Archives par mot-clé : la ferté-meung

Boisjardin

(Illustration : église de Ciez)

Boisjardin est une seigneurie, à Ciez, dont l’origine est mal établie. Des restes informes entourés de fossés sont visibles sur un promontoire dans le parc de l’actuelle, qui attestent de l’existence d’une construction féodale. La demeure actuelle date du début du XIXème siècle (Cf. Répertoire archéologique du département de la Nièvre, sur la base Gallica).

Elle était détenue au XIIIème siècle par une famille éponyme, et au XIVème siècle par les Odart.

Elle a pu appartenir aux sires de La Rivière et aurait été apportée par mariage à Guillaume de Mornay, dont la succession la fit passer aux Garreau puis aux La Ferté-Meung, qui détenaient de nombreuses terres en Puisaye donziaise (voir à ce sujet l’étude de Jean Mesqui, sur « La Famille de Meung et ses alliances« …).

Au début du XVIII7me siècle elle avait été achetée par le Président Chrétien de Lamoignon, qui voulait accréditer l’origine donziaise et nobiliaire de sa famille (voir à ce sujet l’article consacré au « fief de Lamoignon »).

Les débuts de ce fief et la succession de ses premiers seigneurs restent à préciser. Voyez ci-dessous la notice qui résume l’état actuel de nos connaissances :

Boisjardin (complété  le 15 jan 2020)

D enluminé

Share

Beauvais et Lainsecq

(Illustration : château de Beauvais)

L’histoire de la seigneurie de Beauvais, associée à celle de Lainsecq (châtellenie de Saint-Sauveur), est très liée à celle de la baronnie de Toucy. Le fief échut au XVIème siècle à la famille nivernaise de La Ferté-Meung (sur cette famille voir : « la famille de Meung et ses alliances », par Jean Mesqui), via les sires de Savoisy et ceux de La Rivière. Un petit château XIXème a remplacé l’ancienne demeure féodale. Le parc, remarquable, est inscrit à l’Inventaire du patrimoine.

La terre de Lainsecq-Beauvais aurait pu être apportée aux Savoisy par le mariage de Charles de Savoisy (1368-1420), sgr de Seignelay – un personnage important de la Cour de Charles VI, dont il était le Chambellan et l’ami – avec Yolande de Rodemachern, héritière des comtes de Bar-Toucy (voyez leur généalogie complète sur Racineshistoire).

François de La Ferté-Meung, premier nommé « sgr de Beauvais », fils d’Anne de La Rivière, a sans doute hérité de ces terres par l’échange que fit le père d’Anne avec son cousin Savoisy, puisque les enfants du bâtard Henri de Savoisy, à qui elles avaient été données, n’eurent pas de postérité. Ce François pourrait être le constructeur du premier château.

Elle échut enfin par alliance en 1644 aux Le Caruyer, d’origine normande, (ou « Le Caruyer de Beauvais ») dont les descendants l’ont conservée.

Voyez la liste des seigneurs dans la notice ci-dessous (V5 augmentée du 10 jan 2020), que vous pourrez nous aider à préciser :

Beauvais

D enluminé

Share

Les Barres

(Illustration : château des Barres)

La terre des Barres, à Sainpuits en Puisaye-Forterre donziaise, est ancienne. Elle serait passée entre les mains de familles connues, traitées également dans d’autres notices : Mornay, Garreau, La Ferté-Meung (Boisjardin à Ciez, Miniers à Entrains), Cossaye, du Deffand (Le Tremblay à Fontenoy), avant d’échoir aux Gentils (Le Boulay à Druyes), seigneurs limousins venus en Puisaye par une alliance.

Le château actuel des Barres, d’une belle ordonnance classique, a été construit en 1777, sur l’emplacement d’une demeure plus ancienne dont des traces subsistent. Il a été modifié par Claude-Etienne Chaillou des Barres (1784-1857), intendant de Basse-Silésie, préfet, écrivain, livrettiste, fondateur et premier président de la Société des sciences historiques et naturelles de l’Yonne, ami du Roi Frédéric II de Prusse, ainsi que par son gendre, le baron du Havelt : aménagement d’une bibliothèque ; construction d’une aile reliant le château à la bibliothèque, édification d’une chapelle funéraire, aménagement du parc. 

Ci-dessous la notice présentant la succession des seigneurs des Barres (V. Complétée le 10 / 1 / 2020) :

Les Barres (Sainpuits)

D enluminé

Share