Les Barres

(Illustration : château des Barres)

La terre des Barres, à Sainpuits en Puisaye-Forterre donziaise, est ancienne. Elle serait passée entre les mains de familles connues, traitées également dans d’autres notices : Mornay, Garreau, La Ferté-Meung (Boisjardin à Ciez, Miniers à Entrains), Cossaye, du Deffand (Le Tremblay à Fontenoy), avant d’échoir aux Gentils (Le Boulay à Druyes), seigneurs limousins venus en Puisaye par une alliance.

Le château actuel des Barres, d'une belle ordonnance classique, a été construit en 1777, sur l’emplacement d’une demeure plus ancienne dont des traces subsistent. Il a été modifié par Claude-Etienne Chaillou des Barres (1784-1857), intendant de Basse-Silésie, préfet, écrivain, livrettiste, fondateur et premier président de la Société des sciences historiques et naturelles de l'Yonne, ami du Roi Frédéric II de Prusse, ainsi que par son gendre, le baron du Havelt : aménagement d'une bibliothèque ; construction d'une aile reliant le château à la bibliothèque, édification d'une chapelle funéraire, aménagement du parc. 

Ci-dessous la notice présentant la succession des seigneurs des Barres (V. Complétée le 18/10/18 grâce au commentaire ci-dessous) :

Les Barres (Sainpuits)

 

D enluminé

Share

2 réflexions au sujet de « Les Barres »

  1. Bonjour,

    Dans "Les Barres", vous indiquez que Jean-Nicolas Chaillou a eu comme épouse Marie-Louise Chambrun-Mousseaux, c'est fort possible. Mais comment expliquer la plaque commémorative à l'intérieur de l'église de Sainpuits (voir la photo à l'article sur Wikipédia consacré à Claude-Etienne Chaillou des Barres) où l'on voit que dame Billebault est veuve de Nicolas (est-ce la même personne que Jean-Nicolas ?) ? Ceci avec les armes des deux familles.

    Est-ce une première épouse, une seconde ? autre?

    Si vous pouvez m'éclairer…

    Merci encore pour ce site.

    1. Bonjour,

      Merci de ces informations.

      Louise Chambrun est bien la mère de Claude-Etienne (nota : elle est d’ailleurs décédée à Sauvages-Beaumont-la-Ferrière, sans doute des suites de l’accouchement, le 6 juin 1784, jour de sa naissance).

      Il est donc probable, compte tenu de sa date de naissance, que cette A…Billebault, épousée au plus tôt vers 1790-95, fut la seconde épouse de Nicolas. Elle n’est pas répertoriée dans les sources habituelles, sans doute parce-qu’ils n’eurent pas de postérité ensemble, et je n’en ai pas trouvé d’autre trace que cette plaque. Il faut cependant la mentionner, ce que j’ai fait.

      Le nom de Billebault était largement partagé dans la paroisse de Sainpuits….

      Il faudra donc approfondir les recherches.

      Merci de votre intérêt pour le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.