Archives par mot-clé : dupin

Les Dupin en Donziais

L’exceptionnelle réussite des trois frères Dupin, fils d’un député à l’Assemblée législative de 1791,  sous la Restauration et la Monarchie de Juillet, a conféré à leur nom une véritable aura en Nivernais.

André Dupin l’aîné, avocat, jurisconsulte, homme politique éminent, haut magistrat, membre de l’Institut, châtelain de Raffigny en Morvan, a sa statue à Varzy. Son brillant parcours, de la Restauration au Second Empire, a fait l’objet d’une journée d’étude de la Société académique du Nivernais en 2014, dont les actes ont été publiés.

Charles Dupin, le cadet, savant ingénieur naval, député, ministre, lui aussi membre de l’Institut, châtelain de Corbelin, restaura l’abbaye du Réconfort, lieu de la sépulture de Mahaut de Courtenay.

Philippe Dupin, le benjamin, fut lui aussi député de la Nièvre et de l’Yonne, et châtelain de Chitry-la-Mine.

Cette famille de la bourgeoisie judiciaire était originaire de Varzy, vieille cité épiscopale aux confins de l’ancien diocèse d’Auxerre, où elle est connue depuis André Dupin (1549-1620). Elle n’était donc pas à proprement parler donziaise, mais outre l’implantation de Charles à Corbelin, une branche cadette détint les terre et forge de Croisy, à la Chapelle-Saint-André, et celle de Ferrières, à Entrains.

Nota : aucun rapport avec la famille d’Aurore Dupin, baronne Dudevant – George Sand – qui était berrichonne.

Voyez ci-dessous une notice généalogique qui retrace la remarquable épopée de ces juristes, rigoureux et acharnés. La gloire parisienne des trois frères ne leur a pas fait négliger leur vieux pays d’origine où ils se sont magnifiquement établis et sont constamment revenus.

Famille Dupin

Share

Croisy, fief et forge sur le Sauzay

(Illustration : ancre de marine en bord de Loire à Cosne)

Le fief de Croisy, à la Chapelle Saint-André, situé au bord du Sauzay en aval du village, non loin du Mée et du Grand-Sauzay, était également une petite forge spécialisée dans les ancres de marine, grâce à une importante dérivation du Sauzay.

Le site paraît avoir été détenu par les Dupin, de Varzy, dès l’origine au XVIème siècle, et passa par succession aux Grandrye puis aux Courvol.

Les bâtiments industriels ont été conservés, mais le bief est à sec, la dérivation ayant été désactivée.

Une belle maison du XVIIIème, siège du domaine agricole ou maison du maître de forge, subsiste, en surplomb de la rivière.

Voyez ci-dessous une première approche de la succession des seigneurs de Croisy, et aidez-nous à la compléter…

Croisy

Share

Le Chesnoy et Ferrières, à Entrains

(Illustration : minerai de fer)

Les environs d’Entrains, vieille cité romaine qui dominait la contrée avant l’avènement de Donzy, sont riches de sites castraux.

Au sud : Réveillon, dont le grand château néo-Louis XIII actuel rappelle l’importance passée du fief ; au nord-est Miniers et Saint-Cyr, disparus dans les bois, et plus loin Château-du-Bois et Les Barres (à Sainpuits), deux seigneuries considérables.

Au nord, au long de l’ancienne voie romaine reliant Interanum (Entrains) à Autessiodurum (Auxerre), le Chesnoy et Ferrières – à ne pas confondre avec le fief homonyme de Ferrières à Andrye – sont deux fiefs anciens souvent associés et dont l’histoire rejoint en partie celle de Réveillon.

Le Chesnoy (ou Le Chesnoy-les-Entrains), formait une seigneurie en toute justice relevant de la châtellenie d’Entrains. Malgré l'ancien nom de "Maison-forte du Chesnoy", on ne voit plus sur place de véritable trace castrale, mais un grand domaine agricole.

La famille du Chesnoy (plus tard « du Chesnay ») s’est prolongée jusqu’au XVIIème siècle notamment à Neuvy-sur-Loire. Le fief d’origine est passé au moins en partie, aux seigneurs de Réveillon, dont des descendants paraissent l’avoir conservé.

Un démembrement, sous le nom de « Chesnoy-le-Pré », par opposition à « la Maison-forte du Chesnoy », a été détenu par des bourgeois d’Entrains.

