Archives par mot-clé : lenfernat

Molesmes et Fontenailles, en Forterre

Molesmes et Fontenailles, aux limites est de l'ancien Donziais, non loin de Courson-les-Carrières, ont été détenues par des familles déjà rencontrées, et leur histoire commune nous relie à d'autres sites.

La seigneurie de Molesmes était en 1614 aux mains de Roch de La Coudre, peut-être du fait son mariage, le 23 août 1599 avec Marie de La Ferté-Meung.

Cette famille va se maintenir à Molesmes jusqu'à la donation qu'ils en feront le 22 mars 1714 à Charles de La Villette, dont la mère était une La Coudre. Ces derniers réuniront les terres de Molesmes et Fontenailles toute proche, qu’Elisabeth de la Roche-Loudun, de Taingy, avait vendue en 1669, alors qu'elle était veuve de Jacques de La Coudre, à Antoinette de Lenfernat, veuve d'Edme de La Villette.

Cette famille semble originaire de l'Auxerrois où vivait Florentin de La Villette qui épousa le 4 janvier 1541 Anne Pourcher. Ils eurent un fils, Bonaventure, marié le 27 juillet 1592 à Abigaïl Coeurderoy, d'une famille de magistrats de Semur. Ils eurent un fils Edme, qui s'établit à Chemilly-sur-Yonne par son mariage avec Antoinette de Lenfernat, dame de la Motte et de Fontenailles par acquisition.

A Molesmes, une construction du XIXème a remplacé l’ancien manoir, dans le village, dont la cour jouxte l’église.

Fontenailles, tout proche au nord et où on ne relève aucune trace castrale, aurait appartenu au Chanoines de Chatel-Censoir, avant de se trouver dans les mains des mêmes familles.

Voyez ci-dessous une notice consacrée à ces fiefs, qu'il faudra enrichir d'informations antérieures au XVIème siècle.

Molesmes et Fontenailles (V. mise à jour le 8/5/17)

D enluminé

Share

Château-du-Bois

La seigneurie du Boys, devenue « Châtel du Boys » puis Château-du-Bois était importante et ancienne. Elle contrôlait le territoire au sud et à l’est d’Entrains. On peut penser que celle de Réveillon en était un démembrement.

Leurs destins respectifs furent d’ailleurs parallèles, et associés à ceux d’autres fiefs voisins : Miniers, St-Cyr-les-Entrains (voir cette notice), ou encore Fondelin et Villenaut.

Une importante maison forte entourée de fossés a existé à Château-du-Bois, dont d’importants restes subsistent dans un grand domaine agricole du hameau.

Selon Baudiau (Histoire d’Entrains) Château-du-Bois s’est divisé en Petit et Grand Château-du-Bois, au fil de successions ; c’est ce qui explique que le titre de seigneur de Château-du-Bois fut détenu simultanément dans plusieurs familles.  Elle est passée par des alliances successives de la famille du Boys d'origine, aux sires de Veaulce, de Lenfernat, du Pont, et de Blanchefort.

Une partie fut acquise par Claude-André Le Clerczélateur de la conversion au catholicisme des populations autochtones de la Caraïbe, qui possédait également le fief de Miniers voisin, (voir l'étude de B. Roux sur "Le prêtre et le Callinago ; les Missions françaises auprès des Amérindiens des Petites Antilles au XVIIème sècle").

Puis Château-du-Bois passa aux Bèze de Lys. Achetée en 1809 par le comte Antoine Roy, cette terre vint aggrandir le vaste domaine de son château de Réveillon, retrouvant ainsi leur unité ancienne.

Certains points restent à éclaircir dans la succession des seigneurs de Château-du-Bois qui est présentée dans la notice ci-dessous…

 Chateau-du-bois   (V2 corrigée et augmentée du 9/9/16)

D enluminé

 

Share

Guerchy

(Illustration : armes des Braque)

Le fief de Guerchy à Treigny, parfois appelé « Garchy » par erreur dans les documents anciens – à ne pas confondre avec le village de ce nom près de La Charité – paraît dater du XIIIème siècle. Celui de la Bussière, tout proche, du nom de la famille qui s’y établit au XVIème siècle, en fut détaché (cf. notice La Bussière).

Voyez ci-dessous une notice présentant la généalogie complète de cette famille, des ses différentes branches, et les fiefs qu’elle a tenus :

Généalogie de La Bussière

Avant son acquisition en 1544 par Jean Braque – issu de la grande famille parisienne qui a donné le fameux Chancelier Nicolas Braque – la succession de ses titulaires reste très fragmentaire. Claudine Braque apporta en tout cas Guerchy à Nicolas de Lenfernat, dont la petite-fille, Marie, épousa en 1653 Claude de Vathaire, dont la famille n’a cessé depuis d’habiter Guerchy.

Le manoir qu’on peut voir aujourd’hui a été construit par Edme-Paul de Vathaire de Guerchy, peu avant la Révolution, à la place d’une vieille maison-forte.

Ci-dessous une notice qui donne la sucession des seigneurs de Guerchy :

Guerchy  (V4 complétée le 7/7/18)

D enluminé

Share