Archives de catégorie : 4 – Châtellenies de Corvol et Billy

La ferme-fortifiée de Sauzay à Corvol

(Illustration : gravure représentant le vicomte de Toulongeon, dernier seigneur de Sauzay)

Sauzay était un fief de la châtellenie de Corvol-l'Orgueilleux cité dès le XIIIème siècle.

Une maison-forte y était établie, dont les douves s'alimentaient au Sauzay. Elle aurait été détruite par les Anglo-Bourguignons à la fin de la Guerre de Cent Ans, et reconstruite ensuite. Malgré les transformations qu'elle a subi au fil du temps, cet ensemble médiéval conserve de belles traces de ses origines. 

Le site fut affecté par ses titulaires successifs à une activité metallurgique, avec un haut-fourneau, et à une entreprise de "fourniture de bois pour Paris", par flottage, activité qui fit la richesse de la région de Clamecy, grâce au flux de l'Yonne.

Nicolas Bolacre, un riche bourgeois de Clamecy chargé de fonctions publiques, était seigneur de Sauzay à la fin du XVIème siècle. Il contrôlait également d'autres sites dans la région, comme Ferrières, au nord d'Entrains.

Sauzay fut ensuite vendu une première fois vers 1620 aux Girardot, célèbres marchands de bois protestants, puis au marquis d'Azy, qui fit construire un petit château de plaisance face à la maison-forte. Le vicomte de Toulongeon, dernier seigneur de Sauzay, était son héritier.

Voyez ci-dessous une notice présentant l'état de nos connaisssances sur la succession des seigneurs de Sauzay. Elle demande à être complétée pour les premiers siècles, merci de vos contributions.

Sauzay (Corvol)

 

Share

Château-Musard à Billy

Billy-sur-Oisy a une origine très ancienne comme en témoignent les nombreux silex taillés et tessons de poterie trouvés sur son territoire. Bourgade gauloise, ville forte au temps de la Gaule romaine, autrefois nommée Billiacum (du nom d'homme gaulois Billius), une voie romaine passe à proximité.

Au sud du village, la butte isolée du Château-Musard fut autrefois couronnée d’un château féodal

Cette terre appartenait originellement au Chapitre de la Cathédrale d’Auxerre, puis passa aux barons de Donzy devenus comtes de Nevers, qui en firent le siège d’une châtellenie, unie plus tard à celle de Corvol-L’Orgueilleux. Le comte Hervé rebâtit, en l’agrandissant, l’ancien château. Cette forteresse était imposante : elle mesurait 200 mètres de long sur 50 de large. Hervé et son épouse Mahaut de Courtenay, y firent de nombreux séjours. Mahaut y vint encore en 1250, quelques années avant sa mort, mais il fut délaissé ensuite.

En 1544, François Ier autorisa, par lettre patente, les habitants à créer foires et marchés et à entourer, à leurs frais, le village de murailles. Une tour en est l’unique vestige.

                                                           2

Pour l'histoire de Château-Musard, qui n'est plus aujourd'hui qu'un fantôme, laissons la parole à un érudit local, René Lussier (1864-1939) : 

« Le touriste qui suit l'agréable route de Clamecy à Neuvy ne manque point de remarquer devant lui, dès qu'il quitte le joli site de Batilly, un monticule couronné de ruines. Ces vestiges de murailles presque parées d'un riche manteau de végétation sont les restes de Château Musard.

Ce château, bien que n'offrant que très peu d'intérêt historique, n'en a pas moins une certaine célébrité dans l'histoire locale et régionale. Née de la Rochelle le fait bâtir par César. Cette thèse n'a rien d'invraisemblable, attendu que cette forteresse commandait une voie romaine qui passait sous ses murs. Un point d'eau très important : la Fontaine de Grès, arrose le pied de ces glacis et pouvait suffire aux besoins de la garnison. De nombreuses monnaies et médailles, trouvées dans les environs, viennent appuyer cette supposition. Enfin, la situation agréable de ce lieu, à la naissance de la vallée du Champorin, a peut-être séduit le vainqueur des Gaules, mais elle a certainement inspiré la fantaisie des étymologistes qui l'ont appelé le "château des Muses". Pourtant ce nom ne prévalut point, puisque l'histoire dit Murat et non Musard.

Mais arrivons aux renseignements fournis par les documents historiques.

