Archives par mot-clé : viellant

Les Blanchefort, fidèles entre les fidèles

(Illustration : le pont d’Asnois sur l’Yonne)

Nous évoquons souvent ici les ravages que fit la Guerre de Cent ans, et les exactions des huguenots pendant les Guerres de Religion. Mais l’épisode de la Ligue qui suivit ne fut pas moins dramatique. Une querelle dynastique sur fond d’intolérance religieuse mettait le royaume à feu et à sang : le duc de Guise mobilisait pour contraindre par la force le dernier Valois à « bouter les hérétiques hors du royaume », puis s’opposer à l’accession au trône d’Henri de Navarre.

Notre petite région, dont les élites avaient largement adhéré à la Réforme, ne resta malheureusement pas à l’écart de ce nouvel épisode sanglant.

Née de La Rochelle, dans ses « Mémoires sur le Département de la Nièvre » (Bourges, Paris, 1827, tome III) propose une belle série d’hommes illustres. Parmi eux : Pierre de Blanchefort (v. 1520 – 1591) et son fils Adrien, des seigneurs donziais qui s’illustrèrent par leur fidélité à la Couronne pendant cette période difficile.

Pierre appartenait à une illustre lignée du Limousin, sortie des anciens vicomtes de Comborn et alliée à la plus haute noblesse de la grande Aquitaine, qui portait : « d’or à deux lions passant de gueules », des armes qui fleurent bon le premier moyen-âge.

                                                                                 

Son père : Guy de Blanchefort, fils du seigneur de St-Clément, Bois-Lamy et Nouzerolles en Rouergue où la famille s’était établie au XIVème siècle, s’était marié en Donziais. Françoise de Blanchefort, demi-sœur de Guy, avait épousé Jean de Chabannes, l’aïeul du seigneur futur de Vergers.

Nous avons rencontré les Blanchefort à Château-du-Bois, vieux fief de la châtellenie d’Entrains, que Pierre tenait de sa mère : Perrette du Pont, ainsi que Villenaut – aujourd’hui « les Villenots » à Etais, un fief qui donna son nom au généalogiste nivernais Adolphe de Villenaut – et Fondelin (à Corvol), aux confins de la Nièvre et de l’Yonne. On voit toujours au village de Château-du-Bois les restes imposants d’une maison-forte.

Pierre avait quant à lui épousé en 1551 Léonarde de Clèves, dame d’Asnois-le-Bourg, fille du bâtard Hermann von Kleve, et de Léonarde Perreau. Elle était la nièce « par la main gauche » d’Engilbert de Clèves, comte de Nevers –. Cette alliance apporta à Pierre une partie de la terre d’Asnois, venue des sires de Saint-Verain, dont le site domine la haute vallée de l’Yonne. Son fils réunit les deux fiefs en épousant Henriette de Salazar, dame d’Asnois-le-Château. Ils étaient donc solidement établis et alliés à de grandes familles du pays.

                                                         

Née nous conte leurs exploits. Pierre servit d’abord sous le Maréchal de Bourdillon (1554) – Imbert de La Platière, dont nous avons croisé la famille à Chevroux – et se trouva à la bataille de Saint-Quentin (1557) ; il devint ensuite Enseigne de Cinquante hommes d’armes des Ordonnances du Roi, dans la compagnie du marquis de Nesle (1568). Il fut nommé « maître de camp » par brevet du roi Henri III en 1575.

Il fit détruire le pont d’Asnois (cf. le pont actuel en illustration…) pour empêcher la jonction des troupes de la Ligue. Il démontra sa fidélité et son légitimisme lors des Etats Généraux de Blois (1576), où il siégeait comme député de la noblesse du Nivernais-Donziais, en refusant malgré les pressions l’exclusion des princes de la Maison de Bourbon de la succession au trône de France, que voulaient imposer les princes ligués. Ayant levé une troupe importante il put maintenir le contrôle du roi sur le Nivernais, y compris lors des troubles de 1585, sans hésiter à occuper Nevers, pour préserver la ville des menées des ligueurs.

« Il se donna tant de soins, de peines et de fatigues, pour la défense de ses rois légitimes, qu’il ne put jouir des belles années du roi Henri IV » écrit Née. Il mourut à Asnois en 1591, et y fut inhumé dans la belle église Saint-Loup.

Son fils Adrien de Blanchefort, fait « baron d’Asnois » en 1606, assura brillamment la succession paternelle en servant dès l’âge de 17 ans, en particulier lors de la guerre des Pays-Bas (1582) : en prenant Dendermonde il fournit un abri au duc d’Alençon, dont il fut le chambellan jusqu’à sa mort. Suivant l’exemple de son père, il resta constamment fidèle aux rois Henri III et Henri IV, avec lui aussi le grade de « maître de camp ». Ce roi lui confia le Gouvernement de St-Jean-de-Losne qu’il défendit contre la Ligue. Il reprit aux factieux Avallon et plusieurs places en Bourgogne et en Nivernais où il commanda. Il en fut le député aux Etats-Généraux de 1614, et jusqu’à sa mort en 1625 il fut le chef des troupes royales dans la province.

Dans la descendance de Pierre et Adrien on trouve le fameux Roger de Gaignières (1642-1715), historien, généalogiste et infatigable collectionneur. Il fit réaliser des dessins d’objets anciens – dont des pierres tombales (ci-dessous celle de Jean d’Angerant, évêque de Beauvais, oncle de Bureau de La Rivière) -, qui restent les seules images d’innombrables monuments disparus pendant la Révolution. Il avait fait don de l’ensemble au roi Louis XIV, et sa collection se trouve pour l’essentiel à la BNF.

                                                                      

Les Blanchefort, père et fils, avaient donc mérité la reconnaissance de leur patrie d’adoption. Voyez ci-dessous la notice généalogique consacrée à cette famille :

Famille de Blanchefort

Share

Le Colombier

(En illustration : armes de Mullot)

Le petit château du Colombier, près d'Etais-la-Sauvin, a été le siège d'une seigneurie détenue par la famille de Mullot, depuis l'origine au début du XVIème siècle.

L'éminent généalogiste Adolphe de Villenaut, auteur du "Nobiliaire du Nivernois" en était issu.

Voyez la notice qui présente les différentes générations de cette famille et leurs alliances, jusqu'à la Révolution :

Le Colombier

D enluminé

Share