Archives de catégorie : Saint-Andelain

Saint-Andelain, au coeur du vignoble

Sur le haut d’une colline dont les flancs en pente douce sont couverts de vignes, Saint-Andelain domine le vignoble de Pouilly et la vallée de la Loire.

Nous avons déjà cité ce fief dans les mains des seigneurs du Nozet à partir de 1600 environ, mais il a une histoire plus ancienne.

Il appartenait à la châtellenie de Donzy et jouxtait les terres du prieuré de La Charité à Pouilly, et celles du chapitre de Saint-Hilaire de Poitiers – Longrets –.

Il est cité dès le XIVème siècle, mais la succession des premiers seigneurs reste fragmentaire. Elle se fixe semble-t-il à partir de Jehan Baudu, un bourgeois de Cosne qui fut châtelain de Donzy, Cosne et Chateauneuf-Val-de-Bargis pour le comte de Nevers dans la deuxième moitié du XVème siècle. Saint-Andelain resta détenu par ses descendants jusqu’à son rachat par les sires du Broc, du Nozet.

Il n’y a pas de château visible à Saint-Andelain, bien que certains titres évoquent des hommages pour la « maison de Saint-Andelain » ; à l’exception d’un pigeonnier dans le bourg, qui en est peut-être l’ultime trace.

Cette paroisse, rattachée autrefois à l’abbaye de Saint-Laurent, est la seule à porter ce nom. Elle le tenait d’un prêtre du VIIème siècle. L’évêque d’Auxerre saint Vigile, réputé noble et guerrier, lui aurait donné cette terre familiale près de Pouilly, où Andelain se serait retiré en ermite.

Voyez ci-dessous une première notice traitant de la succession des seigneurs de Saint-Andelain. Merci de votre concours pour la compléter ou la corriger…

Saint-Andelain (V1 du 6 mai 2020)

 

Share

Bois-Regnault, dépendant de Longrets

Bois-Regnault – aujourd’hui le domaine de Bois-Renaud au sud de Saint-Andelain où aucune trace castrale n’est visible – était un arrière-fief de Longrets, la grande seigneurie en Donziais du chapitre de Saint-Hilaire de Poitiers, que nous avons évoquée tout récemment.

Ce fief n’est donc pas mentionné dans l’Inventaire des Titres de Nevers de l’abbé de Marolles.

Il jouxtait à l’ouest le Nozet – fleuron de l’appellation Pouilly-Fumé tout proche – et Pouilly, terre donnée au Prieuré de La Charité dès sa fondation au XIème siècle.

On voit Bois-Regnault inféodé dès 1300, mais on perd longtemps sa trace, avec des indications fragmentaires aux siècles suivants.

On la retrouve au début du XVIIème siècle aux mains de François Riglet, seigneur de Lusson en Berry, peut-être par son alliance avec Françoise Coullaud, d’une famille poitevine. Leurs descendants le conserveront jusqu’à la Révolution.

Il y aurait eu une maison-forte à Bois-Regnault, qui défendait ce bien d’Eglise, mais elle était en ruines en 1550. Fut-elle reconstruite ?

Nous sommes intéressés par toute information qui permettrait de compléter la notice qui suit, encore trop succincte.

Bois-Regnault   (V1 du 2 avril 2020)

Share