Le Jarrier, au bord de la Loire

(Illustration : la Loire à La Celle)

Le Jarrier, à La Celle-sur-Loire, petit fief ancien, relevait à l’origine de Saint-Verain comme toute la contrée. Une branche cadette des barons de Saint-Verain s’était d’ailleurs établie à La Celle.

Il ne doit pas être confondu avec une importante terre du même nom en Sancerrois…

Le fief passa en plusieurs mains, plutôt bourgeoises, dont celles des Petot, marchands de Cosne au XVème siècle, puis des (La) Buxière, qu’on retrouve en d’autres sites. On perd sa trace pendant près de deux siècles – à l’époque précisément à laquelle la maison a été construite – et on la retrouve aux mains des Bouchet, d'Henrichemont, puis par alliance des Lecourieux, bourgeois et maires de Cosne au XVIIIème siècle.

A la veille de la Révolution, la gentilhommière appartient aux Grangier de la Marinière, leurs descendants, et restera dans cette famille.

Autrefois il n’y avait au Jarrier qu’un pavillon de chasse datant d’Henri IV, peut-être construit par les héritiers de Gilbert de Bonnay. Ce pavillon avec son haut toit pentu, hérissé de deux élégantes girouettes, constitue le cœur de la maison. Les deux ailes basses qui le prolongent ont été ajoutées par la suite. L’ensemble est harmonieux. Les deux grands communs qui encadrent la cour ont été édifiés aux XVIIIè et XIXè siècles. Certaines de leurs baies, en demi-lune, cernées de briques rose et bleu, sont typiques de cette région proche de la Puisaye. 

Ci-dessous une notice présentant la succession des seigneurs, ou propriétaires, du Jarrier. Un vide de près de deux siècles reste à combler…merci de votre aide !

Le Jarrier (La Celle)  (V1 du 28 sept 2018)

Share

Le Mée, au val du Sauzay

Le petit fief du Mée (ou Mez) est situé en surplomb du Sauzay, en amont de la ferme fortifiée de ce nom – Sauzay – commune de la Chapelle-Saint-André. Il relevait de la châtellenie de Donzy.

Il paraît avoir été fondé par les Anceau, une famille d’ancienne bourgeoisie de Varzy (58), connue depuis le début du XIVème siècle.

Il passa par alliance à une branche des Lamoignon.

Sur place, à côté d’une maison de maître moderne, de belles traces de constructions anciennes subsistent, ainsi qu’un pigeonnier.

Voyez ci-dessous une première notice sur la suite des seigneurs du Mée ; elle reste à compléter car la trace de la détention de cette terre se perd au XVIIème siècle. Merci de votre concours !

Le Mée (La Chapelle-St-André)  (V1 du 27/9/18)

Share

Montreparé, à Lainsecq

Abritant aujourd’hui une simple ferme, le hameau de Montreparé, à Lainsecq (89) montre les traces d’une enceinte circulaire et on y fait état de vestiges d’un château.

C’était une seigneurie ancienne, relevant à la fois de Toucy (Puisaye), et en arrière-fief de Trucy-l’Orgueilleux, pour laquelle Jeanne de Mello, dame de Lormes, de Château-Chinon et de Trucy, femme du Connétable Raoul de Brienne, rendit aveu en 1320 au comte de Nevers, en même temps que pour Paroy, à Oisy (58).

Sa fille Jeanne de Brienne, comtesse d’Etampes, fit don de Trucy à Guillemin du Bois ou à son fils Jean, son écuyer, dont les possessions passèrent par alliance aux sires d’Armes – voir à leur sujet la notice sur Vergers  -.

Montreparé avait été donné après la mort de Jeanne à Alexandre de Bazoches, sgr de la Motte-Josserand. En épousant Jean d’Armes, son arrière-petite-fille : Jeanne Lamoignon apporta sans doute Paroy et Montreparé, les réunissant ainsi à Trucy qui était venu aux sires d’Armes, avec Vergers, par Jean du Bois.

Mais le cheminement successoral exact de Montreparé reste hypothétique : cette terre disparaît des sources après Alexandre de Bazoches et ne reparaît que dans les mains des La Ferté-Meung au XVIème siècle, puis des Vathaire de Guerchy, au début du XVIIIème siècle.

On a formulé ci-dessous l’hypothèse qu’elle s’est transmise, en même temps que Trucy et Paroy, et qu’elle fut acquise par Nicolas-François de Vathaire, dont la famille la conserva jusqu’à la Révolution et en prit le nom.

Voyez, ci-dessous une première version de la notice décrivant la succession des seigneurs de Montreparé. Nous y formulons des hypothèses logiques, mais des zônes d'ombre demeurent. 

Merci de vos contributions pour les éclaircir !

Montreparé (Lainsecq) (V3 du 28/9/18)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Share

Des sites mieux documentés…

Grâce à l'approfondissement de nos recherches et au concours de plusieurs visiteurs du site, l'histoire des sites anciens du Donziais que nous explorons est, jour après jour, mieux documentée.

Cette amélioration participative et continue est un objectif central. Mais ce travail de l'ombre nous mobilise et ne nous permet pas dans l'immédiat de publier de nouveaux articles. Ce n'est que partie remise …

Voyez par les exemple les nouveautés introduites dans les notices concernant : La Motte-Josserand à Perroy, Port-Aubry à Cosne, Lain, La Rivière à Couloutre, La Tour de Merry-sur-Yonne, et bien d'autres.

Les nouvelles versions des notices annexées aux articles sont en principe datées et numérotées. Vous pouvez ainsi suivre les progrès – et le cas échéant les discuter ou les compléter en utilisant la fonction "commentaire" -, lorsque vous portez un intérêt particulier à tel ou tel site.

                                     Bonnes découvertes !

 

Share

Villarnoux, berceau d’un portraitiste

(Illustration : fragment du portrait Andrej Ivanovič Vjazemskij, par J.-L. Voille)

Le domaine de Villarnoux à Donzy, ancienne paroisse de Bagneaux, sur la rive droite de la Talvanne, donna son nom à la famille Voille de Villarnou, dont nous proposons la généalogie dans la page consacrée aux Familles du Donziais

Les Voille de Villarnou s'établirent par des alliances dans la bourgeoisie terrienne et judiciaire locale – les Frappier, Maignan…etc, dont nous proposons des généalogies dans cette même page  – et on les retrouve donc ici ou là en Donziais.

Un Voille connut une certaine notoriété à la fin du XVIIIème siècle, à Paris et surtout à Saint-Petersbourg, comme portraitiste : c'est Jean-Louis Voille, descendant des Voille de Villarnou.

Pour vous donner le goût de le découvrir, voyez ci-dessous une toile caractéristique de son style, classique, appris de François Hubert Drouais.

Bonne découverte !

                                                    

 

Share