Archives de catégorie : Non classé

Misery, à Crain

(Illustration : statue de l’homme debout, dédiée à Minerve, découverte à Crain – Abbaye St-Germain-d’Auxerre)

Les fiefs de Misery et de la Grange-Folle, à Crain, sans pourvoir être considérés comme donziais au sens strict – on ne trouve pas d’hommage « à cause de Donzy » dans les archives – ont une histoire liée à celle de la châtellenie de Chatel-Censoir, rattachée à la baronnie, puisqu’ils ont été fondés par les Ascelin, vaillants chevaliers croisés des origines.

Dans cette même paroisse de Crain, nous avons déjà évoqué le fief et le manoir de Maison-Blanche, théâtre d’épisodes sanglants des conflits religieux au XVIème siècle.

Le destin de Misery reste peu documenté pour le moyen-âge ; il a été ensuite associé à celui du grand fief voisin de Faulin, à Lichères. Des familles connues de nous ont détenu ces deux fiefs  : les Tribolé d’Auxerre – dont Perrette, qui avait épousé le père de Théodore de Bèze – et les Le Bourgoing, de Faulin

A Misery, un petit château du XIXème siècle a remplacé l’ancien manoir féodal ; le domaine de la Grange-Folle conserve des traces de son passé.

Voyez ci-dessous une notice sur la succession des seigneurs de Misery et de la Grange-Folle :

Misery  (V2 du 24 sept 2021)

Nous serions intéressés de recueillir des informations plus précises sur les origines…

 

Share

Bussy-Rabutin et Cessy

Les archives de Cessy-les-Bois, que l’excellent site Cahiers du Val de Bargis explore inlassablement, réservent parfois des surprises : par exemple celle d’y trouver le fameux Bussy-Rabutin (1618-1693).

En effet, « Roger de Rabutin, chevalier, seigneur et comte de Bussy-le-Grand, baron de Forléans, Chaseul et autres lieux, conseiller du Roy en ses conseils, son lieutenant général au gouvernement de Nivernois et Donziois », officier distingué, puis écrivain sulfureux et académicien, est dit « seigneur de Cessy, St Malo-les-Bois, Coche et Vielmannay ». Il est mentionné de 1651 à 1654 dans des actes concernant des biens qu’il détenait à ce titre : la métairie du château de Cessy, le moulin et la métairie d’en-haut de Chevenet, ou encore le greffe du bailliage.

                                                               

C’est là un cas qui interroge, car il ne s’agissait pas de fiefs ou de propriétés ordinaires. Ces quatre sites avaient en commun un ancien statut monastique : St-Malo et Vielmannay, monastères primitifs devenus dès le haut moyen-âge de simples églises paroissiales ; Coche, l’une des trois abbayes fondées au début du XIIIème siècle par Hervé et Mahaut, réputée disparue au XVIème ; Cessy-les-Bois, une fondation très ancienne dédiée à Saint Baudile, devenue un prieuré relevant de Saint-Germain d’Auxerre, dont les guerres de religion avaient eu également raison.

Le temporel constitué de temps immémoriaux autour de ces petits établissements subsista jusqu’à la Révolution, car le régime féodal n’oubliait rien. Bien que n’abritant plus aucune vie religieuse – sauf Cessy – ils furent dotés de prieurs commendataires pour administrer ce patrimoine. Ils jouissaient des revenus et les cumulaient même, y ajoutant parfois le titre d’abbé de Bourras. Nous avons croisé quelques « bénéficiaires » de ce statut peu édifiant mais très profitable : Marafin, qui fut ensuite un capitaine huguenot redoutable, Richer et Carpentier de Marigny.

Cessy, Coche, Saint-Malo et Vielmannay auraient donc eu simultanément un prieur, parfois appelé « seigneur spirituel et temporel (sic !)» et un seigneur laïc en ces années 1650, chacun pourvu des biens correspondant. Pour faire bonne mesure, à Vielmannay (anciennement Mannay ou le Vieux-Mannay) on trouvait aussi le fief patrimonial des Lamoignon, détenu à cette même date par Gilbert II, sgr de Beaulieu, Mannay et Pernay.

Comment Bussy-Rabutin devint-il ce petit seigneur local ?