En 1212, Hervé de Donzy, comte de Nevers jeta les fondations de la construction où commença la restauration de la forteresse Murat. Mais cette construction était sur les fonds du Chapitre de Saint Etienne d'Auxerre. Les chanoines n'osaient attaquer que faiblement le puissant comte ; cependant d'après une sentence rendue à Billy, en août 1214, par Guillaume de Seignelay, évêque d'Auxerre, et son frère Manassés, évêque d'Orléans, le comte abandonna au Chapitre, à titre de dédommagement, tout ce qu'il possédait sur Oisy. Hervé dès lors, n'éprouva plus de difficultés dans ses travaux de restauration. Dès 1212, il avait agrandi son domaine de Billy par un échange avec Jehan de Toucy.

D'après les désirs du roi Philippe-Auguste, Hervé de Donzy avait épousé, en 1199, Mahaut ou Mathilde, fille de Pierre de Courtenay et d'Agnès, fille de Gui 1er, comte de Nevers.

Les époux s'embarquèrent pour la croisade à Gênes en 1218. Mais après l'assassinat de Pierre de Courtenay, qui venait d'être élu empereur de Constantinople, ils rentrèrent précipitamment en Nivernais pour vivre paisiblement dans leurs châteaux. Mahaut se plaisait beaucoup dans les châteaux situés sur les collines comme Druyes, Murat, Montenoison. Après avoir habité Montenoison, où elle passa le temps pascal en 1247, elle vint à Murat. C'est là qu'elle data le mardi d'après la mi-carême au mois de mars 1250, l'acte de mariage du chevalier Guy Breschard, sgr de Toury, avec Isabeau, fille de Geoffroy de Billy, de son vivant maréchal du Nivernais.

Au mois de juillet 1253, elle expédia de Murat la donation qu'elle fit aux écoliers d'Auxerre qu'on appelait "les Bons Enfants". Ce fut aussi de ce lieu qu'elle confirma l'acquisition que le Chapitre d'Auxerre avait faite des dîmes de Nannay. La fondation des deux chapelles dans le château de Nevers fut confirmée à Murat en 1256.

L'année suivante, Mahaut mourait à Coulanges sur Yonne, après y avoir fait sont testament par lequel elle demandait à être inhumée dans son abbaye de la Consolation de N-D, près de la Montcelle. Aujourd'hui encore, les restes de la grande comtesse reposent dans la terre de ce site enchanteur qu'est le Réconfort. La chapelle où tant de fois elle vint prier pour son aimé seigneur Hervé qui avait sa sépulture à Pontigny. Dans cet antique sanctuaire on pourrait reconnaître Mahaut portant l'image de l'abbaye qu'elle avait fondée. Hommage posthume de quelques admirateurs de Mahaut de Courtenay, l'une des plus grandes figurent de l'histoire du Nivernais.

Le mercredi 4 juin 1281, le comte de Nevers, Robert de Flandre, fit hommage au seigneur évêque d'Auxerre, Guillaume de Grez, pour le château de Murat et autres lieux. Ce même comte vint se réfugier dans son château Murat en 1290 et 1291, fuyant la colère du roi Philippe IV, contre lequel il avait guerroyé. L'évêque d'Auxerre, Pierre de Mornay, fait confirmer ses droits sur Murat en exigeant que le comte de Nevers, Louis de Flandre, lui prête foi et hommage (19 octobre 1296). Son successeur médiat, Pierre de Grez, fut moins heureux ; Louis de Nevers lui ayant refusé l'hommage en 1311. Pour ce refus, le comte se vit saisir Murat. Rentré en possession de son fief, il en fit la donation en novembre 1324, à son cousin, Alphonse d'Espagne, tout en s'en réservant la suzeraineté.

Dès le XVIème siècle, la forteresse Murat semble avoir perdu considérablement de sa puissance. Des aventuriers se rient de son quadrilatère de hautes murailles crénelées et de son double pont levis ; ils la pillent en 1554. Quelques années plus tard, en 1590, les Auxerrois, aidés par les gens d'Avallon et de Vézelay, peuvent mettre Billy à sac. La dernière mention du château remonte au 27 octobre 1660. Murat devait suivre le sort des autres châteaux du comte de Nevers ; il est abandonné par les successeurs d'Hervé et tombe en ruine.

Les abords et le sol du château sont vendus parcelle par parcelle, dès le commencement du XVIIIème siècle la vigne est plantée. Par la suite les habitant de Billy enlèveront les matériaux de bâtiments pour construire leurs maisons. Il ne reste plus de la fière forteresse, que le peuple dès 1743 désigne sous le nom de château Musard, que la gracieuse silhouette que l'on ne se lasse pas d'admirer en suivant la rue principale du bourg de Billy sur Oisy. »

                                                    Sans titre

D enluminé

Share

La Motte-Billy

(Illustration : vieux lavoir à Billy-sur-Oisy)

Le fief de La Motte à Billy-sur-Oisy, appelé aussi « la Motte-Billy », paraît avoir appartenu aux sires de Courvol, car on trouve dans cette vieille famille nivernaise l'origine commune de deux lignées qui se sont partagé le fief pendant plusieurs générations : les descendants de Jean et de Philibert de Courvol (XVIème siècle).

