L’armorial de Soultrait

(Illustration : pages d'un armorial ancien)

Notre approche des terres et des seigneurs du Donziais avant la Révolution s’accompagne naturellement d’un florilège de blasons, leurs "armes", qui illustrent nos articles et notices. De nombreuses sources sont disponibles pour identifier et reproduire ces écus chatoyants et leurs descriptions en langage héraldique.

                                                                                 100px-Blason_famille_fr_de_La_Bussière    

Ex. : Famille de La Bussière, en Berry et Nivernais : "D’azur, à une bande d’or, accostée de deux demi-vols abaissés de même et de deux étoiles d’argent, une au-dessus de chaque demi-vol"

Le comte de Soultrait, avec son « Armorial de l’ancien duché de Nivernais » (chez Victor Didron, Libraire archéologique, à Paris, 1847) est l’auteur de référence. Cet ouvrage, complété et réédité sous le nom "d'Armorial historique et archéologique du Nivernais" (2 tomes) (chez Michot, libraire de la Société nivernaise, à Nevers, 1879), est disponible dans ses différentes versions sur Gallica (cf. liens ci-dessus). Il a été réimprimé par les éditions Laffitte à Marseille.

Georges Richard de Soultrait (1822-1888), né au château familial de Toury-Lurcy, était le fils d’un officier de la Garde Impériale, issu d'une vieille famille du Comtat Venaissin venue en Nivernais au début du XVIIème siècle. Il avait épousé Désirée Le Jeans – petite-nièce et filleule de Désirée Clary, reine de Suède et de Norvège par son mariage avec Bernadotte – dont il eut une nombreuse famille.

                                          Sans titre    2

Il fit une carrière de haut-fonctionnaire du Ministère des Finances, notamment à Lyon, et fut maire de son village natal et membre du Conseil général de la Nièvre. L’un des fondateurs de la Société nivernaise des lettres, sciences et arts en 1851, il en fut le président de 1886 jusqu’à son décès.

Erudit productif, il publia des ouvrages très documentés, qui restent les outils indispensables du chercheur, et notamment, outre l’armorial précité :

  • « Dictionnaire topographique du département de la Nièvre » (sous les auspices de la Société nivernaise des lettres, sciences et arts, Imprimerie Nationale, Paris, 1861)
  • « Armorial du Bourbonnais » (Imprimerie Desrosiers, Moulins, 1867)
  • « Répertoire archéologique du département de la Nièvre » (sous les auspices de la Sociéte nivernaise des lettres, sciences et arts, Imprimerie nationale, Paris, 1875)
  • " Epigraphie héraldique du département de la Nièvre" (sous le pseudonyme de J. de Sornay Angers, imp. de Lachèse et Dolbeau , 1882)

Il fut l’éditeur et l’analyste de l’Inventaire des Titres de Nevers de l’abbé de Marolles (voir cette page).

Son Armorial décrit les blasons du clergé et des congrégations religieuses – dont l'intérêt historique est limité -, ceux des villes, et surtout ceux des familles nivernaises, en commençant naturellement par celles des comtes puis ducs de Nevers. De magnifiques planches présentées à la fin de l'ouvrage, reproduisent les blasons gravés suivant les conventions de l'héraldique (ex. : rouge ou gueules : rayures verticales).

                                                 ArmNivernaisT1PlVIII

 

Quelques sources complémentaires, si vous souhaitez accéder à une documentation héraldique :

– "l'Armorial du Nivernais" de Wikipedia, en cours de documentation

– le site FranceGenWeb-Héraldique

 le "Nobiliaire du Nivernois" d'Adolphe de Villenaut, souvent cité (sur Gallica)

– "L'Inventaire des Titres de Nevers" de l'abbé de Marolles, édité par G. de Soultrait (même source)

 

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.