Le Français qui possédait l’Amérique

En évoquant l’immense terre de Saint-Fargeau, aussi appelée « Terre de Puisaye » nous avons mentionné son acquisition en 1714 par Antoine Crozat, grand financier du règne de Louis XIV, à l’égal de son grand rival Samuel Bernard ou encore des frères Pâris – dont l’un fut un temps baron de Toucy. Il revendit d’ailleurs Saint-Fargeau l’année suivante à Le Pelletier des Forts, Surintendant des Finances et l’un de ses obligés.

                                                           

Antoine Crozat (1655-1738), né simple bourgeois à Toulouse, accumula d’immenses richesses, obtenues par son esprit d’entreprise sans doute, mais aussi par sa propension à l’agiotage et aux vastes combines douteuses mais rémunératrices. Il fut un véritable co-fondateur de la colonie de Louisiane, qui reste, malgré son destin américain, un petit bout de France. Il fut aussi un grand orchestrateur du commerce maritime intercontinental de son temps, armateur et négociant, par le truchement de Fermes, comme celle du Tabac, et de Compagnies, comme celle des Indes, qu’il disputa à John Law. Il prit hélas une large part à la face la plus sombre de ces trafics, celle qui maltraita l’Afrique et les Africains.

A la fin de sa vie, il construisit même le Canal de Picardie (ex Canal Crozat), au grand dam de Saint-Simon – dont il est facile de deviner qu’il n’aimait guère ce parvenu – qui se fit indemniser le moindre dommage occasionné à ses terres par ce grand chantier.

L’hôtel Crozat, place Vendôme – aujourd’hui le Ritz – regorgeait d’œuvres d’art, et le financier s’était rendu maître de grandes terres en plusieurs régions, étant ainsi marquis du Chatel et de Mouÿ, entre cent autres fiefs considérables, dont Saint-Fargeau un court moment. Il fut même admis dans le saint des saints : l’Ordre du Saint-Esprit, fondé par Henri III, dont il fut opportunément le Trésorier. Il en porte le grand cordon et la croix à la colombe descendante, sur son portrait par Belle (ci-dessus).

Nous évoquons Crozat car une passionnante biographie intitulée « le François qui possédait l’Amérique » ou « La vie extraordinaire d’Antoine Crozat, milliardaire sous Louis XIV », par Pierre Ménard, avec une préface d’Emmanuel de Waresquiel, vient de paraître dans la collection Texto (Tallandier).

Une incroyable épopée à cheval sur deux siècles, avec ses immenses succès et ses lourdes ombres, racontées avec brio et humour par un très jeune auteur, à partir d’une riche documentation. A lire absolument !

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.