Archives par mot-clé : lamoignon

Champromain

(Illustration : forêt de Donzy)

Champromain – un nom qui sent bon son antiquité – aurait appartenu aux sires de Saint-Verain à l'origine (Voir la notice Saint-Verain).

Le site domine la vallée de la Talvanne des hauteurs de la forêt de Donzy. Une gentilhommière du XIXème siècle a remplacé l’ancienne demeure d’une branche de la famille donziaise de Lamoignon, mais des éléments anciens subsistent.

La première mention connue de nous est celle de Jeanne de Lamoignon, « dame de Champromain » en 1520, fille de Charles et Claude d’Auroux, et petite-fille d’Alixand de La Tournelle-Maisoncomte, dame de la Motte-Josserand. Il est possible que Champromain ait appartenu, comme bien d’autres terres en Donziais, aux sires de La Rivière, dont Alixand descendait par sa mère. Le lien entre l’héritage de Saint-Verain et Jeanne de Lamoignon reste en tout cas à établir.

Une des dernières dames de Champromain avant la Révolution, était la sœur du grand architecte Jacques-Germain Soufflot, originaire d’Irancy.

Voyez ci-dessous une notice plus détaillée, qui reste à compléter :

Champromain  (V5 enrichie le 4/6/18)

 

D enluminé

Share

La Brosse

(Illustration : chapelle de la Grande Brosse à Donzy)

Les fiefs associés et voisins de la Brosse et des Avits (aujourd’hui la Grande et la Petite Brosse, et le bois des Avis, à Donzy, ancienne paroisse de Donzy-le-Pré), faisaient partie des grandes possessions des sires de Saint-Verain en Donziais, et relevaient donc féodalement de cette baronnie.  Ils passèrent dans plusieurs familles par des alliances successives : Lavenne, Lamoignon, Maumigny, Bar-Buranlure, et furent finalement rachetés par un fermier général.

Il y a eu un « châtelet » à la Grande Brosse, dont attestent les ruines d'une tour. Il semble toutefois que cette demeure aurait été abandonnée et ruinée assez tôt, les terres devenant alors de simple rapport pour les seigneurs qui les détenaient mais n’y résidaient plus.

Voyez ci-dessous la notice consacrée aux seigneurs de la Brosse, dont certaines hypothèses restent à confirmer (merci de votre aide) :

La Brosse (V4 mise à jour du 23/7/18)

 

D enluminé

 

 

Share

Brétignelles

(Illustration : le manoir-ferme de Brétignelles)

Brétignelles était un fief ancien, à Pougny, que les Vaillant de Guélis conservèrent trois siècles durant après l'avoir acquis sans doute au XVIè siècle. Il paraît avoir relevé à l'origine de La Motte-Josserand, et fit un temps partie des biens du Prieuré N.-D. du Pré.

Il passa aux Lamoignon, une famille éminemment donziaise, par l’alliance d’Alixan de la Tournelle – d'une famille originaire du Morvan (Arleuf) – puis aux d’Armes, sgr de Vergers (voir cette fiche). 

Le vieux manoir subsiste, assez dégradé, au coeur d'un domaine agricole.

Brétignelles paraît avoir eu un destin féodal associé en grande partie à celui de Villargeau voisin.

Voyez ci-dessous une notice, qui reste toutefois à compléter :

Brétignelles (V7 du 23/8/18)

 

D enluminé

Share

Villargeau

Villargeau, à Pougny, est aujourd'hui un grand domaine agricole et viticole (Domaine Villargeau).

C'est un ancien fief – appelé Villorgeul autrefois – qui a sans doute été associé à La Motte-Josserand à l'origine, si l'on en juge par la succession de ses premiers seigneurs.

Son destin féodal paraît étroitement lié à celui de la seigneurie voisine de Brétignelles (Pougny), puis au grand fief des Granges.

                                                   villargeau

Voyez ci-dessous la suite des seigneur de Villargeau, telle que nous avons pu l'identifier ; comme vous le constaterez, elle demande à être précisée…

Villargeau (V5 du 1/8/18)

D enluminé

Share

Le Magny et Suilly

(Illustration : manoir du Magny)

Le discret mais vieux manoir du Magny, isolé sur le plateau cultivé au sud-ouest de Suilly-la-Tour, était le siège d'un fief de ce nom, associé à celui de Suilly. Il est aujourd'hui une exploitation agricole.

Il date du XVème siècle, mais le fief est beaucoup plus ancien. Ses premiers titulaires restent mal connus, comme le processus de succession qui l'amène dans les mains de la famille de Pernay au XVème siècle justement, qui le conservera jusqu'au début du XVIIIè.

Il aurait toutefois été dans les mains pendant quelques années au XVème siècle, en tout ou en partie, de Jean de Chevenon, puissant chevalier nivernais, et du Chancelier Guillaume Jouvenel des Ursins, sgr de la Motte-Josserand.

Rien de marquant ensuite dans la cohorte des petits seigneurs connus du Magny, qui s'enracinent en Donziais par des alliances avec les familles de la région : La Rivière, Lamoignon, Chabannes….

Voyez la notice jointe qui en développe la succession, telle que nous sommes en mesure de l'apprécier (maj le 4/9/16) : 

Suilly-Magny (V6 du 9/3/17)

Aujourd'hui l'histoire même de cette seigneurie paraît oubliée, ayant été surclassée à Suilly par celles des deux grands fiefs voisins de Vergers et des Granges.

Un petit fief en a été détaché, qui fait l'objet d'une notice spécifique : Presles, dont les traces sont ténues.

Voyez aussi le très joli site municiapl de Suillywww.suillylatour.fr

D enluminé

 

Share