Ferrières tire son nom d’anciennes exploitations de minerai de fer. Ce fief était, selon Marolles et Baudiau, dans la mouvance du Chesnoy. L’ancien manoir, aujourd’hui une ferme, y est toujours visible (tour, pigeonnier), qu’on peut dater du XVIème siècle.

Le suite de ses seigneurs est malaisée à établir en l’état actuel de nos connaissances. Au fil des successions et des partages, ces fiefs ont été autonomes ou réunis et associés un temps à Réveillon, puis séparés à nouveau. Chacun d’eux paraît même avoir été divisé, avec plusieurs co-seigneurs.

L’examen de la succession de leurs seigneurs imposera donc un retour sur celle de Réveillon.

Voyez ci-dessous la notice encore provisoire (complétée le 8/6/17) qui est consacrée à :

Le Chesnoy et Ferrières

 

Share

Corbelin, au val du Sauzay

(illustration : le baron Charles Dupin)

Dissimulé dans le val du Sauzay, là où il s’insinue entre la forêt aux Couëts et la forêt d’Arcy, le château de Corbelin à La Chapelle-Saint-André passerait presqu’inaperçu, si deux des tours massives de son ancienne enceinte ne signalaient cette sentinelle qui gardait l'accès au Donziais. Mais après avoir franchi les lignes de peupliers et les eaux vives, c’est avec surprise que l’on découvre l’élégante demeure que la Renaissance a nichée entre les deux autres tours.

Ce château a été construit sur l’emplacement d’une ancienne motte féodale qui était sous la mouvance de l’évêché d’Auxerre. En 1173 Gilon de La Tournelle, dans la famille duquel le fief demeura jusqu’en 1340, en était le seigneur.

En 1249, Geoffroy, seigneur de Corbelin, avait eu des démêlés avec son suzerain Guy de Mello, evêque d’Auxerre, pour avoir bâti au préjudice des droits de l’évêché, « une espèce de forteresse de bois qu’on appelait une bretèche et quelques autres petits édifices qui ressentaient le château. » L’évêque l’eut fait démolir sans l’intervention de Mahaut de Courtenay, comtesse de Nevers et d’Auxerre, qui se fit médiatrice entre les deux parties lors d’un accord passé à Coulanges sur Yonne le 31 mai 1249. 

Mais la guerre de Cent ans impose à Louis II, comte de Nevers, qui lutte contre les communes flamandes, d'autoriser ses vassaux à fortifier leurs châteaux pour les protéger des troupes anglaises qui ont envahi la France et parviennent jusqu’au centre ; les tours rondes qui subsistent actuellement au château de Corbelin paraissent dater de cette époque.

En 1426, le fief est aux mains de Jean Le Duc, licenciés es Lois, capitaine de Varzy ; puis de 1445 à 1617, il appartient à la famille Le Muet dont les représentants tiennent des rangs importants dans la province : Hugues est Bailli de Donzy, et Etienne, licencié es Lois, Chanoine d’Auxerre, titulaire de la Pénitencerie de 1537 à 1566, est l’un des plus riches ecclésiastiques de son temps (cité par Leboeuf).

En 1619, Corbelin est vendu à la criée, en raison des dettes du dernier Le Muet, à Edme de Rochefort, marquis de Pleuvaut et de La Boulaye, conseiller du Roi, capitaine et gouverneur des villes de Vézelay et Avallon, ainsi que des pays du Nivernais et du Donziais limitrophes. Le fief, à cette époque, s’est enrichi d’une forge avec affinerie, marteau, et fourneaux à faire fondre le fer, ainsi que des logements de forgerons, et de cinq domaines.

En 1648, il passe par échanges de terres à Jacques de Saumaize, l’un des chefs protestants en Nivernais (voyez une note sur sa famille dans La France Protestante).

Après avoir été tenu par Jacques Bigot, à la fin du XVIIème siècle, Corbelin est saisi par le Duc et adjugé à Léonard Le Breton, contrôleur des Mousquetaires du Roi, et Baptiste Gascoing, lieutenant général, puis passe en 1790 à Languet de Séry, receveur des finances, qui rénove les installations métallurigiques. Le manoir revient ensuite au baron Charles Dupin, célèbre mathématicien, ingénieur et frère de l’illustre André et du fameux avocat Phillipe.

Voyez une description plus détaillée de la succession des seigneurs de Corbelin dans la notice ci-jointe : 

Corbelin (V4 augmentée du 21/6/18)

D enluminé

 

Share