Il fut certes impliqué en Nivernais et Donziais par sa charge de « Lieutenant de roi » – c’est-à-dire commandant militaire – héritée de son père Léonor en 1645. Il y suppléait à l’absence du « Gouverneur », titre détenu alors par le duc Charles IV de Gonzague-Nevers lui-même, retourné à Mantoue. Bussy avait fait son entrée à Nevers le 18 février 1646, « accompagné de presque toute la noblesse du Nivernais » et exerça effectivement cette charge pendant une dizaine d’années, notamment pendant la Fronde. Notons qu’après avoir été tenté par l’aventure des princes, il servit loyalement le jeune Louis XIV, en particulier en Nivernais. Mais cela n’explique pas la possession de ces biens.

Fuyant la vindicte royale contre ses frasques, il serait venu se réfugier auprès de son oncle Guy de Rabutin, abbé commendataire du Val des Choux, la maison-mère cistercienne de l’Epeau, qui résidait au château de Cessy à cette époque sans qu’on puisse déterminer à quel titre. Tenait-il ces biens à Cessy et alentour de cet oncle ?

                                          

Bussy aurait également séjourné à Champlemy, une terre des sires de La Rivière qui était passée dans sa famille par mariage en 1610.

Mentionnant Cessy dans la liste des fiefs du duché, l’Inventaire l’Abbé de Marolles ne cite aucun acte le concernant, mais le décrit comme consistant en la « garde du prieuré de Cessy ». Cette fonction de protection d’un établissement religieux était traditionnellement exercée par un seigneur voisin, souvent de la famille du fondateur. Etait-elle associée à Champlemy ?

Bref, le mystère subsiste, et nous serions heureux de pouvoir l’éclaircir avec votre aide….

Share

Le blogueur confiné…

Nous devons une réponse aux questions de quelques amis de ce site, car la publication d’articles nouveaux a été interrompue au printemps et certains visiteurs fidèles s’en sont étonnés.

Les conséquences de la pandémie ont en fait largement handicapé nos recherches en bibliothèque et en dépôts d’archives, nous interdisant la finalisation de travaux engagés.

Pendant cette période les mises à jour, compléments et corrections, d’initiative ou suggérés par des visiteurs se sont néanmoins poursuivis presque normalement.

Ce repos forcé a également été mis à profit pour travailler à la rédaction d’un ouvrage de synthèse destiné à la publication, dont nous ne manquerons pas, le moment venu, de vous donner des nouvelles….

A bientôt !

Share

Une parenthèse méridionale à la Renaissance

(Illustration : Odet de Foix, maréchal de Lautrec, par Clouet)

La baronnie de Donzy était associée au comté de Nevers depuis le mariage d’Hervé IV et de Mahaut de Courtenay en 1199, et le resta jusqu’à la Révolution. Il y eut pourtant une éclipse à la fin du XVème siècle et au début du XVIème : elle échut pendant trois générations par des alliances aux Maisons d’Albret et de Foix, avant de revenir à la maison de Nevers-Clèves. C’est cette parenthèse curieuse que nous voulons évoquer ici.

Jean de Bourgogne, dit « de Clamecy » (1415-1491), comte de Nevers, Auxerre et Rethel, duc de Brabant et baron de Donzy, s’était marié trois fois et avait deux filles comme héritières. Voyez à ce sujet notre notice sur les comtes de Nevers (menu principal).

L’aînée, Elizabeth (+1483), fille de Jacqueline d’Ailly, porta le comté de Nevers à la Maison de Clèves, par son mariage avec Johann, comte de Clèves et de La Marck, célébré en 1455 à Bruges. On restait dans le vaste espace de la Bourgogne ducale.

La seconde, Charlotte (+ 1500), fille de Paule de Brosse, eut en partage le comté de Rethel et la baronnie de Donzy. Elle n’eut pas de postérité de sa première union avec Charles de Valois-Angoulême, et la seconde avec Philippe Le Beau de Habsbourg ne s’accomplit pas. Elle épousa en troisièmes noces (1486), Jean d’Albret, sire d’Orval, Gouverneur de Champagne et de Brie.

Ils eurent à leur tour deux filles. L’aînée Marie retrouva la Maison de Clèves-Nevers en épousant Charles, fils d’Engilbert et petit-fils d’Elizabeth (ci-dessus) ; cette union était de nature à réunifier Nevers, Rethel et Donzy.

