel de nos connaissances. Au fil des successions et des partages, ces fiefs ont été autonomes ou réunis et associés un temps à Réveillon, puis séparés à nouveau. Chacun d’eux paraît même avoir été divisé, avec plusieurs co-seigneurs.

L’examen de la succession de leurs seigneurs imposera donc un retour sur celle de Réveillon.

Voyez ci-dessous la notice encore provisoire (complétée le 8/6/17) qui est consacrée à :

Le Chesnoy et Ferrières

 

Share

Entrains, cité de « Jupiter tonnant »

Entrains, dans la haute vallée du Nohain, non loin de sa source,  est environné de sites médiévaux. Nous en avons évoqué certains : Réveillon, Château-du-Bois, ou encore Miniers et St-Cyr, Le Chesnoy et Ferrières.

Mais qu’en est-il de la cité elle-même  ?

On estime qu’elle fut fondée par les Senons aux confins méridionaux de leur territoire. Elle devint une ville gallo-romaine d’une certaine importance (25.000 hts ?), sous le nom d’Interanum, au carrefour de cinq routes. A ce titre elle rivalise en Nivernais avec Nevers, Decize et Cosne, et surclasse largement Donzy, connue seulement depuis les VIème-VIIème siècles. Elle aurait même abrité un préfet de l’Empire, doté d’un palais. La ville recèle de très nombreuses traces de cette époque, dont celles d’un amphithéâtre, de thermes, de villas…etc. Les fouilles ont mis à jour de magnifiques trésors antiques, dont certains figurent dans les musées nationaux.

                                                           apollon

                       Statue d'Apollon d'Entrains (Musée national de Saint-Germain-en-Laye)

Son nom a donné lieu à débat : s’agissait-il, comme le suggéraient Lebeuf et d’autres auteurs, d’évoquer une cité au milieu des étangs ou des eaux – inter-amnes – ? Ou plutôt, comme le fait l'abbé Baudiau, historien d’Entrains (« Histoire d’Entrain depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours » par J.-F. Baudiau, chez Fay-Vallières à Nevers, 1879), d’une référence au nom donné par les gaulois au Jupiter tonnant : Taran ? Les sources anciennes disponibles ne permettent pas de trancher.

                                                         jupiter

                                                                Jupiter (Entrains, 1969)

La lignée bourguignonne de Semur-Chalon qui fut à l’origine de la baronnie de Donzy au tournant de l’an Mil avec l’appui de l’Evêque Hugues, aurait donc pu choisir Entrains comme siège de son grand fief, s’inscrivant ainsi dans une continuité historique. Le grand historien allemand Karl-Ferdinand Werner a développé cette théorie du continuum de l’antiquité tardive à la féodalité, et les liens que l’aristocratie franque conquérante ne manqua pas d’établir avec les familles sénatoriales gallo-romaines, dont elle adopta la culture.

Mais les invasions, celles des Vandales et des Sarrasins, et les raids normands du IXème siècle avaient eu raison de la vieille Interanum, dont le site correspondait peu aux exigences défensives de l’époque.

En aval, l’éperon rocheux de Donzy, plus près du Val de Loire, s’était imposé pour établir une forteresse. Peut-être ces terres, réputées avoir appartenu à la famille du grand Saint Germain d’Auxerre, avaient-elles aussi une valeur symbolique particulière, quand Entrains conservait la marque du « paganisme » ancien ; d’autant que Saint Pèlerin, premier évêque d’Auxerre, y avait été martyrisé vers l’an 300.

Voyez à ce sujet un extrait des "Mémoires concernant l'histoire civile et ecclésiastique d'Auxerre et de son ancien diocèse" de l'abbé Lebeuf, consacré à la vie de Saint Pélerin :

Saint Pélerin

Les barons de Donzy puis les comtes de Nevers entretinrent cependant un château à Entrains, qui bénéficiait de fortifications antiques et dont il ne pouvaient négliger l’importance. Une châtellenie y fut naturellement établie sur ces bases au début du XIIIème siècle, lors de l’union de la baronnie au comté.

Il n’y a plus trace du château baronnial qui devait, selon l’abbé Baudiau et d’autres auteurs, se trouver au nord de la ville, peut-être sur les lieux mêmes de l’ancien palais des gouverneurs romains d’Interanum, lui aussi disparu, tout près de l’ancien amphithéâtre dont le sol conserve la marque. Il aurait été complètement ruiné avec la ville par les guerres du moyen-âge (1427).

Du point de vue féodal, Entrains fut donc à la fois le siège d’une châtellenie et une cité dotée de franchises, en raison de son ancienneté. Ses bourgeois prospères n’eurent de cesse d’acquérir des fiefs aux environs.

Les comtes de Nevers y entretenaient une garnison et des capitaines, parfois appelés pompeusement « gouverneurs », peut-être par référence à ce passé glorieux. Ils siégèrent au Petit-Fort dès lors que le château principal fut ruiné.

Un titre de « vicomte d’Entrains », ou parfois de « seigneur d’Entrains » paraît s’être transmis dans des familles de la région, à partir de Jean d’Ordon au XIIIème siècle. On pouvait autrefois voir en ville une maison dite « de la vicomté ». On peut supposer que ce titre était associé à la possession d’une seigneurie particulière en raison du statut comtal de la cité, comme ce fut le cas à Druyes. Quoiqu’il en soit, on connaît quelques vicomtes d’Entrains :  Eustache de Saint-Phalle, d’une vieille famille du Gâtinais qui aurait eu une implication locale ancienne, ou Hubert de Grivel, son beau-frère, que nous avons déjà rencontré comme seigneur de Pesselières. Cette vicomté un peu énigmatique, que Marolles ne cite pratiquement pas, mais qui avait des dépendances dans la contrée, fut en tout cas vendue au duc de Nevers en 1779. Elle mérite une étude plus poussée.

L’essor de la terre et du château de Réveillon, très proche de la ville au sud, et le poids de ses seigneurs, s’imposèrent toutefois progressivement dans le paysage féodal de la haute vallée du Nohain. Après la Révolution, le comte Roy, haut personnage du gouvernement, paracheva cette domination en achetant de nombreuses terres du voisinage.

Entrains a connu un certain déclin, jusqu’à ne pas avoir le statut de chef-lieu de canton. Mais son passé romain est aujourd’hui heureusement mis en valeur, et le bourg conserve, malgré les outrages du temps, la mémoire d’un ensemble urbain âgé de près de 2000 ans…

Nous serions intéressés par des données plus précises sur la vicomté d'Entrains…

 

D enluminé

 

Share