On ne connaît pas l’origine de ce fief. Marolles le mentionne, mais il n’a relevé aucun titre le concernant. Le nom de « Motte » suggère toutefois un site castral ancien.

C’est aujourd’hui un domaine agricole doté d’un petit manoir (XVIIIème ?), non loin des bois qui séparent Billy d'Etais.

Voyez ci-dessous une notice détaillée, qui mériterait d'être augmentée en ce qui concerne en particulier les origines…

La Motte-Billy  (V4 complétée le 21/12/17)

D enluminé

Share

Savigny, à Billy

(Illustration : Billy-sur-Oisy, restes des fortifications)

Le fief de Savigny à Billy-sur-Oisy – siège d’une ancienne châtellenie – a été détenu par les Mullot à partir du XVIIème siècle, puis par une branche de la famille de Courvol.

Un petit chateau (XVIIIè ?) en conserve la trace.

Merci de nous aider à compléter la notice ci-jointe…

Savigny (V. du 16 oct 2019)

D enluminé

Share

Saint-Marc-de-Fontenay, abside grandmontaine

(Illustration : l'abside du prieuré Saint-Marc à Fontenay)

Du prieuré Saint-Marc, à Fontenay près de Corvol-l'Orgueilleux,  construit au XIIème siècle sur le modèle rigoureux des établissements de l'Ordre de Grandmont, ne subsiste que l'abside de l'église et un clocher, peut-être plus récent. Elle témoigne par sa pureté architecturale de ce que fut l'ambition de cet ordre fondé en Limousin par Saint Etienne "de Muret", fils du comte de Thiers, qui proposa un nouvel érémitisme proche de celui des Chartreux.

                                                                       06

A 50 m de là, se trouve une fontaine, résurgence d’une rivière souterraine : un culte y était semble-t-il attaché.
 Des débris de terre cuite émaillée qui dateraient du XIIIème siècle y ont été retrouvés. D'après une tradition locale, des fresques représentant une bataille existaient autrefois, mais elles auraient disparu.

La cella de Fontenet a été fondée en 1166-1167 par Guillaume IV, comte de Nevers et d'Auxerre et Ida de Carinthie, son épouse. Ils avaient ajouté à leur don une forêt qui devint la forêt de St Etienne. Ce bois appartenait à l'abbaye de Pontigny, aussi la dédommagèrent-ils. Cette même année, Guillaume partait pour la 2ème Croisade où il contracta la peste et mourût à St-Jean-d'Acre le 24 octobre 1168

C'est en 1177 que Guillaume de Toucy, évêque d'Auxerre, vint à Fontenet pour bénir l'autel des moines. Les comtes de Nevers successifs vinrent constamment en aide aux moines grandmontains : ainsi Pierre de Courtenay et son gendre Hervé de Donzy leur firent plusieurs donations.

En 1295, Fontenet n'hébergeait que cinq clercs ; le prieuré fut donc réuni en 1317 à celui de la Faye de Nevers.


En 1369, Robert, comte de Flandre et de Nevers, permit aux moines de Fontenet d'acquérir des biens sur toutes ses terres, mais ceux-ci devaient verser tous les ans 50 sols à l'évêque d'Auxerre.
 

Il faut ensuite attendre le XVIème siècle pour avoir une trace écrite de Fontenet, et à partir de cette époque, le prieuré entre comme bien d'autres en décadence.


En 1747, Née de la Rochelle écrivait dans son Histoire du Nivernais: 
" La maison de Fontenet était vaste et bien bâtie, mais il n'en reste plus qu'une petite chapelle, que l'on entretient. Les bâtimens sont totalement détruits, et les biens dissipés. Le Prieur ne jouit plus que de quelques héritages qu'il afferme, et de quelques menus cens, qui ne produisent pas un revenu bien considérable".


Le 6 août 1760, le prieuré de Fontenay-St-Marc fut finalement vendu à un particulier comme un simple bien fonds, et sera revendu ensuite. 

Voyez ci-dessous la notice qui fournit des éléments de l'histoire de Fontenay :

Le prieuré Saint Marc de Fontenay

D enluminé

Share