Retour à Entrains : la Marquise

(Illustration : un gué sur le Nohain en aval d’Entrains)

Nous avons beaucoup parlé d’Entrains. Cette ancienne cité gallo-romaine construite au milieu des étangs du Nohain – qui naît à quelques encablures à l’est de la ville – aurait pu être la capitale de notre petite région. Les comtes de Nevers, barons de Donzy en firent une châtellenie, profitant de ses très anciennes fortifications.

L’abbé Jean-François Baudiau lui a consacré un de ces ouvrages savants du XIXème siècle : « Histoire d’Entrain, depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours » (Nevers, Fay-Vallière, 1879), qui est une mine d’informations, à exploiter avec les moyens modernes.

Il évoque en particulier l’histoire des nombreux fiefs qui relevaient du château d’Entrains, parmi lesquels nous avons essayé de présenter : Réveillon, Château-du-Bois, le Chesnoy et Ferrières, la Roussille, et la vicomté d’Entrains.

Ajoutons à cette couronne de manoirs dominant la cité sur les collines avoisinantes, plus ou moins bien conservés, le joli nom de La Marquise.

Situé sur la rive droite du Nohain au nord-ouest d’Entrains, la Marquise était un arrière-fief de la Rivière, à Couloutre, non loin en aval. Le fief tenait son nom non pas d’une grande dame de la Cour, mais d’une famille connue à Entrains au XIIIème siècle : les Marquis, suivant un usage courant dans la région. Mais ses détenteurs ne sont identifiés clairement qu’à partir de Pierre Lyron, un avocat d’Auxerre qui en aurait épousé l’héritière, à la fin du XVIème siècle. L’abbé Baudiau a proposé une succession dont certains échelons restent difficiles à identifier. C’est aujourd’hui un domaine agricole qui ne paraît pas offrir de traces castrales…

Voyez ci-dessous une première tentative pour décrire la dévolution de ce fief. Nous sommes bien sûr intéressés à la compléter grâce à vos propositions….

La Marquise  (V1 du 6 fév 2022)

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.