Archives du mot-clé gibaud

Qui étaient les seigneurs de Jérusalem ?

Geoffroy, seigneur de Saint-Vérain au XIIe siècle, partit pour la Troisième Croisade, avec Philippe Auguste et Richard Cœur de Lion. Il mourut en Terre Sainte. Gibault IV, son successeur, participa à la Septième Croisade, avec Saint-Louis. Il ne revint pas non plus de Palestine. Hugues II, son fils, a pu, en hommage à ses aïeux, donner aux fiefs autour de Saint-Vérain des noms rappelant la Terre Sainte : Jérusalem, Bethléem (aujourd'hui les Berthes), Nazareth, Betphaget, Jéricho, le Mont des Oliviers et le Mont Saint-Jean aux hameaux, Cédron et Jourdain aux rivières. Cette concentration exceptionnelle de toponymes de Palestine atteste de la forte implication de la lignée de Saint-Verain dans les croisades.

Seul monument ancien préservé, le château de Jérusalem a été construit à la Renaissance, mais des pierres de ses fondations datent du XIIe siècle, suggérant la présence d’une construction médiévale. 

                                                         Sans titre

Il fut acheté au XVIIIème siècle par Jean Frappier, échevin de Cosne originaire de Donzy (voir l'Hôtel Frappier de Saint-Martin sur le site de la ville…)

Mais qui en furent les seigneurs auparavant, à la suite des sires de Saint-Verain ? 

Merci de nous aider à éclaircir ce mystère…

D enluminé

 

Share

Saint-Vérain, un prieuré de Saint Germain

(Illustration : chapiteau de l'église de Saint-Verain)

Un prieuré bénédictin fut créé au XIème siècle à Saint-Vérain, grande seigneurie dont il accompagna l'essor. Il tenait son nom de cet évêque de Cavaillon (Véran) du VIè siècle, dont les reliques avaient été mises à l'abri dans l'Orléanais et en Puisaye au Xème siècle, et le donna à une lignée prestigieuse. Son fondateur était vraissemblablement le seigneur du lieu, Gibaud, mais ce point est discuté. 

Le prieuré fut vite – peut-être même dès l'origine – rattaché à la grande Abbaye Saint Germain d'Auxerre, à laquelle les barons de Saint-Vérain étaient liés. Il resta une simple dépendance de cette maison-mère jusqu'à sa disparition à la Révolution. Il conserva des dimensions modestes, dans l'ombre de cette place-forte et de la grande abbaye auxerroise. Son histoire a laissé peu de traces qui lui soient propres.

L'église prieurale, dédiée à Saint Vérain et Saint Blaise, modifiée au cours des siècles et devenue simplement paroissiale à la Révolution, conserve de beaux éléments romans. De l'ensemble prieural seul un bâtiment assez récent subsiste, sous lequel on peut voir les restes de l'ancien cellier des moines.

                                                                            Saint-Verain église

Voyez dans la notice ci-dessous des informations complémentaires et notamment l'histoire des origines du prieuré proposée par Noëlle Deflou-Leca, dans son ouvrage de référence sur "Saint Germain d'Auxerre et ses dépendances (Vè-XIIIè siècles)" (Publications de l'Université de Saint-Etienne, 2010).

Le Prieuré de Saint-Verain

D enluminé

Share