Archives de catégorie : Chateauneuf-Val-de-Bargis

Le Pressoir de Châteauneuf

Le fief du Pressour à Châteauneuf, tout proche de l’ancien château des évêques d’Auxerre – passé aux comtes de Nevers dès le XIIème siècle, aujourd’hui disparu – doit tenir son nom du « pressoir banal » de la seigneurie.

Il n’y a pas trace d’un ancien manoir dans ce hameau un peu isolé à l’ouest de Châteauneuf, seul un colombier – attribut seigneurial – retient l’attention.

Ce fief est cité dans la table de l’Inventaire de Marolles, mais aucun acte le concernant n’y figure, peut-être parce qu’il s’agissait d’un arrière-fief (cf. infra). Il est difficile de savoir s’il s’agissait d’un fief foncier classique (doté d’un pressoir), ou du pressoir banal lui-même, mis à disposition des viticulteurs de ces coteaux par le seigneur moyennant versement de droits.

Un acte de 1694 cité par les « Cahiers du Val de Bargis » indique qu’il était alors aux mains des Gascoing de la branche de Demeurs à Urzy, au moins en partie, car les seigneurs de Fonfaye paraissaient en détenir une autre partie. Cela suggère que le Pressour pouvait être un arrière-fief de Fonfaye, passé en partie aux Gascoing par une alliance avec une fille de Guillaume Tenon, à la fin du XVIème siècle.

Mais une origine plus lointaine encore est possible pour ce fief, à partir de la succession des Le Muet, sgr de Nanvignes (Menou), qui étaient originaires de Châteauneuf.

Voyez ci-dessous une notice qui pose ces différentes hypothèses de dévolution du Pressour. Merci de nous apporter votre aide pour en éclaircir les zones d’ombre…

Le Pressour (V1 du 12 fev 2022)

Share

Estaules, petite terre…grands seigneurs !

(Illustration : Châteauneuf-au-Val-de-Bargis, le château de la Tour, extrait de l’Album du Nivernais)

L’étude de l’histoire des fiefs réserve souvent des surprises. Les plus modestes d’entre eux peuvent avoir eu un destin brillant, et ce qui n’est plus aujourd’hui qu’un modeste hameau ou une simple ferme, a pu constituer au moyen-âge une belle seigneurie.

L’Inventaire des Titres de Nevers, qui est une série d’actes dépouillés par l’équipe de l’abbé de Marolles, résumés et classés – plus ou moins bien – par catégories, les présente de façon banale. L’hommage rendu par un puissant seigneur pour un grand fief connu n’y tient pas plus de place que celui d’un modeste écuyer pour « un clappier et une garenne », selon l’expression de Chateaubriand. Sans doute les actes eux-mêmes avaient-ils plus ou moins grande apparence, en fonction de leur objet, du prestige des protagonistes et de l’habileté des notaires…Mais ces liasses de parchemins et de papiers qui attestaient des possessions, des successions et des cessions, et recelaient une masse de renseignements de tous ordres, ont malheureusement disparu. Seule a subsisté leur évocation en quelques lignes dans une liste manuscrite, imprimée quelques décennies plus tard, et c’est déjà une grande chance. Variations d’orthographe et transcriptions approximatives confèrent à ce document de plus de 800 colonnes serrées une touche d’imperfection humaine qui en accroit paradoxalement la véracité.

Quelques actes dispersés concernent le fief dit « dEstaules ».

C’est aujourd’hui le modeste hameau des Taules à Chateauneuf-Val-de-Bargis, rassemblant quelques maisons en lisière de la forêt de Bellary, où aucune trace castrale n’est visible. Voyez l’excellent site Cahiers du Val de Bargis qui l’évoque. Des fiefs lui étaient associés dans certains actes : le Meix (ou le Meix-Guichy à Nannay, un moulin qui devint une forge importante : le Fourneau de Guichy – voir page Forges), Scelles (non localisé) et Pressoires. Mais cette dernière terre n’est pas, comme on pourrait l’imaginer, le fief voisin de Pressour : il s’agit en fait du château de Pressures, relevant de Clamecy.

La féodalité est un embrouillamini pour les chercheurs, que la pauvreté des sources, les homonymies, les voisinages qui n’en sont pas, l’imprécision des transcripteurs….etc., entraînent souvent sur de fausses pistes.

Estaules est cité six ou sept fois par l’Inventaire, pour des hommages, jusqu’à son rachat par le comte de Nevers – Philippe de Bourgogne (1389-1415) – auprès de différents titulaires, vers 1410 :

  • en 1307, par le sire de Roche-d’Agoux, d’une vieille famille d’Auvergne dont la présence dans les collines du Val de Bargis surprend ; Estaules devait donc lui venir de son alliance, restée inconnue ;
  • dans les années 1330, puis en 1389 et lors de la vente en 1413 par des Dalmas de Marcilly, successifs, d’une branche cadette de la grande Maison de Damas ; elle tenait ces terres d’une alliance avec Huguette de Clamecy ;
  • simultanément en 1333 par Agnès de Mornay, épouse de Guillaume des Barres, sgr de la Guerche, héritière de son frère le chanoine Etienne de Mornay, Chancelier de France, qui détenait de très nombreux biens dans la région ; cela indique que ce fief, qui nous paraît pourtant modeste, était divisé ;
  • en 1408 pour la vente de la part qu’ils détenaient par Claude du Vernet, épouse d’Hugues de Villelume, d’une famille marchoise et bourbonnaise dont les raisons de la présence ici nous échappent également.

Il est probable qu’ensuite Estaules fut agrégé au domaine de la châtellenie de Châteauneuf et affermé. Peut-être y en a-t-il des traces dans les archives de la Chambre des Comptes de Nevers, créée au début du XVème siècle précisément, qui administrait ce patrimoine ? Mais les Archives départementales de la Nièvre n’en conservent qu’une faible part (série B3).

Quoiqu’il en soit, voyez ci-dessous une première notice présentant la succession connue des seigneurs d’Estaules et du Meix. Nous serions intéressés par toute indication permettant de percer le mystère des liens entre ses différents titulaires.

Estaules et le Meix  (V1 du 11 mai 2020)

 

Share

Fonfaye

Fonfaye est une seigneurie ancienne, relevant de Châteauneuf, mentionnée pour la première fois en 1154, mais la succession de ses premiers seigneurs reste confuse.

Elle est bien repérée à partir des Tenon, bourgeois de Nevers, au XVème siècle, par ailleurs seigneurs de Nanvignes (Menou, voir cette notice).

Fonfaye sera vendu en 1656 à Henri-Louis de Morogues, sgr de Sauvage (à Beaumont-la-Ferrière), dont les descendants, titrés ensuite : « comtes de Fonfaye », conserveront ce fief jusqu’à la Révolution.

Une harmonieuse construction de la fin du XVIIème siècle (rénovée au XIXè), sans doute réalisée par les Morogues, a succédé à une ancienne demeure féodale, au milieu de ces prairies isolées.

Voyez ci-dessous la notice présentant la succession des seigneurs de Fonfaye, qui reste à compléter :

Fonfaye (V4 présentation modifiée le 1/1/22)

D enluminé

Share