Archives par mot-clé : vathaire de guerchy

Montreparé, à Lainsecq

Abritant aujourd’hui une simple ferme, le hameau de Montreparé, à Lainsecq (89) montre les traces d’une enceinte circulaire et on y fait état de vestiges d’un château.

C’était une seigneurie ancienne, relevant à la fois de Toucy (Puisaye), et en arrière-fief de Trucy-l’Orgueilleux, pour laquelle Jeanne de Mello, dame de Lormes, de Château-Chinon et de Trucy, femme du Connétable Raoul de Brienne, rendit aveu en 1320 au comte de Nevers, en même temps que pour Paroy, à Oisy (58).

Sa fille Jeanne de Brienne, comtesse d’Etampes, fit don de Trucy à Guillemin du Bois ou à son fils Jean, son écuyer, dont les possessions passèrent par alliance aux sires d’Armes – voir à leur sujet la notice sur Vergers  -.

Montreparé avait été donné après la mort de Jeanne à Alexandre de Bazoches, sgr de la Motte-Josserand. En épousant Jean d’Armes, son arrière-petite-fille : Jeanne Lamoignon apporta sans doute Paroy et Montreparé, les réunissant ainsi à Trucy qui était venu aux sires d’Armes, avec Vergers, par Jean du Bois.

Mais le cheminement successoral exact de Montreparé reste hypothétique : cette terre disparaît des sources après Alexandre de Bazoches et ne reparaît que dans les mains des La Ferté-Meung au XVIème siècle, puis des Vathaire de Guerchy, au début du XVIIIème siècle.

On a formulé ci-dessous l’hypothèse qu’elle s’est transmise, en même temps que Trucy et Paroy, et qu’elle fut acquise par Nicolas-François de Vathaire, dont la famille la conserva jusqu’à la Révolution et en prit le nom.

Voyez, ci-dessous une première version de la notice décrivant la succession des seigneurs de Montreparé. Nous y formulons des hypothèses logiques, mais des zônes d'ombre demeurent. 

Merci de vos contributions pour les éclaircir !

Montreparé (Lainsecq) (V3 du 28/9/18)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Share

Saint-Sauveur, tour sarrasine

L’importante châtellenie et l’ancien château de Saint-Sauveur-en-Puisaye – dont l’impressionnante « Tour Sarrasine » marque le visiteur – relevaient de l’évêque d’Auxerre,  au titre de la baronnie de Donzy, mais ils appartinrent dès l’origine aux comtes de Nevers.

Après l’union du comté à la baronnie de Donzy, Saint-Sauveur fut rattaché à cette dernière, à l’instar de Druyes (voir cette page). Les comtes de Nevers, barons de Donzy la conservèrent. Louis de Flandre en fit même don en 1324 à son ami Alfonso de La Cerda, fils de l’infant de Castille (et petit-fils d’Alphonse X), qui lui avait rendu de grands services à la guerre.

On trouve aux XIVème et XVème siècle des officiers royaux anoblis, les Le Clerc, comme seigneurs de Saint-Sauveur, dans des circonstances et suivant des modalités qui restent à élucider. Le fief fit retour aux comtes puis ducs de Nevers ensuite, et c’est Henriette de Clèves qui le cèda en 1600 à François d’Agès, un seigneur bordelais établi en Donziais. Saint-Sauveur sera ensuite saisi et vendu judiciairement à Pierre Nigot, entrepreneur enrichi par l’exploitation des coches d’eau sur l’Yonne et la Seine, en 1686. 

En 1794, la seigneurie est achetée par les Vathaire de Guerchy (voir article Guerchy).

Le château de Saint-Sauveur, remanié au fil des siècles, abrite aujourd’hui le Musée Colette.

                                                     3067475703_1_3_HM0jC2HW

Voyez la suite des seigneurs de Saint-Sauveur dans la notice ci-jointe, et aidez-nous à préciser les points encore obscurs…. 

Saint-Sauveur (V. améliorée du 12 mai 2019)

D enluminé

Share