Mais la cadette, Charlotte d’Albret, avait épousé en 1520 à Gien Odet de Foix « Maréchal de Lautrec » (1485-1528), comte de Foix et de Comminges, qui entendait que son épouse  et lui-même ne soient pas lésés dans la succession.

                                                  

(Charlotte d’Albret, par Clouet)

C’était un puissant seigneur et un grand chef militaire, fils du vicomte de Lautrec, d’une branche cadette de la Maison de Foix-Béarn, et de l’héritière du Comminges. Il fut sénéchal de Guyenne, menant les guerres de cette région dont il était le maître au nom du roi ; maréchal de France (1511) ; gouverneur du Milanais (1515) ; Lieutenant général de l’armée d’Italie (1523), accompagnant François Ier, dont il était proche, dans ses campagnes. Il mourut d’une « fièvre maligne » en 1528 devant Naples.

Sa valeur personnelle et la notoriété de sa famille expliquent cette brillante carrière, mais les faveurs que sa sœur Françoise – mariée à Jean de Laval-Chateaubriand – accorda au roi, dont elle fut l’une des premières maitresses, n’y furent peut-être pas étrangères.

Il portait les armes de Foix-Béarn-Comminges  : « écartelé : aux 1 et au 4 d’or aux trois pals de gueules (Foix) ; au 2 d’or aux deux vaches de gueules, accornées, colletées et clarinées d’azur passant l’une sur l’autre (Béarn) ; au 3, d’argent à une croix pattée de gueules (Comminges). »

                                                                               

Dès son mariage, il avait revendiqué le comté de Rethel et la baronnie de Donzy. Il obtint gain de cause après une longue bataille juridique. L’Inventaire des Titres de Nevers cite plusieurs actes de partage de 1524 et 1527, après le décès de Charlotte, et un accord global répartissant les biens, daté curieusement de 1542. Il se vit donc confirmer la possession, du chef de sa femme, du comté de Rethel, des baronnies de Rosoy et de Donzy, y compris Chateauneuf-Val-de-Bargis et Saint-Verain, de terres en Champagne, sans parler de biens venus des Albret en Guyenne ou en Berry.

Son fils Henri de Foix, lui succéda dans ses différentes possessions, mais il mourut sans alliance à 17 ans en 1540. L’Inventaire des Titres de Nevers (p. 564) cite : « un livre de plusieurs feuillets en parchemin couvert de velours violet, avec des fermaux et bossettes de cuivre doré, armorié des armes de Foix et de Béarn, et doré sur tranche. Le dedans enluminé de plusieurs figures représentant Mgr Henri de Foix, comte de Rethel, sgr de Lautrec, et accompagné de ses tuteurs, recevant les hommages de ses sujets, assis sous un dais magnifique, et les armoiries de Foix-Béarn au-dessus… ». Il s’agissait d’un registre d’hommages qui lui furent rendus en 1533 et 1534, par le truchement de ses tuteurs : l’évêque de Couserans et son oncle Jean de Laval – le mari de la belle Françoise -. Ils concernaient notamment la baronnie de Donzy et ses châtellenies dûment énumérées : Donzy, Entrains, Saint-Verain, Corvol, Druyes, Saint-Sauveur, Châteauneuf, Etais, Billy et Cosne. Ce beau témoignage d’une phase peu connue de l’histoire de la baronnie, qui nous en redonne les contours, a malheureusement disparu, comme la plupart des titres originaux de Nevers.

Claude de Foix, soeur d’Henri, dame d’honneur de Catherine de Médicis, épouse de Guy de Laval, lui succéda dans tous ses titres, comme le confirme un hommage de 1543 par Jean Tenon pour Nanvignes (Menou) « à cause de Donzy, possédé par Guy de Laval et Claude de Foix sa femme » (Marolles, p. 559).

                                                      

A la mort de Claude en 1553, Donzy et Rethel revinrent à son cousin François de Clèves, comte de Nevers pour qui l’ensemble fut érigé en duché-pairie .

Ainsi s’achevait cet épisode. On ne sait si le maréchal de Lautrec trouva le temps, entre deux campagnes, de visiter ses terres donziaises…Cela paraît peu probable puisqu’il n’en jouit effectivement que trois ou quatre ans, et se trouvait alors en Italie.

 

Share