La Talvanne, II

(Illustration : la Talvanne à Cessy)

Reprenons le cours de la Talvanne laissé au Moulin des Bourguignons à Cessy dans un article précédent : La Talvanne, au fil de l’eau et des siècles…

 Nous arrivons au moulin de Chévenet, dans cette même commune, qui eut un statut et un destin similaires à celui des Bourguignons.

Cette même année 1651, Roger de Bussy-Rabutin, sgr de Cessy (Bussy-Rabutin et Cessy) le faisait réparer par un « pierreux » de Suilly et l’affermait « moyennant un loyer de 4 boisseaux de mouture par semaine et 6 boisseaux de froment, 2 chapons et 6 poulets par an, le tout « rendu et conduit » dans les greniers du seigneur au bourg ». Une retenue d’eau permettait d’en concentrer le débit. En 1664, il fut transformé en forge, avec un feu en mazeriepremier affinage de la fonte – un feu de petite forge, un marteau et un bocard à scories – pilons à came pour casser le minerai -, c’est-à-dire un équipement complet. Au XIXème siècle il sera transformé en tréfilerie, produisant des pointes à partir des fers ronds de Vergers jusqu’en 1851.

                                                   

Il y avait à Chevenet deux domaines. L’un, la « métairie d’en-haut », appartenait en au même seigneur ; l’autre, la « métairie d’en-bas », appartenait au Prieuré, que « …accensé et amodié à titre de moitié… » par « …l’agent des affaires de messire Pierre Langlois de La Fortelle, abbé commendataire de l’abbaye royale de Bourras, seigneur prieur du prieuré de Cessy, St-Malo, Coche et Vielmanay…»

Ces exemples confirment l’existence de deux patrimoines distincts autour du vieux monastère de Cessy et des anciens prieurés qui lui étaient associés : celui des religieux, dont le prieur commendataire s’appropriait l’essentiel des revenus, et celui d’un seigneur laïc qui devait en assurer la garde. Il va sans dire que cette mission traditionnelle était devenue symbolique au XVIIème siècle, à l’instar du service militaire dû au suzerain au moyen-âge.

Notre rivière contourne ensuite le grand massif forestier appelé ici le « Bois de Malgouverne »par le nord, et file vers la vallée du Nohain.

Voici Savigny, son petit moulin, et sur la hauteur le domaine de ce nom où se trouvait autrefois un « vieux château », nous faisons ici une incursion dans la paroisse de Colméry. Nous avons étudié ce site (Savigny, à Colméry). Lors de sa vente en 1596 par Hubert de La Rivière, sgr de Colméry, à Jean Maignan, lieutenant particulier au bailliage de Donzy, Savigny comprenait : forge, maison, grange, colombier, bief, cours d’eau, 2 prés, 10 hectares de terres ainsi que des bois et divers droits sur les habitants du hameau : cens et rentes, droits d’usage et de guet.

Il s’agissait donc d’une terre noble mais relativement modeste, tenue en arrière-fief de Colméry, que les sires de La Rivière détenaient depuis le XIVème siècle.

Près de cent ans plus tard, Blaise Maignan de Savigny, petit-fils de Jean, rendait hommage à son suzerain. Pour ce faire il « s’est transporté audict lieu de Colmery au-devant la maison seigneurialle dudict lieu et la estant ledit sieur Magnen acompagné dudit nottaire et tesmoings a frappé à la porte de laditte maison seigneurialle ; quoy faisant est survenu messire Philippes de Troussebois, chevallier seigneur de Launay, Cosmes, Bouhy le Tertre, Dampierre soulz Bouhy, Riviere, Saimpuis, La Forest Gallon Saint Anne, dudict Colmery et autres lieux auquel ledit sieur Magnen a dict et fait entendre qu’il s’estoit transporté expres dudict Donzy en ce lieu affin de luy faire les foy et hommages du fief et seigneurye de Savigny à luy appartenant…. etc. » suivant un bel acte transcrit par les Cahiers du Val de Bargis.

Le moulin quant à lui paraît avoir eu une activité métallurgique modeste et fut affecté à la meunerie dès le XVIIIème siècle.

Notre rivière est maintenant renforcée par les ruisseaux de Villiers et du Vaudoisy. Nous avons étudié l’histoire de ce petit fief, dont le nom pourrait désigner un vallon où croissent des « osiers ». Il est mentionné en 1516, date de l’installation sur place d’un gentilhomme verrier, Jean de la Bussière, déjà sgr de la Bruère à Treigny. C’était une terre indépendante de Colméry, appartenant au prieuré clunisien de Notre-Dame du Pré qui la sous-inféodait. Il lui fit retour deux fois au XVIIème et au XVIIIème siècles. Il y avait là une motte féodale et des fossés qui ont disparu.

Au détour d’un méandre nous abordons le territoire de Donzy par l’ancienne paroisse de Bagnaux, qui faisait pendant à celles de Saint-Martin du Pré et de la Grande Brosse. A leur différence la petite église dédiée à Saint-Pierre qui se trouvait aux confins de ce faubourg sur la rive droite de la rivière, a malheureusement disparu. Elle avait accueilli tous les évènements familiaux de cette basse vallée depuis le moyen-âge. Ses registres paroissiaux en rappellent la mémoire jusqu’à la Révolution.

A suivre…

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.